La deuxième journée de manifestation a connu un faux-départ, vendredi matin, alors que la police répétait sa démonstration de force de la veille devant des militants trop peu nombreux pour leur faire concurrence.

Mis à jour le 8 juin 2018
PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD, HUGO PILON-LAROSE LA PRESSE

Les altermondialistes s'étaient donné rendez-vous à l'intersection de deux boulevards à Beauport, en banlieue de Québec. La 440, qui mène à La Malbaie et au sommet, se trouve tout près. 

À 7h30, heure du rendez-vous, une centaine de manifestants étaient réunis. Une bonne moitié d'entre eux avaient le visage dissimulé sous un masque. 

Avant même qu'ils ne se mettent en marche, des lignes de policiers les encadraient dans un périmètre bien délimité, les empêchant de bloquer la 440. Les manifestants ont marché en rond et ont scandé des slogans pendant quelques dizaines de minutes avant de déclarer forfait. La police a rapidement déclaré le rassemblement illégal, invoquant le fait que l'itinéraire de la manifestation n'a pas été précisé à l'avance pour justifier son interdiction. Les policiers ont demandé aux manifestants de se disperser.

Patrick Sanfaçon, La Presse

Ce matin, les altermondialistes se sont donné rendez-vous à l'intersection de deux boulevards à Beauport, en banlieue de Québec.

Patrick Sanfaçon, La Presse

Les policiers étaient nombreux pour limiter les perturbations.

Ce matin, la police de Québec a précisé qu'elle avait procédé hier à trois arrestations : deux manifestants qui seront accusés de possession d'arme et de matériel incendiaire, ainsi qu'un troisième individu qui aurait formulé des menaces sur internet.

Les autorités se sont félicitées du déroulement de la marche, soulignant qu'aucun dommage à la propriété n'était à déplorer. Une organisatrice a dénoncé le niveau d'agressivité des policiers.

Les policiers patrouillent Québec

Vendredi matin, les policiers patrouillent massivement Québec et interceptent les véhicules qu'ils jugent suspects.

À la sortie du pont de Québec et du pont Pierre-Laporte, qui relient la rive nord et la rive sud, des patrouilleurs sont stationnés au cas où des manifestants tenteraient de bloquer la circulation.

Un peu plus loin sur le boulevard Laurier, entre le secteur commercial de l'arrondissement Sainte-Foy et le campus de l'Université Laval, une imposante équipe d'une dizaine de policiers a intercepté un autobus scolaire vers 8h vendredi matin afin de vérifier l'identité des jeunes à bord. 

Quelques minutes plus tard, après vérifications, les policiers ont laissé l'autobus poursuivre sa route avant de quitter les lieux pour patrouiller ailleurs en ville.

- Avec Tristan Péloquin, La Presse

Ivanoh Demers, La PResse

Une dizaine de policiers a intercepté un autobus scolaire sur le boulevard Laurier ce matin afin de vérifier l'identité des jeunes à bord.

Patrick Sanfaçon, La Presse

Les policiers ont demandé aux manifestants de se disperser.