Recherche Voyage

Mes plus belles vacances au Québec

Nous avons demandé à quatre personnalités de nous... (Photo David Boily, Archives La Presse)

Agrandir

Nous avons demandé à quatre personnalités de nous raconter leurs plus beaux souvenirs de vacances au Québec.

Photo David Boily, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le bord du fleuve, dans «le Nord» ou tout près de la ville: les Québécois aiment passer leurs vacances au Québec. Qui ne se souvient pas des étés au chalet, sur la route ou en camping avec la parenté et les amis? Nous avons demandé à quatre personnalités de nous raconter leurs plus beaux souvenirs de vacances ici...

Normand Laprise: du calme et de l'eau

Normand Laprise, chef propriétaire du Toqué!, prend ses vacances là où il trouve de la tranquillité et de l'eau. Grosse-Île, Métis-sur-Mer, Kamouraska et Kenauk comptent parmi ses destinations préférées.

Fort occupé avec ses restaurants, le chef propriétaire du Toqué ! trouve quand même le temps de voir du pays. Si bien que Normand Laprise a bien du mal à s'en tenir à un seul récit lorsque vient le temps de se remémorer ses meilleurs souvenirs de vacances. Des Îles-de-la-Madeleine à Métis-sur-Mer en passant par Kamouraska et Kenauk, les étés québécois de ce chef renommé semblent toujours avoir été synonymes de bons moments. Sa recette infaillible pour des vacances réussies nécessite deux ingrédients: du calme et la présence d'un cours d'eau.

D'abord les Îles-de-la-Madeleine. Il s'agit selon lui de «l'un des plus beaux trésors cachés du Québec». «Ça n'a pas d'allure d'être aussi loin et aussi proche!», s'exclame-t-il. Normand Laprise a posé les pieds à trois reprises dans l'archipel.

La première fois qu'il a accosté, il y a 18 ans, c'était pour participer à un colloque sur la pêche. Il se trouvait alors du côté de Grosse-Île et en avait profité pour aller faire de la course à pied. Il était monté sur une butte et s'était couché au sommet pour reprendre son souffle. Ce souvenir de tranquillité et de plénitude lui est toujours resté en tête.

En ce qui concerne Métis-sur-Mer et Kamouraska, deux endroits qu'il connaît plutôt bien, c'est à travers les yeux d'un chef catalan, de passage au Québec, qu'il a aimé les redécouvrir il y a quelques années. Sur place, ils ont loué de petits chalets au bord de la mer et ont admiré le paysage.

La première fois que Normand Laprise a visité... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

La première fois que Normand Laprise a visité les Îles-de-la-Madeleine, il y a 18 ans, c'était pour participer à un colloque sur la pêche. Il se trouvait alors du côté de Grosse-Île.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

«Souvent, le WiFi ne rentre pas. Pour moi, c'est le bonheur.»

Un peu plus près, à environ 90 minutes de route de Montréal, Kenauk - à proximité de Montebello, en Outaouais - est son lieu de prédilection pour de courtes vacances avec ses deux filles âgées de 8 et 9 ans. Dans cette réserve naturelle composée d'une soixantaine de lacs, il en profite pour pêcher.

Un endroit où il aimerait retourner?

«Aux Îles-de-la-Madeleine, surtout avec mes filles. Elles pourraient courir sur la plage, sans danger.»

Un endroit qu'il aimerait découvrir?

«Longue-Pointe-de-Mingan, sur la Côte-Nord. J'ai vu des photos. Je veux voir les forêts, les rivières.»

Un endroit qu'il recommande à tous les touristes?

Ce n'est pas nécessairement un endroit, mais plus un trajet. Il faut partir de Québec sur la rive nord, prendre le traversier à Saint-Siméon pour arriver à Rivière-du-Loup et revenir vers l'ouest en arrêtant à Notre-Dame-du-Portage, sur le bord du lac Témiscouata, à Kamouraska, à Saint-Jean-Port-Joli...

Une adresse coup de coeur?

Le club de golf Royal Québec à Boischatel. «J'y ai travaillé pendant l'été de l'âge de 12 ans jusqu'à 18 ans. Pour moi, c'est quelque chose de mythique.» Le chef, qui s'occupait de transporter les sacs de golf des membres, se levait à 5h30 du matin pour avoir le temps de jouer avant de commencer sa journée de travail.

65, rue Bédard, Boischatel

Pour Marianne Dubuc, enfant élevée à Montréal, le... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Pour Marianne Dubuc, enfant élevée à Montréal, le mont Saint-Hilaire, c'était la grande aventure, son «seul contact avec la nature».

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Marianne Dubuc: à l'aventure avec Pierrette au mont Saint-Hilaire

Marianne Dubuc, illustratrice de livres jeunesse, est une enfant du bitume qui passait le plus clair de son temps, l'été, à jouer dans les ruelles de Montréal. Mais elle garde de doux souvenirs de ses escapades à Saint-Hilaire, auprès de sa grand-mère chérie, Pierrette.

Les plus belles vacances de Marianne Dubuc, auteure primée de littérature jeunesse, ont un nom. Pierrette. Pierrette sa mamie aventurière, sa mamie qui s'occupait si bien d'elle quand ses parents devaient travailler tard le soir ou les week-ends. Pierrette, sa mamie qui habitait une petite maison bleue juste au pied du mont Saint-Hilaire et l'entraînait plus souvent qu'à son tour tout en haut du sommet du «pain de sucre».

«Ce n'est pas bien excitant, hein, de dire que mes plus belles vacances sont au mont Saint-Hilaire? Ce n'est pas très loin!», lance la jeune artiste. Peut-être, mais pour cette enfant du bitume, qui a grandi dans les ruelles de Montréal, le mont Saint-Hilaire, c'était la grande aventure. «Mon seul contact avec la nature», remarque-t-elle.

Parfois, Pierrette préparait pour l'expédition un gâteau aux pommes, souvent un peu brûlé, car c'était surtout ça, sa spécialité, le cramé, plus que le gâteau aux pommes. «On avait aussi des meringues brûlées, ou des toasts brûlées», se souvient Marianne Dubuc. En chemin, elles s'arrêtaient sur le bord du lac Hertel («Mamie pouvait passer une demi-heure à admirer un champignon»), mais elles finissaient toujours par grimper jusqu'au sommet. Pour la vue. Parce que rien ne l'arrêtait, cette Pierrette.

Après des années d'absence, Marianne Dubuc est retournée au mont Saint-Hilaire, il y a deux ans, avec ses enfants alors âgés de 4 et 7 ans, pour leur faire découvrir son petit coin de paradis.

Pierrette n'est plus, mais elle leur en a parlé avec affection. Et puis elle a retrouvé la cabane qu'elle avait construite, jadis, avec ses amies, «les jumelles», sur le flanc de la montagne. Elle a découvert, aussi, que son amour pour le parc n'avait pas faibli. «C'est dommage, je devrais y retourner plus souvent, ce n'est pas loin, mais il y a trop de trafic, ça me décourage.»

Or, à défaut d'y retourner plus régulièrement, elle en sèmera des images dans les chambres d'enfants du Québec, puisqu'elle y a campé l'action de son prochain ouvrage, à paraître à l'automne, dédié, il va de soi, à Pierrette.

Un endroit où elle aimerait retourner?

À l'île aux Lièvres, près de Rivière-du-Loup. «C'est tellement une belle expérience d'être coupé des voitures et de pouvoir dormir aussi près de l'eau. Il y a de très belles randonnées à faire, pas trop difficiles, même avec des enfants.»

Un endroit qu'elle aimerait découvrir?

Les Îles-de-la-Madeleine, parce qu'elle adore l'eau. «J'essaie d'être près de l'eau chaque fois que je vais en vacances. J'habite Montréal, il y a des immeubles tout autour de moi, ça me fait du bien de changer de décor, d'aller loin en vacances.»

L'endroit qu'elle recommande à tous les touristes?

C'est une route, la 132. «Il faut la prendre, s'arrêter dans tous les casse-croûte à patates frites le long du chemin, passer par Kamouraska, s'acheter du fromage en crottes, suivre l'évolution du fleuve Saint-Laurent au fil des kilomètres. J'aime rouler, et encore plus sur le bord de l'eau.»

Une adresse coup de coeur

Aux cinq soeurs, un café niché dans le coeur du village de son père, Sainte-Thècle, en Mauricie. Les «cinq soeurs», ce sont les cinq soeurs Leblanc, cinq «vieilles filles» qui ont géré jusqu'en 1996 le magasin général ouvert par leur père en 1898, qu'un jeune couple a transformé en café l'an dernier. «Le look d'autrefois a été parfaitement conservé, il y a plein de bonnes choses à manger, des produits artisanaux, des jeux de société, je trouve ça vraiment le fun.».

290, rue Masson, Sainte-Thècle

Marie-Josée Richer aime particulièrement la région de Charlevoix.... (photo Jean goupil, archives la presse) - image 4.0

Agrandir

Marie-Josée Richer aime particulièrement la région de Charlevoix. Pour la beauté des paysages, mais également pour l'offre culturelle.

photo Jean goupil, archives la presse

Marie-Josée Richer: le tour du Québec en roulotte

Marie-Josée Richer est cofondatrice et propriétaire de l'entreprise d'aliments biologiques Prana Bio. Elle a passé ses étés d'enfance à explorer le Québec, jusque dans ses moindres recoins, main dans la main avec ses parents et sa soeur.

Marie-Josée Richer est de ces enfants qui ont eu la chance de voyager beaucoup, beaucoup avec ses parents au Québec. «Je me suis toujours battue pour que mes parents achètent un chalet. Mais eux, ils ne voulaient jamais retourner à la même place, alors on a plutôt eu une roulotte Trillium et on a parcouru le Québec au grand complet, de long en large.»

Chaque été, les parents de Marie-Josée prenaient un mois de congé pour l'emmener avec sa soeur en expédition.

«Mes parents sont tous les deux géographes de formation: ce sont des explorateurs. Ils préparaient un grand trajet et on partait sur la route pour toutes les vacances. Le soir, la table se changeait en grand lit et le sofa, en lits superposés pour ma soeur et moi [...]. Les jours de pluie, on n'avait pas de tablette, pas de cellulaire, mais on s'amusait pareil. On jouait au Rummy ou on mettait nos bottes de pluie pour aller dehors avec les vers de terre.»

La Gaspésie est l'une des destinations qu'elle a préférées de ces étés nomades.

«Mes parents m'ont emmenée grimper le mont Albert quand j'avais 8 ans. J'ai chigné tout le long, mais je suis contente de l'avoir fait : j'ai appris énormément en Gaspésie, sur la faune, la flore, la nature.»

«Voir l'eau, ça me calme, maintenant. J'aime pouvoir regarder l'horizon, au loin.»

On dit que les voyages forment la jeunesse: «Mes parents m'ont transmis leur amour et leur respect de la nature, leur goût d'explorer, constate Marie-Josée Richer. Ce n'est pas pour rien que je suis partie à 17 ans toute seule en Europe, et à 19 ans, toute seule encore, pour cinq ans en Asie!»

Et dès l'automne, la femme d'affaires partira avec son mari - et partenaire dans l'entreprise Prana - pour une année sabbatique avec leurs trois enfants, périple qui les mènera en Afrique et en Asie, entre autres, à la rencontre des producteurs dont ils commercialisent les produits.

Mais avant, la famille passera l'été au Québec, à Val-David, là où Marie-Josée l'a finalement eu, son chalet, dans l'un de ses villages préférés de la province.

Un endroit où elle aimerait retourner

Charlevoix, sans hésiter. Pour la beauté des paysages, mais aussi l'offre culturelle, bien développée. «C'est un beau mélange», dit-elle.

Un endroit qu'elle aimerait découvrir

Le Grand Nord du Québec. «Je suis vraiment curieuse de découvrir le mode de vie des Premières Nations», explique Marie-Josée Richer.

L'endroit qu'elle recommande à tous les touristes

Val-David, où elle a enfin réalisé son rêve d'enfance: avoir un chalet. «C'est un village qui a vraiment un bel esprit de communauté, convivial, sportif, qui aime ses agriculteurs et compte beaucoup d'artistes, un beau festival de poterie (1001 pots)... Il y a un charme que peu d'endroits ont au Québec, et une pensée plus progressiste.»

Une adresse coup de coeur

Le marché d'été de Val-David, organisé tous les samedis de 9 h à 13 h jusqu'au 7 octobre, et les dimanches du 9 juillet au 13 août, de 10 h à 15 h.

Chaque soir, à partir de 21 h 30,... (Photo fournie par Marc Séguin) - image 5.0

Agrandir

Chaque soir, à partir de 21 h 30, les membres du clan se retrouvent les deux pieds dans l'eau saline munis de leur canne à pêche et ils attendent que le bar rayé morde.

Photo fournie par Marc Séguin

Marc Séguin: souvenirs à inventer à Gaspé

Marc Séguin, peintre et romancier, prend chaque été la route de la Gaspésie avec ses quatre enfants. Au menu: plage, pêche et cueillette de champignons.

Lorsqu'on a demandé au peintre Marc Séguin d'évoquer ses souvenirs de vacances, il a plutôt préféré parler de ceux qu'il «est en train de fabriquer avec ses quatre enfants». Des images estivales, au coeur d'un paysage gaspésien, que sa progéniture gardera en mémoire.

Pour la quatrième année cet été, celui à qui l'on doit notamment le roman Nord Alice mettra le cap sur Gaspé avec sa marmaille. La distance ne leur fait pas peur.

«Ça fait du bien de faire 11 ou 12 heures de route.»

Le chemin, ils le parcourent en faisant à peine quelques petits arrêts pour atteindre le plus rapidement possible leur destination ultime: un chalet sur la plage Haldimand, à environ 8 km du centre-ville de Gaspé. Sur place, l'artiste rejoint son meilleur ami, le chef Martin Picard. Chaque soir, à partir de 21 h 30, les membres du clan se retrouvent les deux pieds dans l'eau saline munis de leur canne à pêche et ils attendent que le bar rayé morde. C'est à ce moment précis de la journée que le poisson cherche à se nourrir. Pendant ce temps, un feu crépite sur la plage, prêt à cuire le fruit de leur pêche. Cet instant de grâce dure une semaine.

Chaque année, le bar rayé est au rendez-vous. «On en mange tout le temps, indique-t-il. Tout le monde se régale.» Ils demeurent sur la plage jusqu'à tard dans la nuit. Il n'y a pas de règle, pas d'horaire. Les enfants sont heureux. Le papa aussi.

Et s'il pleut, les vacanciers ne sont pas en peine. «On va aux champignons. Il y a plein de choses à faire.» Pourquoi la Gaspésie? Parce qu'un ami l'a invité à pêcher là-bas il y a quelques années et qu'il a adoré l'endroit.

Ses enfants âgés de 8 à 19 ans semblent aussi attachés que lui à ce coin de pays baigné par la mer. «Mon plus vieux planifie son été en fonction de la semaine que l'on va passer là-bas», raconte fièrement l'auteur. Tant que son quatuor voudra prendre la route de la Gaspésie, Marc Séguin se fera un plaisir de l'y emmener. C'est comme ça que l'on fabrique des souvenirs...

Un endroit où il aimerait retourner

«Sur la Basse-Côte-Nord. J'y suis allé quand j'étais petit. On me voit sur des photos.»

Un endroit qu'il aimerait découvrir

«Des endroits que j'aurais mal visités entre deux destinations.» Le peintre pense notamment à tous ces villages dans l'est du Québec où il ne prend pas le temps de s'arrêter.

Un endroit qu'il recommande à tous les touristes

«Je les enverrais au Nunavik, répond celui dont une partie de l'action de son plus récent roman (Nord Alice) se déroule dans le nord du Québec. C'est un déracinement géographique. Un véritable dépaysement.»

Une adresse coup de coeur

La Fromagerie Île-aux-Grues. Un arrêt obligatoire, selon lui.

210, chemin du Roi, L'Isle-aux-Grues

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer