• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Granby: cri du coeur d'une employée de la DPJ de l'Estrie 
Source ID:c3a8e1be2687397f9abf821a400a6987; App Source:StoryBuilder

Granby: cri du coeur d'une employée de la DPJ de l'Estrie

Il y a trois mois, La Presse a... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Il y a trois mois, La Presse a publié un dossier d'envergure qui révélait qu'une politique de quotas semblait être appliquée dans plusieurs DPJ de la région de Montréal.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Katia Gagnon
La Presse

« On leur a dit qu'il était minuit moins une ! » La personne qui lance ce cri du coeur est au service de la direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de l'Estrie. À plusieurs reprises, elle a dénoncé haut et fort, à la haute direction, les conditions de travail « intolérables » des intervenants de la région.

« Le rythme est insoutenable », résume-t-elle en entrevue avec La Presse. Nous lui avons garanti la plus totale confidentialité, car elle risque de perdre son emploi.

« Cette tragédie, c'est un symptôme de la situation qu'on vit. J'ai des dossiers qui sont en attente depuis quatre, cinq mois. J'ai eu un cas à neuf mois d'attente. Ces cas, c'est des enfants qu'on laisse dans la misère humaine. À plusieurs reprises, je me suis choquée. Je leur ai dit que ça n'avait pas de bon sens. Qu'on avait atteint le point de rupture », explique-t-elle.

Notre interlocutrice situe la racine de ce point de rupture en 2015, lorsque la réforme Barrette a fusionné les défunts centres jeunesse dans le grand ensemble des centres intégrés de santé et services sociaux (CISSS) de chaque région. 

« Ça n'a vraiment pas aidé. C'est là qu'on a vu le crash, intense. Ça nous a complètement noyés dans le système de santé. Il y a eu un tournant qui est irrécupérable. »

- Une employée de la DPJ de l'Estrie, sous le couvert de l'anonymat

Lors de ces conversations, les membres de la haute direction semblaient « dépassés » par le manque de ressources, relate-t-elle. Ce n'est pas l'argent qui manque, mais les intervenants. « On les a, les budgets, mais ils ne sont pas capables de recruter ! Parce que, pour recruter, ça prend des conditions de travail adéquates... »

Et elle n'est pas la seule à dénoncer les conditions de travail dans le milieu.

« Ça fait des années que les syndicats dénoncent cette réalité. Il y a une hausse du nombre de signalements, mais pas plus de personnel pour faire notre travail. Le résultat, c'est que les urgences tassent les autres dossiers », s'insurge Emmanuel Breton, représentant pour l'Estrie de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux. Il y a actuellement 400 enfants en attente d'évaluation à la DPJ de l'Estrie. La durée moyenne d'attente pour les cas non urgents est la plus élevée au Québec, à 65 jours.

Intervenants sous le choc

Au lendemain de la mort de la fillette, les intervenants de la DPJ locale étaient sous le choc, dit-il. « C'est la dévastation pour toute l'équipe. Tout le monde a les yeux rouges, on a des frissons en entrant ici. Il y a des intervenantes qui sont allées sur le terrain les yeux pleins d'eau. »

Ce terrible drame provoquera-t-il un électrochoc qui fera changer les choses ? Emmanuel Breton y compte bien. « Ce n'est pas vrai qu'elle va être morte pour rien, lance-t-il. C'est beau, la colère des politiciens, mais l'ancien gouvernement a coupé des millions. De dire que l'austérité n'a pas touché les gens, c'était archifaux. »

« Moi, je dis aux politiciens : venez, écoutez les gens, on va se parler des vraies choses. Si on n'en veut plus, d'autres décès, il va falloir changer des affaires. »

- Emmanuel Breton, représentant pour l'Estrie de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux

Il y a trois mois, La Presse a publié un dossier d'envergure qui révélait qu'une politique de quotas semblait être appliquée dans plusieurs DPJ de la région de Montréal. Une dizaine d'intervenants nous racontaient l'intense pression qu'on leur faisait subir, jour après jour, pour « faire leurs chiffres ».

Faire leurs chiffres, c'était atteindre, dans le secteur de l'évaluation-orientation, la barre magique des 52 à 57 dossiers traités par an. De nombreuses personnes que nous avions interviewées déploraient le fait que la manière comptable menait souvent à des raccourcis cliniques. « Il y a vraiment des quotas à respecter et, dans les faits, c'est impossible si on regarde le nombre d'heures dans une semaine », nous disait une intervenante.

Réviser la loi ?

Le psychologue Camil Bouchard connaît très bien le réseau des services sociaux, historiquement négligé, croit-il. « Il y a là un enjeu social dont on ne se préoccupe pas. Sauf en cas de très grave crise », dit-il.

Et cette révision devrait s'attaquer aux fondements de la Loi sur la protection de la jeunesse, croit-il. « Il y a toujours une ambiguïté dans la loi. Est-ce qu'on protège la relation parent-enfant ou l'enfant ? Souvent, on cède devant les parents. On dit que l'enfant doit rester préférablement dans sa famille, et le préférablement devient un leitmotiv. »

Mais à la base, il faudrait également se demander comment il se fait qu'il y ait autant de signalements. Année après année, le nombre de signalements connaît une augmentation régulière, qui totalise 15 % au cours des cinq dernières années. « Chaque jour, c'est comme si on remplissait quatre autobus scolaires avec 65 enfants qui ont été signalés à la DPJ », illustre Camil Bouchard.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer