Le Québec n'est pas la seule région canadienne touchée par la baisse du tourisme. Les trois principales destinations touristiques au pays, Montréal, Toronto et Vancouver, font toutes état de déclins significatifs du nombre de visiteurs en juillet.

Mis à jour le 28 juill. 2008
Joshua Clipperton

Les responsables du tourisme montréalais s'attendent à accueillir environ 7,8 millions de touristes cet été, pour un apport de près de 2,7 milliards $ - mais c'est moins que d'autres années, d'après John Dunn, le vice-président exécutif de Tourisme Montréal. Selon lui, toutes les conditions sont réunies pour nuire au marché canadien du tourisme cet été: prix record de l'essence, force du dollar canadien, règlements américains sur les passeports et ralentissement de l'économie mondiale.

Bien que les visiteurs venus d'Europe et d'Amérique du Sud se fassent plus nombreux, ils ne suffisent pas à combler le vide laissé par les Américains qui choisissent de rester chez eux à cause de la faiblesse de l'économie et du coût élevé de l'essence à la pompe, ajoute-t-il.

Vancouver attire habituellement à peu près 8,7 millions de touristes par an, qui y dépensent 3,7 milliards $. La ville a reçu six pour cent de moins d'Américains cette année, comparativement à l'an passé, selon le bureau de tourisme de la ville. Sur une période d'un an, c'est significatif, estime Walt Judas, de Tourism Vancouver.

Toronto, qui a accueilli 10,6 millions de visiteurs, et bénéficié de dépenses de plus de 4 milliards $, en 2007, a connu un bon début d'été en 2008, mais cette tendance s'est estompée depuis, indique le responsable du tourisme torontois, Andrew Weir.

Les dernières données de Statistique Canada datent de mai 2008 et montrent qu'au cours des cinq premiers mois de l'année, le pays a reçu près d'un million de visiteurs de moins qu'à la même période en 2007 - soit un recul de 10 pour cent.

De leur côté, les Canadiens ont été plus nombreux à choisir de passer leurs vacances à l'étranger. Entre janvier et mai, près de 2,5 millions de Canadiens de plus sont sortis du pays qu'à la période correspondante en 2007, un bond de près de 13 pour cent.

En revanche, certaines parties des Maritimes s'en sont un peu mieux tirées que le reste du pays. La Nouvelle-Ecosse a notamment enregistré une légère hausse de ses touristes au cours de l'année qui s'est terminée en mai 2008.

Le temps pluvieux qu'ont connu le Québec et l'Ontario a aussi affecté le tourisme, selon Greg Klassen, de la Commission canadienne du tourisme.

En 2007, le tourisme a contribué pour 28,6 milliards $ au produit intérieur brut du Canada, a précisé M. Klassen.