Du ski entre filles dans les Chic-Chocs

Des participantes de l'événement White Lips au sommet... (Photo Frédéric Tougas, fournie par White Lips)

Agrandir

Des participantes de l'événement White Lips au sommet du mont Porphyre.

Photo Frédéric Tougas, fournie par White Lips

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Skier l'hiver

Voyage

Skier l'hiver

Consultez notre dossier pour savoir où skier cet hiver. »

(MURDOCHVILLE) Gravir une montagne avec des peaux de phoque en quête de neige poudreuse, c'est loin d'être seulement une affaire de gars. Cette année encore, l'événement White Lips compte attirer une soixantaine de filles à Murdochville pour une initiation au ski et à la planche hors-piste.

Les filles se préparent à faire leur première... (Photo Frédéric Tougas, fournie par White Lips) - image 1.0

Agrandir

Les filles se préparent à faire leur première descente du mont Porphyre.

Photo Frédéric Tougas, fournie par White Lips

Comme White Lips est une initiation au ski... (Photo Frédéric Tougas, fournie par White Lips) - image 1.1

Agrandir

Comme White Lips est une initiation au ski et à la planche hors piste, des formations sont données aux participantes avant leurs premières ascension et descente.

Photo Frédéric Tougas, fournie par White Lips

C'est le fait que ce soit un séjour sans chum et sans gars qui a attiré de nombreuses skieuses - des étudiantes, des enseignantes, des médecins, des infirmières - au coeur de la Gaspésie, l'hiver dernier, dans le cadre du deuxième événement White Lips auquel La Presse a participé.

« Je n'avais pas envie de subir la pression des gars. Avec eux, il faut aller vite, il faut faire le plus de descentes possible et il faut prendre les pistes les plus aventureuses. Au moins, entre filles, on est capables de prendre un peu plus notre temps », raconte Sophie-Ann Vallée.

Avant de pousser les filles à leur première ascension du mont Porphyre, une matinée d'ateliers est organisée le vendredi. Les participantes apprennent notamment à poser et à enlever les peaux de phoque sur leurs skis ou leur planche à neige divisible et, surtout, à utiliser le détecteur de victimes d'avalanche qu'elles porteront pendant toute la fin de semaine.

Jessika Giroux, habituée des secteurs hors-piste du mont Édouard au Saguenay, a manipulé les peaux de phoque pour la toute première fois, l'hiver dernier. Accompagnée de deux amies, elle a adoré l'esprit de camaraderie et la bonne humeur qui ont animé White Lips.

« La solidarité féminine, c'était impressionnant. En montant, notre petite gang, on se motivait, on s'encourageait, on se disait qu'on était capables, qu'on était solides. C'était vraiment beau à voir. »

- Jessika Giroux

Chantal Filteau, autre participante originaire de Charlevoix, croyait qu'elle allait détester gravir des sommets en peaux de phoque. « Je pensais que j'allais trouver ça trop forçant et que j'allais avoir trop chaud. Mais les guides sont partis de la base. Ils nous ont dit comment s'habiller, quoi mettre dans notre sac à dos, quoi manger durant la montée et tout cela m'a vraiment permis d'apprécier ma journée », affirme-t-elle.

Après les efforts de l'ascension, glisser dans la neige vierge réussit à faire oublier toutes les douleurs. À coup sûr.

UN HOMME PARMI ELLES

La personne qui organise l'événement et qui veille au bonheur des filles est en fait... un homme !

À la fin d'un contrat de travail qui le liait à Murdochville, Nikola Falardeau-Drouin a eu envie d'un geste pour faire connaître l'offre récréotouristique de l'ancienne ville minière. C'est à ce moment qu'il a eu l'idée d'organiser un événement de glisse pour femmes.

« Par le passé, j'ai initié des couples d'amis au ski hors-piste avec beaucoup de difficulté. Sur la montagne, les gars et les filles ont tendance à se comparer. L'intérêt n'est pas toujours le même chez les gars et chez les filles. C'est un créneau qui est méconnu et qui effraie certaines filles. Pourtant, ça ne devrait vraiment pas leur faire peur », explique cet amoureux de Murdochville et du ski hors-piste.

Lors du premier White Lips, il y a deux ans, l'organisateur a réussi à attirer 15 filles dans un village où les touristes d'hiver sont en majorité des hommes. Puis, l'année dernière, grâce au bouche-à-oreille et aux médias sociaux, le nombre de participantes a explosé. En moins de 24 heures, 60 filles se sont inscrites à l'événement.

Le désir de Nikola Falardeau-Drouin n'est toutefois pas de convertir à tout prix les filles au ski hors-piste. Ce qu'il souhaite par-dessus tout, c'est de leur offrir la possibilité d'essayer le sport de glisse, sans le stress et la pression d'autres skieurs.

White Lips aura lieu du 21 au 24 janvier. L'inscription coûte 499,99 $ (549,99 $ avec la location d'équipement) et comprend les nuitées à l'auberge Chic-Chac, trois repas par jour et des collations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer