Côte-de-Beaupré: balades printanières

  • Le pont de l'île d'Orléans (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Le pont de l'île d'Orléans

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 1 / 23
  • La chute Montmorency. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    La chute Montmorency.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 2 / 23
  • La chute Montmorency. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    La chute Montmorency.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 3 / 23
  • Le ski-raquette, nouvelle activité-vedette à la Forêt Montmorency. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Le ski-raquette, nouvelle activité-vedette à la Forêt Montmorency.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 4 / 23
  • Le ski-raquette, nouvelle activité-vedette à la Forêt Montmorency. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Le ski-raquette, nouvelle activité-vedette à la Forêt Montmorency.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 5 / 23
  • La façade du Manoir Montmorency (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    La façade du Manoir Montmorency

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 6 / 23
  • Le Kent-House bistro du Manoir Montmorency (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Le Kent-House bistro du Manoir Montmorency

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 7 / 23
  • La tartiflette servie au Kent-House bistro du Manoir Montmorency (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    La tartiflette servie au Kent-House bistro du Manoir Montmorency

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 8 / 23
  • Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 9 / 23
  • Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 10 / 23
  • Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 11 / 23
  • C'est dans la forêt Montmorency que, depuis 1964, la faculté de foresterie de l'Université Laval réalise divers travaux de recherche sur l'aménagement du paysage forestier. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    C'est dans la forêt Montmorency que, depuis 1964, la faculté de foresterie de l'Université Laval réalise divers travaux de recherche sur l'aménagement du paysage forestier.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 12 / 23
  • C'est dans la forêt Montmorency que, depuis 1964, la faculté de foresterie de l'Université Laval réalise divers travaux de recherche sur l'aménagement du paysage forestier. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    C'est dans la forêt Montmorency que, depuis 1964, la faculté de foresterie de l'Université Laval réalise divers travaux de recherche sur l'aménagement du paysage forestier.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 13 / 23
  • Microbrasserie les Beaux-Prés. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Microbrasserie les Beaux-Prés.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 14 / 23
  • À la microbeasserue des Beaux-Prés, on brasse stouts, pale ales, Weizenbocks et Hefeweizens et les bières sont dégustées avec vue sur le fleuve et l'Île d'Orléans. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    À la microbeasserue des Beaux-Prés, on brasse stouts, pale ales, Weizenbocks et Hefeweizens et les bières sont dégustées avec vue sur le fleuve et l'Île d'Orléans.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 15 / 23
  • Microbrasserie les Beaux-Prés. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Microbrasserie les Beaux-Prés.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 16 / 23
  • Le petit resto Bretz au mont Saint-Anne. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Le petit resto Bretz au mont Saint-Anne.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 17 / 23
  • 'Auberge Baker est une auberge au charme vieillot, logée dans une maison presque deux fois centenaire, qui cache de belles chambres sous les combles. Murs de pierre ou de bois, poutrelles au plafond et antiquités à foison. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    'Auberge Baker est une auberge au charme vieillot, logée dans une maison presque deux fois centenaire, qui cache de belles chambres sous les combles. Murs de pierre ou de bois, poutrelles au plafond et antiquités à foison.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 18 / 23
  • Le deuxième tage de l'Auberge Baker. Une auberge au charme vieillot, logée dans une maison presque deux fois centenaire, qui cache de belles chambres sous les combles. Murs de pierre ou de bois, poutrelles au plafond et antiquités à foison. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Le deuxième tage de l'Auberge Baker. Une auberge au charme vieillot, logée dans une maison presque deux fois centenaire, qui cache de belles chambres sous les combles. Murs de pierre ou de bois, poutrelles au plafond et antiquités à foison.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 19 / 23
  • Chez Marie, on vend du pain cuit au four à bois et aussi du pain à la tranche, que Marie Mercier, la propriétaire âgée de 74 ans, tartine d'une généreuse couche de beurre d'érable. Un vrai goût d'enfance. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    Chez Marie, on vend du pain cuit au four à bois et aussi du pain à la tranche, que Marie Mercier, la propriétaire âgée de 74 ans, tartine d'une généreuse couche de beurre d'érable. Un vrai goût d'enfance.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 20 / 23
  • À la fois café, pâtisserie, épicerie gourmande et traiteur, les Trois becs offrent dans leur local coloré du boulevard Sainte-Anne des plats simples et savoureux, qui font une belle place aux produits du coin. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    À la fois café, pâtisserie, épicerie gourmande et traiteur, les Trois becs offrent dans leur local coloré du boulevard Sainte-Anne des plats simples et savoureux, qui font une belle place aux produits du coin.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 21 / 23
  • La boutique Ni vu ni Cornu , une galerie d'art ludique et dynamique qui expose le travail d'une trentaine d'artistes et d'artisans québécois: sculpture et peinture, bien sûr, mais aussi photographie, bijoux ou horloges de bois peintes. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    La boutique Ni vu ni Cornu , une galerie d'art ludique et dynamique qui expose le travail d'une trentaine d'artistes et d'artisans québécois: sculpture et peinture, bien sûr, mais aussi photographie, bijoux ou horloges de bois peintes.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 22 / 23
  • La boutique Ni vu ni Cornu , une galerie d'art ludique et dynamique qui expose le travail d'une trentaine d'artistes et d'artisans québécois: sculpture et peinture, bien sûr, mais aussi photographie, bijoux ou horloges de bois peintes. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Plein écran

    La boutique Ni vu ni Cornu , une galerie d'art ludique et dynamique qui expose le travail d'une trentaine d'artistes et d'artisans québécois: sculpture et peinture, bien sûr, mais aussi photographie, bijoux ou horloges de bois peintes.

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

  • 23 / 23

Partager

(Beaupré) Beaucoup de voyageurs traversent la Côte-de-Beaupré sans même y jeter un oeil, trop pressés de rejoindre Charlevoix depuis Québec. Vrai que le boulevard Sainte-Anne est loin d'être joli, véritable balafre dans le paysage, avec ses garages, ses motels abandonnés et ses bâtiments décrépis qui cachent la vue sur le fleuve. Pour apprécier la Côte-de-Beaupré et découvrir cette terre habitée par les premiers colons dès 1626, il faut emprunter l'avenue Royale, un peu plus haut dans les terres. Maisons centenaires, églises charmantes, caveaux à légumes et croix de chemin ponctuent le décor, sur cette Route de la Nouvelle-France.

De part et d'autre de cette région souvent négligée, plusieurs activités de plein air permettent de terminer l'hiver en beauté. Ou d'accueillir le printemps de belle façon. Voici quelques suggestions.

Ski alpin au Mont-Sainte-Anne

La station de ski alpin célèbre l'arrivée du printemps avec des festivités tous les week-ends, jusqu'au 28 avril. Pendant que les skieurs dévalent les pentes dans une neige transformée en gros sel, plusieurs spectacles et activités spéciales sont proposés au pied de la montagne - et au milieu des pistes. En effet, une cabane à sucre installée sur la piste Pichard offre de la tire sur la neige, qu'on peut déguster au soleil, sur des bancs de bois. Constat: une fois les mitaines bien collées, les bâtons tiennent mieux dans les mains!

Samedi, pour le coup d'envoi des Folies du printemps, le groupe Final State monte sur la scène extérieure à 15h. Des modules de rampes seront aussi installés dans le village touristique pour les adeptes de freestyle.

Les 6 et 7 avril, plusieurs activités sont prévues: spectacle extérieur de Karim Ouellet, rencontre avec la mascotte Yéti, initiation à la slackline (équilibre sur sangle) et compétition amicale pour planchistes sur un parcours composé de virages inclinés. Le week-end suivant, le chanteur reggae Daddy Rushy et son groupe prennent le relais sur scène.

Pour ajouter à l'énergie toute printanière de la station, des spas extérieurs sont ouverts gratuitement au public, et ce, tous les week-ends jusqu'à la fin de la saison, prévue le 28 avril.

www.mont-sainte-anne.com

Balade panoramique au parc de la chute Montmorency

C'est au printemps, pendant la fonte des neiges, que la chute Montmorency gronde avec le plus de fracas. En avril, au plus gros des crues printanières, lorsque la rivière Montmorency gonfle presque jusqu'à déborder, le débit de la chute atteint aisément 125 000 litres par seconde. Le bruit de l'eau qui se fracasse sur les rochers après une chute de 83 mètres est assourdissant. Même juché sur le belvédère à flanc de falaise, impossible de ne pas se faire éclabousser (un peu!) par ce torrent.

La passerelle qui enjambe la chute est un nichoir parfait pour admirer le spectacle des glaces qui flottent sur le Saint-Laurent, avec l'île d'Orléans en toile de fond. Le téléphérique offre aussi une vue imprenable sur la chute et le fleuve. Jusqu'au 21 avril, il est en fonction du jeudi au dimanche, de 10h à 16h. Les sentiers de randonnée, de part et d'autre de la rivière, sont toujours accessibles. Toutefois, la promenade de la chute, qui relie le stationnement au pain de sucre en hiver, est fermée au public, tout comme les escaliers panoramiques qui grimpent le long de la faille.

www.sepaq.com/ct/pcm

Ski-raquette à la Forêt Montmorency

Située à plus de 70 km du Vieux-Québec par la route 175 - celle qui file vers Saguenay -, la Forêt Montmorency n'en fait pas moins partie de la (très vaste) région de la Côte-de-Beaupré. Les battures du paysage côtier cèdent toutefois la place à des rangs serrés de conifères. C'est ici que, depuis 1964, la faculté de foresterie de l'Université Laval réalise divers travaux de recherche sur l'aménagement du paysage forestier. C'est aussi ici que des centaines de fondeurs, raquetteurs et randonneurs sur neige viennent chaque année profiter de l'abondance de la neige. Cet hiver, une nouvelle activité est venue s'ajouter: le ski-raquette. Ce sport hybride, qui permet à la fois la glisse et la marche sur la neige, se pratique sur des skis courts munis de peaux synthétiques qui facilitent les montées. La Forêt offre la location.

Quiconque n'a jamais posé le pied dans la Fôret Montmorency pourrait croire que sports de plein air et coupe forestière ne font pas bon ménage. Pourtant, les coupes partielles réalisées par les chercheurs ont surtout permis de dégager des sentiers ou d'éclaircir des secteurs, sans entamer le caractère boisé du lieu. De fait, les coupes ont façonné le terrain de telle façon qu'il semble dessiné exprès pour le ski-raquette. Des bandes étroites ont été dégagées au milieu des sapins, entre le sommet et le pied des montagnes, ce qui offre des couloirs parfaits pour les descentes. Genoux fléchis, un peu à la manière du télémark, on peut glisser sur la neige vierge dans des sous-bois en doux relief. Et, selon Hugues Sansregret, directeur des opérations à la Forêt Montmorency, la saison de ski-raquette pourrait s'étirer jusqu'à la fin du mois d'avril.

À savoir: la Forêt dispose de 75 chambres en occupation double, de chalets et de camps rustiques pour l'hébergement.

www.fm.ulaval.ca

Ornithologie au cap Tourmente

Il faudra attendre jusqu'au 20 avril pour fouler de nouveau les 20 km de sentiers de la Réserve nationale de faune du cap Tourmente. L'attente devrait être récompensée. À la fin du mois d'avril, les oies des neiges commencent à arriver du Sud pour venir se nourrir de scirpe dans les marais. Si les oies sont les grandes vedettes du parc - certaines journées de mai, on peut en voir près de 50 000 dans les battures -, quelque 325 autres espèces d'oiseaux passent par la réserve. Au printemps, on peut régulièrement en voir une centaine en une seule journée. Parmi elles, plusieurs sauvagines, dont le canard branchu, spectaculaire à cette période de l'année, puisque les mâles arborent leur plumage nuptial coloré pour faire la cour aux femelles. Les parulines viennent aussi en grand nombre. Et comme la séduction passe aussi par le chant, le concert est toujours impressionnant.

Autre espèce qui attire toutes les lunettes d'approche: le couple de faucons pèlerins qui niche sur la falaise. On peut facilement observer les adultes et leurs fauconneaux depuis la terrasse d'observation du sentier l'Allée d'ormes.

La réserve est ouverte sept jours sur sept, de 8h30 à 17h, du 20 avril au 27 octobre. Tous les week-ends, des guides-naturalistes proposent des activités d'interprétation dont le thème varie au gré des semaines.

www.ec.gc.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Côte-de-Beaupré: après la balade, la pause!

    Québec

    Côte-de-Beaupré: après la balade, la pause!

    La Côte-de-Beaupré, à l'est de Québec, est une région formidable pour profiter du soleil et d'une épaisse couverture de neige pour jouer au grand... »

  • Orford et Sutton offrent encore du ski

    Régions

    Orford et Sutton offrent encore du ski

    La majorité des centres de ski de la région ont lancé la serviette au cours des dernières semaines. Toutefois, les stations Mont Orford et Mont... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Le pont de l'île d'Orléans (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Le pont de l'île d'Orléans

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    La chute Montmorency. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    La chute Montmorency.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    La chute Montmorency. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    La chute Montmorency.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Le ski-raquette, nouvelle activité-vedette à la Forêt Montmorency. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Le ski-raquette, nouvelle activité-vedette à la Forêt Montmorency.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Le ski-raquette, nouvelle activité-vedette à la Forêt Montmorency. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Le ski-raquette, nouvelle activité-vedette à la Forêt Montmorency.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    La façade du Manoir Montmorency (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    La façade du Manoir Montmorency

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Le Kent-House bistro du Manoir Montmorency (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Le Kent-House bistro du Manoir Montmorency

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    La tartiflette servie au Kent-House bistro du Manoir Montmorency (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    La tartiflette servie au Kent-House bistro du Manoir Montmorency

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Tire d'érable servi dans une petit cabane a sucre dans une des pentes de ski du mont Saint-Anne.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    C'est dans la forêt Montmorency que, depuis 1964, la faculté de foresterie de l'Université Laval réalise divers travaux de recherche sur l'aménagement du paysage forestier. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    C'est dans la forêt Montmorency que, depuis 1964, la faculté de foresterie de l'Université Laval réalise divers travaux de recherche sur l'aménagement du paysage forestier.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    C'est dans la forêt Montmorency que, depuis 1964, la faculté de foresterie de l'Université Laval réalise divers travaux de recherche sur l'aménagement du paysage forestier. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    C'est dans la forêt Montmorency que, depuis 1964, la faculté de foresterie de l'Université Laval réalise divers travaux de recherche sur l'aménagement du paysage forestier.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Microbrasserie les Beaux-Prés. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Microbrasserie les Beaux-Prés.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    À la microbeasserue des Beaux-Prés, on brasse stouts, pale ales, Weizenbocks et Hefeweizens et les bières sont dégustées avec vue sur le fleuve et l'Île d'Orléans. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    À la microbeasserue des Beaux-Prés, on brasse stouts, pale ales, Weizenbocks et Hefeweizens et les bières sont dégustées avec vue sur le fleuve et l'Île d'Orléans.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Microbrasserie les Beaux-Prés. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Microbrasserie les Beaux-Prés.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Le petit resto Bretz au mont Saint-Anne. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Le petit resto Bretz au mont Saint-Anne.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    'Auberge Baker est une auberge au charme vieillot, logée dans une maison presque deux fois centenaire, qui cache de belles chambres sous les combles. Murs de pierre ou de bois, poutrelles au plafond et antiquités à foison. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    'Auberge Baker est une auberge au charme vieillot, logée dans une maison presque deux fois centenaire, qui cache de belles chambres sous les combles. Murs de pierre ou de bois, poutrelles au plafond et antiquités à foison.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Le deuxième tage de l'Auberge Baker. Une auberge au charme vieillot, logée dans une maison presque deux fois centenaire, qui cache de belles chambres sous les combles. Murs de pierre ou de bois, poutrelles au plafond et antiquités à foison. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Le deuxième tage de l'Auberge Baker. Une auberge au charme vieillot, logée dans une maison presque deux fois centenaire, qui cache de belles chambres sous les combles. Murs de pierre ou de bois, poutrelles au plafond et antiquités à foison.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    Chez Marie, on vend du pain cuit au four à bois et aussi du pain à la tranche, que Marie Mercier, la propriétaire âgée de 74 ans, tartine d'une généreuse couche de beurre d'érable. Un vrai goût d'enfance. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    Chez Marie, on vend du pain cuit au four à bois et aussi du pain à la tranche, que Marie Mercier, la propriétaire âgée de 74 ans, tartine d'une généreuse couche de beurre d'érable. Un vrai goût d'enfance.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    À la fois café, pâtisserie, épicerie gourmande et traiteur, les Trois becs offrent dans leur local coloré du boulevard Sainte-Anne des plats simples et savoureux, qui font une belle place aux produits du coin. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    À la fois café, pâtisserie, épicerie gourmande et traiteur, les Trois becs offrent dans leur local coloré du boulevard Sainte-Anne des plats simples et savoureux, qui font une belle place aux produits du coin.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    La boutique Ni vu ni Cornu , une galerie d'art ludique et dynamique qui expose le travail d'une trentaine d'artistes et d'artisans québécois: sculpture et peinture, bien sûr, mais aussi photographie, bijoux ou horloges de bois peintes. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    La boutique Ni vu ni Cornu , une galerie d'art ludique et dynamique qui expose le travail d'une trentaine d'artistes et d'artisans québécois: sculpture et peinture, bien sûr, mais aussi photographie, bijoux ou horloges de bois peintes.

  • Côte-de-Beaupré: balades printanières
    La boutique Ni vu ni Cornu , une galerie d'art ludique et dynamique qui expose le travail d'une trentaine d'artistes et d'artisans québécois: sculpture et peinture, bien sûr, mais aussi photographie, bijoux ou horloges de bois peintes. (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

    Photo Olivier Pontbriand, La Presse

    La boutique Ni vu ni Cornu , une galerie d'art ludique et dynamique qui expose le travail d'une trentaine d'artistes et d'artisans québécois: sculpture et peinture, bien sûr, mais aussi photographie, bijoux ou horloges de bois peintes.