Laval en famille

  • Maeva Surf (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

    Plein écran

    Maeva Surf

    PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

  • 1 / 5
  •  (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

  • 2 / 5
  • Léa escalade une des multiples structure de Clip'n Climp (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

    Plein écran

    Léa escalade une des multiples structure de Clip'n Climp

    PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

  • 3 / 5
  • Pour certaines structures, le port d'équipement de sécurité obligatoire. (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

    Plein écran

    Pour certaines structures, le port d'équipement de sécurité obligatoire.

    PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

  • 4 / 5
  • Léa réussit à voler sans l'aide de son instructeur, Arnaud Gardye-Filarétos. (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

    Plein écran

    Léa réussit à voler sans l'aide de son instructeur, Arnaud Gardye-Filarétos.

    PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Laval) On trouve à Laval plus d'un endroit où essayer, en compagnie d'instructeurs qualifiés, des activités grisantes, autrement assez difficilement accessibles. Nous en avons testé quelques-unes en compagnie de Léa, 9 ans. Et parfois, l'avis de l'enfant et celui de l'adulte ne concordent pas tout à fait. Récits.

ESCALADE: Défis en hauteur

Ce n'est pas toujours simple de faire de l'escalade intérieure en famille. Les parents doivent être certifiés pour garantir la sécurité de leur progéniture en cas de chute. Pour eux, l'heure passée au centre d'escalade se résume souvent à regarder grimper les petits.

Le centre Clip'n Climb, quant à lui, est doté d'un système de rappel automatisé qui permet à tous, parents et enfants, de grimper sans cours préalable. Pas de noeud à apprendre, pas de techniques à maîtriser... Chacun s'encorde, grimpe à son rythme puis redescend doucement.

Autre particularité de ce centre pas comme les autres: les 34 murs prennent des formes rigolotes et inusitées. Prises lumineuses à l'intérieur d'une cheminée, mur de velcro, poteau de bois, pile de poutres métalliques... Tout est coloré à souhait pour plaire aux familles, principale clientèle de Clip'n Climb (même si des grimpeurs aguerris viennent s'y entraîner).

Léa, en vraie habituée de l'escalade intérieure, s'attaque au premier mur sans hésiter. «Trop facile», lance Ninja (ici, les instructeurs ont tous un surnom; leur véritable prénom reste secret). «N'utilise que les prises vertes...» L'ascension est plus corsée, en effet.

Sur chaque mur, un petit panneau indique la marche à suivre selon le niveau des grimpeurs. Ainsi, le petit débutant et l'adulte aux grands bras peuvent grimper le même couloir... et suer tous les deux pour réussir à toucher le bouton témoin au sommet du mur.

Le centre propose aussi deux «super défis», non inclus dans le prix d'entrée: les bien nommés Saut de l'ange et Chute libre. Léa veut à tout prix les essayer... mais refuse d'être la première à sauter. La journaliste se retrouve donc accrochée à un trapèze, à 9 m d'altitude, puis obligée de sauter dans le vide pour attraper un sac de sable suspendu entre ciel et terre. Un conseil: coeurs sensibles s'abstenir...

L'avis de Léa

+ «J'ai adoré faire les super défis, surtout celui où j'ai sauté comme Superman pour attraper le trapèze.»

- «Il y avait des murs vraiment difficiles.»

L'avis de Stéphanie

+ Gros coup de coeur pour ce centre coloré et rassembleur. Toute la famille y trouve son compte.

- Les coûts supplémentaires pour les super défis.

Fiche d'information

Endroit: Clip'n Climb

Âge: à partir de 4 ans.

Durée de l'activité: 1h15 min.

Coût (taxes en sus): en semaine, 8$ pour les pour les 5 ans et moins, 16$ pour les 6 ans et plus. Week-end et jours fériés, 10,87$ et 21,74$.

Réservations: recommandées, surtout le week-end.

Services sur place: vente de boissons et de yogourts glacés, petite boutique de souvenirs.

Adresse: Centropolis, 2929, boulevard Saint-Martin Ouest, Laval

Téléphone: 450 934-9493

Site: clipnclimblaval.ca

SURF: Faire la vague

De toutes les activités au programme lors du séjour à Laval, c'est le surf intérieur qui a soulevé le plus de questions (et d'inquiétudes) chez notre testeuse attitrée.

Vrai, il n'est pas aisé de comprendre comment on peut surfer entre quatre murs. Allait-on se retrouver dans une piscine à vagues? Sur une glissoire aquatique? Pas vraiment. À Maeva Surf, l'eau est propulsée à 40 km/h pour remonter une douce pente faite de toile élastique. Les surfeurs restent face au courant pour réaliser leurs virages ou leurs figures sur de courtes planches (bodyboards) ou de plus longues, semblables à des planches à neige sans armature, appelées flowboards.

La gérante de Maeva Surf, Jade Lacroix-Lauzon, est championne canadienne de flowboard. C'est elle qui nous a appris les rudiments du sport au cours des 30 minutes de formation obligatoire comprises dans le forfait d'initiation. Comment tenir et manoeuvrer le bodyboard, comment y monter à genoux? Que faire lorsqu'on tombe? Car oui, on tombe. Tous. Et le courant est si fort qu'il nous pousse comme des brindilles tout en haut de la vague, où un mur coussiné freine notre course.

Élégant? Pas une miette. Apeurant? Un peu, la première fois. Dangereux?

Au pire, on s'en sort avec un bleu.

«Le plus jeune surfeur que j'ai formé avait 4 ans, le plus vieux, 86 ans», lance Jade. Notre orgueil est piqué...

Léa s'élance la première. Jade reste tout à côté. Surprise! Le bodyboard se manie facilement. À son premier essai, elle fait des virages comme une pro. À son deuxième, elle grimpe sur la planche à genoux... et en perd la maîtrise. La vague l'emporte jusqu'au mur du fond, d'où elle se relève, les yeux ronds mais le sourire aux lèvres. «Encore!» Elle s'amuse franchement à faire des virages, puis à lâcher sa planche pour la rattraper aussitôt en criant.

L'auteure de ces lignes? Elle ne s'en tire pas trop mal en bodyboard, mais ça se gâte sur le flowboard. Cette planche est beaucoup plus nerveuse qu'un surf de mer; un petit déséquilibre et c'est le voyage cul par-dessus tête vers le mur du fond. Pas facile de tenir debout, même en agrippant la corde que tend Jade.

Léa aussi a du mal à maîtriser la longue planche. Elle en a assez de tomber. «Ça fait quand même mal aux fesses.» Après 30 minutes à gigoter dans l'eau, elle est crevée. Mais on reviendra, peut-être en janvier, alors que Maeva Surf ajoutera une quarantaine d'heures de surf libre à son horaire hebdomadaire.

L'avis de Léa

+ «Je suis vraiment fière de m'être tenue debout sur la planche.»

- «J'avais un peu peur de tomber, parfois...»

L'avis de Stéphanie

+ Beaucoup de plaisir, de rires et d'adrénaline en bodyboard.

- L'activité est chère. Un luxe à s'offrir à l'occasion.

Fiche d'information

Endroit: Maeva Surf

Âge: pas d'âge minimum, mais il faut mesurer au moins 1 m pour le bodyboard et 1,3 m pour le surf debout.

Durée de l'activité: 1h30 min.

Coût (taxes en sus): 50$ pour l'initiation en groupe semi-privé (de 4 à 6 personnes).

Réservations: obligatoires.

Services sur place: comptoir alimentaire avec bar à smoothies, boutique de vêtements et d'accessoires, location de planches, bar avec permis d'alcool.

Adresse: Centropolis, 2005, boulevard Daniel-Johnson, Laval

Téléphone: 450 934-6238

Site: maevasurf.com

CHUTE LIBRE: Voler pour vrai

On a beau avoir rêvé un jour de voler, jouer les oiseaux n'est pas naturel pour les humains que nous sommes. C'est sans doute pour cette raison que les estomacs - petit et grand - étaient noués lorsque nous sommes entrées chez SkyVenture pour tester le simulateur de chute libre.

Grosso modo, cela ressemble à un grand silo où l'air circule verticalement à 175 km/h. Pendant deux minutes bien comptées (pour le forfait de base), on peut déployer ses bras et voler entre ciel et terre, un peu comme le parachutiste avant qu'il n'ouvre sa toile.

L'activité s'ouvre avec une formation d'une vingtaine de minutes. Au programme: les règles de sécurité, les gestes pour communiquer dans le vacarme de la soufflerie, la posture à adopter pour plus de stabilité sur la colonne d'air.

Léa a mille questions. L'instructeur, Arnault Gardye-Filarétos, répond à chacune d'elles. Non, elle ne s'écrasera pas au sol. Oui, il restera avec elle tout le long. Non, elle n'a pas besoin de se mettre des bouchons dans le nez.

Équipées d'une combinaison légère, d'un casque, de lunettes de protection et de bouchons (pour les oreilles!), nous sommes prêtes à voler. Une fois dans la soufflerie, il suffira de se laisser tomber vers l'avant, bras repliés sur la poitrine, pour que l'instructeur agrippe les poignées de nos combinaisons.

Si, au départ, Léa est assez crispée, elle se détend vite, rassurée par la présence d'Arnault, qui la tient solidement. Grâce à ses consignes, sa position de vol s'améliore: bras devant, mains au niveau des yeux, jambes fléchies... Il peut la lâcher complètement. Elle vole, seule. Pour l'amuser, il la fait sortir en marchant. Ou la fait entrer d'un saut en avant.

La journaliste, elle, met plus de temps à se détendre. Résultat: le vol est, disons, moins fluide.

Dans les 30 dernières secondes du vol ultime, l'instructeur montre du doigt le haut du tunnel en hochant la tête. Signification: «On monte jusqu'en haut du tunnel, en tandem?» Difficile de résister puisque les débutants ne montent jamais plus haut que 3 ou 4 mètres en solo. Le hic: cette ascension à 13 m d'altitude a un prix, soit 10$ par personne (taxes incluses). Pourquoi ne pas l'inclure simplement dans le prix du forfait? «Tous les instructeurs n'ont pas les compétences pour le faire, explique Jean-François Larocque, directeur adjoint au marketing. Si les clients sont intéressés au vol tandem, ils peuvent en faire la demande au comptoir. Nous tenterons de leur affecter un instructeur.»

Léa est assez stable pour accepter l'offre d'Arnault. Ensemble, ils montent en vrille tout en haut du tunnel. Une fois, puis deux, puis trois. À l'atterrissage, elle a les yeux qui brillent. «Est-ce que je peux revenir pour ma fête?»

L'avis de Léa

+ «C'était vraiment excitant. C'est l'activité que j'ai préférée.»

- «Ça soufflait tellement fort dans le tunnel que ma bave coulait sur ma joue. Dégueulasse!»

L'avis de Stéphanie

+ Les instructeurs adaptent très bien l'accueil, la formation et le vol aux enfants.

- Les coûts sont astronomiques. Deux minutes de vol (donc d'action), c'est peu pour un enfant.

Fiche d'information

Endroit: SkyVenture

Âge: à partir de 4 ans.

Durée de l'activité: de 1h30 min à 2h.

Prix (taxes incluses): 71,28$ pour deux envolées, 124$ pour quatre; vol en tandem non compris.

Réservations: obligatoires.

Services sur place: petite boutique de souvenirs, prise de photos et de vidéos.

Adresse: Centropolis, 2700, avenue du Cosmodôme, Laval

Téléphone: 514 524-4000

Site: skyventuremontreal.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer