Journée d'automne à Saint-Raymond

Le presbytère de Saint-Raymond de Portneuf, construit en... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Le presbytère de Saint-Raymond de Portneuf, construit en 1932, a conservé tout son charme d'antan.

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SAINT-RAYMOND DE PORTNEUF) L'automne s'installe doucement, mais il reste encore de belles journées pour des balades à la campagne. Et si, cette année, vous exploriez un coin de pays auquel peu de gens pensent d'emblée? Nous avons choisi pour vous quelques destinations dont le dynamisme justifie amplement un petit détour...  Cette semaine: Saint-Raymond, dans Portneuf, qui a d'étonnants airs de Far West.

Des cowboys. Voilà l'image qui nous vient en tête lorsque l'on débarque à Saint-Raymond, petite ville d'un peu plus de 11 000 habitants située à 45 minutes de Québec. Ce n'est rien de péjoratif. Au contraire.

Pourquoi les cowboys? Il y a d'abord le petit centre-ville aux allures de Far West, qui donne l'impression que Clint Eastwood pourrait surgir à tout moment pour tourner une scène de western. Été comme hiver, vous croiserez ici des sportifs, des irréductibles venus profiter de la Vallée-Bras-du-Nord, dont la monture va du vélo à la motoneige en passant par le légendaire quatre-roues.

Premier contact avec Saint-Raymond, donc, la Vallée-Bras-du-Nord. Il s'agit d'un immense terrain de jeu offrant plusieurs centaines de kilomètres de sentiers pour la randonnée et le vélo de montagne.

Ajoutons à cela la rivière Bras-du-Nord, parcours en eau calme, où l'on peut voguer en canot ou en kayak. En hiver, la Vallée permet à ceux qui apprécient la neige de chausser leurs raquettes ou de s'installer derrière le volant de leur motoneige. Après avoir trimé, c'est maintenant sur cette beauté de la nature que l'on mise pour attirer les visiteurs dans la région.

Il y a une quinzaine d'années, les propriétaires riverains, les entreprises récréotouristiques et les acteurs municipaux ont en effet décidé d'unir leurs efforts pour aménager l'endroit et en faire une destination en soi. Non loin de la Vallée, ajoutons à cela l'ouverture récente du Roquemont, une microbrasserie - qui peut en quelque sorte faire office de saloon pour les cowboys ayant passé la journée au grand air -, et la rénovation d'un hôtel du même nom.

Les 41 chambres offertes au Roquemont sont confortables... (Photo François Roy, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Les 41 chambres offertes au Roquemont sont confortables et simples. La prétention n'est pas de mise ici.

Photo François Roy, La Presse

Ainsi, les visiteurs qui profitent de la Vallée-Bras-du-Nord ont un endroit où aller siroter une bière et déguster un tartare, par exemple, dans un décor sympathique. Pour dormir, les 41 chambres offertes sont confortables et simples. La prétention n'est pas de mise ici.

Et ceux qui ne logent pas au Roquemont peuvent tout de même profiter du vestiaire et des douches de l'établissement, histoire de se rafraîchir après leur activité de plein air.

Voyage dans le temps

Après la randonnée pédestre ou la promenade à vélo, cap sur le centre-ville. L'endroit, charmant, mérite que l'on s'y attarde un peu. Direction rue Saint-Joseph, le coeur de la ville. Les devantures aux tons de rouge vin et de jaune ainsi que les jolies pancartes en bois font l'effet d'un retour dans le passé, un peu, donc, comme dans un décor de film de western. Tout est harmonieux.

Ce n'est certes pas ici que le visiteur fera ses emplettes. Mais il se plaira toutefois à suivre le petit circuit patrimonial. En plus des pancartes explicatives, il est possible de télécharger une application et de suivre le parcours avec un narrateur qui raconte le presbytère, le couvent, le passé forestier... Et que dire de la salle de cinéma qui, avec ses petites lumières et ses néons, semble tout droit sortie des années 60.

Nouveauté: l'acquisition et la restauration de la Maison Plamondon, une demeure ancestrale. C'est là que le célèbre parolier québécois Luc Plamondon a suivi ses premières leçons de piano. L'endroit sera converti en musée. Une exposition permanente sera mise en place l'été prochain, juste à temps pour le 175e anniversaire de la municipalité.

Et si le cowboy veut donner du répit à sa monture et casser la croûte avant de retourner gambader, Le Mundial, petit restaurant sympathique hautement fréquenté et recommandé par les gens du coin, saura le sustenter. Les beaux jours, on s'assoit sur la terrasse, l'une des seules du centre-ville. Ragoût de gibiers, pâtes ou salade. Chacun y trouve son compte.

Pour profiter encore un peu plus de la nature avant de rentrer au bercail, on emprunte, non loin de là, le petit sentier qui longe la rivière Saint-Anne. Quand le temps est bon, des pêcheurs s'y attardent et attendent patiemment. On quitte Saint-Raymond en pensant déjà à la prochaine expédition.

Ouvert depuis 40 ans, le casse-croûte Ti-Oui est... (Photo François Roy, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Ouvert depuis 40 ans, le casse-croûte Ti-Oui est une véritable institution dans la région.

Photo François Roy, La Presse

Où dormir

> Hôtel Roquemont

Ceux qui ont séjourné à cet endroit il y a 20 ans seraient sans doute tous d'accord pour dire qu'il avait besoin d'amour. C'est justement ce que lui ont donné de nouveaux investisseurs qui ont fait l'acquisition de l'hôtel en 2003. Moins de 10 ans plus tard, on ajoutait 14 nouvelles chambres aux 27 déjà existantes. Résultat: l'établissement offre des chambres douillettes, sans fla-fla, parfaites pour les gens venus profiter des activités de plein air à la Vallée-Bras-du-Nord.

105, Grande-Ligne (route 367), Saint-Raymond

Où manger

> Microbrasserie Le Roquemont

Depuis plus d'un an, Saint-Raymond peut se targuer d'avoir sa microbrasserie. Brassées sur place -on peut apercevoir les cuves lorsque l'on s'assoit au restaurant -, les bières sauront certainement faire le bonheur des amateurs. Mais il n'est pas nécessaire d'être un grand consommateur de «broue» pour apprécier l'endroit. Les boiseries, l'éclairage tamisé, le bar invitant, la sympathique terrasse sont autant d'arguments incitant à fréquenter l'établissement. On prend des nachos à partager ou on se gâte avec un tartare de cerf, accoudé au bar ou confortablement assis à une banquette. Le Roquemont sert également des petits-déjeuners.

105, Grande-Ligne (route 367), Saint-Raymond

> Casse-croûte Ti-Oui

Véritable institution dans le coin, ce snack-bar compte sur une clientèle fidèle depuis plus de 40 ans. On ne réinvente pas la roue, ici: des frites, de la poutine, du poulet. Mais c'est exactement pour ça que les gens sont nombreux à s'arrêter à cette cantine à patates. On commande une poutine accompagnée d'une boisson gazeuse que l'on se procure soi-même dans les machines distributrices. Satisfaction garantie. Argent comptant seulement.

201, avenue Saint-Jacques, Saint-Raymond

> Le Mundial

La terrasse et l'excellent service: voilà deux bonnes raisons de s'attabler au Mundial. Situé en plein coeur du centre-ville, l'endroit est fort fréquenté par les gens du coin. Une cuisine simple avec un menu proposant poissons, grillades et pâtes et une ambiance animée.

376, rue Saint-Joseph, Saint-Raymond

> La fromagerie Alexis de Portneuf

Le Saint-Raymond, le Sir Laurier, la Sauvagine, voilà des fromages fabriqués à Saint-Raymond et offerts aux quatre coins du Québec. Pour découvrir l'ensemble des produits de la fromagerie Alexis de Portneuf, il est possible de se rendre sur place et de faire des achats au comptoir. Ceux qui souhaitent prendre une bouchée peuvent commander un sandwich préparé sur place.

71, avenue Saint-Jacques, Saint-Raymond

Magie et enchantement à la Vallée secrète: l'entreprise... (Photo François Roy, La Presse) - image 4.0

Agrandir

Magie et enchantement à la Vallée secrète: l'entreprise familiale organise des chasses au trésor interactives dans les bois sous le thème des gnomes.

Photo François Roy, La Presse

Quoi faire

> La Vallée-Bras-du-Nord

Canot, kayak, randonnée pédestre, vélo de montagne en été, raquette, ski hors piste, motoneige en hiver, la Vallée-Bras-du-Nord fait office d'immense terrain de jeu. L'endroit gagne en popularité et est devenu une destination à part entière. Il est même possible de dormir sur place et de louer de l'équipement pour ceux qui souhaitent s'initier à un sport.

107, Grande-Ligne, Saint-Raymond

> La Vallée secrète

Une chasse au trésor interactive dans les bois sous le thème des gnomes. Voilà l'expérience offerte par La Vallée secrète, une entreprise familiale qui a su donner magie et enchantement à un petit coin de forêt. Petits et grands, munis d'un énorme trousseau de clés, se lancent à la recherche d'indices dans un endroit qui semble littéralement habité par ces fascinants petits personnages. On a construit de petites cabanes, installé des poupées de nains un peu partout, posé des cordes à linge sur lesquelles sont suspendus des vêtements et des bottes de petite taille. À la fin du parcours, les plus jeunes ont droit à un spectacle à l'intérieur même de la cabane de l'un de ces gnomes. La magie opère, même pour les grands.

1010, chemin de la Traverse, Saint-Raymond

> Vélopiste Jacques-Cartier/Portneuf

Une piste cyclable a été aménagée à l'endroit même où passait anciennement le train. De Saint-Gabriel-de-Valcartier jusqu'à Rivière-à-Pierre, en passant par Saint-Raymond, elle s'étend sur 68 km et permet aux adeptes de vélo de sillonner et découvrir plusieurs municipalités.

La transformation du centre-ville est réussie. La brique... (Photo François Roy, La Presse) - image 5.0

Agrandir

La transformation du centre-ville est réussie. La brique a repris ses droits en raison du déclin de l'aluminium.

Photo François Roy, La Presse

Retour dans le temps

Les visiteurs qui ont mis les pieds à Saint-Raymond il y a 20 ans ne se «reconnaîtraient plus» s'ils y revenaient aujourd'hui. C'est du moins ce qu'affirment l'actuel maire, Daniel Dion, et son équipe.

À la lumière des différentes photos prises dans les années 90, force est de constater que l'endroit a énormément changé... en mieux. «Ce n'était pas très beau», admet M. Dion en entrevue. Beaucoup d'immeubles étaient recouverts de tôle d'aluminium, les façades étaient disparates et sans cachet.

Puis, entre 1999 et 2002, il y a eu cette volonté de protéger le patrimoine bâti et de rendre le centre-ville plus attrayant. Avec l'aide de Rues principales, un organisme qui aide les municipalités désireuses de mettre en place des projets de revitalisation, Saint-Raymond s'est peu à peu métamorphosé. Pour s'inspirer, on a dépoussiéré des photos d'antan. La brique s'est imposée, tout comme les petits balcons aux barreaux joliment travaillés. Les panonceaux des boutiques sont en bois, comme autrefois.

La transformation est réussie. Même la pharmacie a fière allure. Et la Ville s'est même dotée d'un plan d'urbanisme. Il y a maintenant des règles à suivre pour les commerçants qui souhaitent modifier l'apparence de leur bâtiment.

Et pendant que le centre-ville se faisait une beauté, la Coopérative Vallée-Bras-du-Nord voyait le jour. Ainsi, les gens de l'industrie touristique, des travailleurs et des propriétaires terriens ont uni leurs forces pour développer l'endroit et en faire une destination de choix pour les touristes ainsi que les habitants du coin. Sans oublier la rénovation de l'Hôtel Roquemont et l'ouverture de la microbrasserie. «Notre slogan, c'est: "Une force de la nature"», souligne fièrement le maire.

On comprend maintenant pourquoi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer