L'ensemble des conducteurs de grue du Québec ne se présenteront pas à leurs postes lundi. Les travailleurs protestent contre les nouvelles règles autorisant des personnes n'ayant pas obtenu le diplôme professionnel de grutier à être embauchés sur des chantiers.

Mis à jour le 18 juin 2018
Marissa Groguhé LA PRESSE

Les grutiers du chantier du nouveau pont Champlain sont en grève depuis jeudi dernier et l'action s'étendra ce lundi aux chantiers de tout le Québec.

La Commission de la construction du Québec (CCQ) dit mener une enquête «qui se poursuivra dans les prochains jours» sur la situation. 

Les moyens de pression des travailleurs du chantier Champlain, dont les grues seront immobiles pour un cinquième jour consécutif, est considérée par la Commission comme étant en illégale. La CCQ pourrait éventuellement imposer des amendes allant jusqu'à 80 000 $ par jour contre les représentants syndicaux s'il est démontré qu'ils ont «ordonné, encouragé ou appuyé» une grève illégale. 

Le 14 mai, des modifications ont été apportées aux règles concernant la formation des grutiers, facilitant l'accès au métier aux grutiers non diplômés. Les employeurs qui tiennent à n'embaucher que des grutiers qui détiennent un Diplôme d'études professionnelles en conduite de grues pourront continuer de le faire. 

Mais les changements ont mécontenté les travailleurs, qui disent craindre pour leur propre sécurité et pour la sécurité du public, puisque les grues transportent de lourdes charges, parfois à proximité d'habitations, de voitures, de piétons.