La magie du lac au Sorcier

Le lac dispense ses cadeaux avec parcimonie. En... (Photo fournie par la SAQ)

Agrandir

Le lac dispense ses cadeaux avec parcimonie. En moyenne, chaque pêcheur rapporte à la maison un omble et une seule ouananiche, mais habituellement de belle taille.

Photo fournie par la SAQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pierre Gingras

Avec un nom aussi évocateur, le lac au Sorcier suscite l'envoûtement. Assurément, ce n'est pas un lac comme les autres. Pour des milliers de Québécois, c'est un sanctuaire, un lieu légendaire. Et il faut s'y prendre tôt pour espérer y lancer sa ligne à l'eau.

Situé dans la réserve de Mastigouche, au nord de Saint-Alexis-des-Monts, aux limites de Lanaudière, à deux heures et demie de route de Montréal, c'est un coin de nature à l'état brut. Un couple de pygargues à tête blanche y niche même depuis des années. Pas de chalets dans les alentours. Un minuscule camping rustique, tout au plus. Il y a bien quelques plages, mais elles ne sont accessibles qu'avec une embarcation. On ne vient pas ici pour la baignade ou le kayak mais pour la pêche. Le Sorcier, d'une superficie de près de 900 hectares, est un des lacs les plus populaires du Québec. Les pêcheurs en rêvent.

Imaginez, l'an dernier, ils étaient 7500 à participer au tirage au sort par internet pour avoir la chance d'y mettre leur ligne à l'eau. Et on s'attend à ce que la demande soit encore plus forte cette année. Le lac est si prisé qu'en 2011, la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) a été obligée de créer un mode spécial de réservation pour ne pas engorger son système. Les chances de pouvoir y pêcher sont minces: 150 élus pourront être accompagnés de 2 personnes, soit 5 groupes par jour du 21 juin au 20 juillet. Un total de 450 pêcheurs. Après quoi, le Sorcier se repose.

Pourtant ici, la moyenne de capture est faible. Rien pour provoquer une fièvre. Sauf que la magie opère toujours, depuis 100 ans d'ailleurs. Ce rêve, c'est... la ouananiche.

Les amateurs savent que c'est un des rares endroits facilement accessibles où l'on peut capturer ce fameux saumon d'eau douce, un poisson mythique en raison de ses batailles épiques au bout de la ligne et de sa rareté dans le sud du Québec. Le lac au Sorcier faisait jadis partie du territoire du St. Bernard Fish and Game Club incorporé en 1889, un des premiers clubs de chasse et de pêche au Québec. Ses riches propriétaires, des hommes d'affaires du nord-est des États-Unis, avaient décidé d'introduire de jeunes ouananiches provenant du lac Saint-Jean dans certains lacs du territoire. C'était en 1915. Ce fut un échec, sauf au lac au Sorcier qui a vite acquis une réputation enviable.

«Le lac a toujours été très contingenté, ce qui a contribué à sa légende, explique Sébastien Vallières, gardien de territoire dans la réserve Mastigouche. D'abord à l'époque des clubs privés, puis par la réserve qui a toujours pris soin de ce trésor. Comme le nombre de pêcheurs a toujours été limité, qu'on est presque certains d'y prendre une ou deux ouananiches, que la nature est sauvage à souhait, ils sont des milliers à en rêver.»

Sébastien Vallières habite à Saint-Alexis-des-Monts, près de la réserve. Grand amateur de pêche, il raconte que le lac a longtemps été enveloppé de mystère. Selon la légende, des bruits provenant du sorcier empêchaient des gens qui séjournaient sur place de dormir dans l'île où étaient enterrés des Amérindiens, probablement une façon habile de limiter l'accès aux braconniers. Le Sorcier exige respect. Ses sautes d'humeur peuvent générer des vagues impressionnantes.

Mais au-delà du mythe, le lac dispense ses cadeaux avec parcimonie. Le quota annuel pour le saumon d'eau douce est de 480 kg, et la limite quotidienne autorisée est de 2 ouananiches et 7 ombles de fontaine. Les résultats sont toutefois plus modestes. En moyenne, chaque pêcheur rapporte à la maison un omble et une seule ouananiche, mais habituellement de belle taille. «La pêche est toujours meilleure en début de saison», précise M. Vallières.

L'inscription au tirage au sort pour pêcher au lac au Sorcier est gratuite et se déroule jusqu'au 31 mars. Les gagnants sont joints par téléphone selon l'ordre obtenu au tirage et doivent alors choisir leur date de séjour, en plus de payer les frais de location de l'embarcation. En raison de la superficie du lac, un moteur hors-bord s'impose. Plusieurs utilisent un radar pour détecter le poisson. Et n'oubliez pas de faire des invocations au sorcier! Peut-être qu'il vous entendra. L'an dernier, j'étais... 5760e sur la liste d'attente.

www.sepaq.com/tirages

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer