Surpris du nombre de demandes d'aide reçues de la part de villes québécoises, Ottawa et Québec confirment être en discussions pour mettre en place un nouveau programme pour financer les travaux de réfection des réseaux d'aqueduc et égouts.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

À l'été 2016, les gouvernements provincial et fédéral lançaient un important programme de financement dans lequel ils comptaient investir 664 millions d'ici 2018 pour la réfection des infrastructures souterraines de la province. Rapidement, Ottawa et Québec ont dû mettre fin au programme devant le nombre trop élevé de demandes reçues.

«La popularité du programme a été impressionnante», a reconnu le ministre québécois des Affaires municipales, Martin Coiteux. Il a confirmé que des discussions sont en cours pour prévoir un deuxième phase au Fonds de l'eau potable et du traitement des eaux usées. «On reconnaît qu'il y a des besoins importants», a-t-il dit.

Il a été impossible d'en apprendre davantage sur les modalités du programme envisagé. Rappelons que les Villes craignent de voir Québec et Ottawa leur demander d'investir davantage, la première phase leur ayant imposé une contribution de seulement 17% à la facture des projets réalisés.

Par ailleurs, Ottawa et Québec ont confirmé aujourd'hui qu'ils verseraient 83 millions à la Ville de Montréal pour l'aider à retaper ses aqueducs et égouts dans le cadre de la première phase de ce programme. Aux prises avec des infrastructures vieillissantes - Montréal perdant plus du tiers de son eau -, la métropole doit mettre les bouchées doubles pour retaper ses aqueducs et égouts. Le maire Denis Coderre a remercié les gouvernements provincial et fédéral pour leur collaboration dans le financement des projets majeurs en cours.