Recherche Voyage

Belles histoires aux pays des chutes

Au XIXe siècle, les voyageurs qui voulaient rejoindre... (PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Au XIXe siècle, les voyageurs qui voulaient rejoindre Saint-Félix-de-Valois se lançaient dans une grande aventure: longer la rivière L'Assomption sur un terrain accidenté, ponctué de chutes et de gorges. Les nombreux aménagements réalisés au cours des ans ont aplani les difficultés pour faire du parc régional des Chutes Monte-à-Peine-et-des-Dalles un lieu parfait pour une randonnée avec bébé.

«Regarde, Zoé, à droite il y a un avocatier parti en voyage dans le Nord. Et là, un papayer qui s'est perdu en route.»

Originaire de la Colombie, Margarita Quinones ne connaît pas grand-chose à la flore laurentienne. Alors pour divertir sa fille de 16 mois, assise dans le porte-bébé, elle lui invente des fables botaniques où il est question de plantes aussi fantastiques que tropicales. Elle a bien raison: la randonnée est un excellent moyen d'éveiller la curiosité des enfants. Et tant pis si on étire un peu la vérité en faisant pousser des avocats et des papayes dans Lanaudière.

Le parc régional des Chutes Monte-à-Peine-et-des-Dalles ne manque pas de sujets d'émerveillement, d'ailleurs. À commencer par les catherinettes et les quatre-temps qui font des taches de couleurs aux pieds des arbres centenaires.

Mais ce sont surtout les chutes de la rivière L'Assomption qui font la renommée du parc. Dans les années 60, on a même tourné plusieurs scènes extérieures des Belles histoires des pays d'en haut près de la chute Monte-à-Peine.

Avec un nom pareil, on pourrait penser que la chute n'est qu'un mince filet d'eau, qui tombe de pas très haut. Au contraire. Depuis le belvédère qui jouxte le stationnement de la porte Saint-Jean-de-Matha, on voit la rivière former une chute spectaculaire, large et grondante. Michel Foisy, guide naturaliste et concepteur de sentiers au parc régional, explique que ce nom remonte à l'époque de la colonisation. «Au XIXe siècle, les gens de Sainte-Béatrix qui voulaient se rendre à Saint-Félix-de-Valois devaient emprunter le vieux chemin de la Chute. Or, le trajet se faisait de peine et de misère, en raison des pentes abruptes. Les anciens disaient "ça monte à pelle", ça monte beaucoup. Le nom a été déformé pour devenir Monte-à-Peine.»

Ça «montait à la pelle» jadis et ça monte toujours autant aujourd'hui. Sauf que les ponts, les passerelles, les escaliers de bois facilitent la randonnée dans ce parc partagé par trois municipalités qui disposent chacune d'une porte d'entrée: Sainte-Béatrix, Sainte-Mélanie et Saint-Jean-de-Matha. Aujourd'hui, les 17 km de sentiers pédestres sont parfaitement adaptés pour une randonnée familiale avec porte-bébé chargé. Et dans le cas présent, avec un chien en laisse.

À la porte Saint-Jean-de-Matha, point de départ de la majorité des randonneurs, le pont de l'île enjambe la rivière L'Assomption pour joindre le sentier Desjardins. Ce dernier longe les méandres de la rivière sur 5 km, reliant les trois entrées du parc régional. Surtout, il permet d'accéder à la chute Desjardins, la plus secrète et la moins fréquentée des trois chutes du territoire.

En effet, les deux autres chutes étant situées à proximité d'un stationnement, elles attirent de nombreux visiteurs qui s'y installent pour la journée, parfois avec glacière et chaises pliantes. Plusieurs piquent une tête dans la rivière, même si la baignade est interdite. Car l'endroit est dangereux, en particulier près de la chute Monte-à-Peine, où trois jeunes ont perdu la vie en 2005 et 2006.

Située à un peu plus de un kilomètre de marche - juste assez loin pour dissuader les porteurs de glacière -, la chute Desjardins est l'endroit tout désigné pour délier un peu les jambes de Zoé. La table à pique-nique devient table à langer. La couche souillée est déposée à la poubelle (vidée fréquemment). Le chien peut s'abreuver à la rivière. Et les dalles rocheuses qui s'avancent dans l'eau forment un banc naturel où la mère et la fille se rafraîchissent.

«Au début du siècle, la famille Desjardins possédait un moulin à farine juste ici, raconte Michel Foisy. On voit d'ailleurs encore un bout des murs. Lorsque le niveau de l'eau est bas, on peut même apercevoir la meule au fond de la rivière.»

Au retour, on quitte les rives de la rivière pour emprunter le sentier du Grand Nord - ainsi nommé pour son décor de mousse et de lichens -, puis le Plateau, qui passe au milieu des fougères, sous un toit de verdure. L'ombre arrive à point. Zoé a de plus en plus de mal à endurer son chapeau et le jette sur le sentier... Un autre inévitable classique d'une randonnée avec un bébé.

La chute Desjardins - la plus secrète -... (PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

La chute Desjardins - la plus secrète - est probablement la plus belle du parc. 

PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Margarita Quinones et sa fille, Zoé Buendia-Quinones, ont... (PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 2.1

Agrandir

Margarita Quinones et sa fille, Zoé Buendia-Quinones, ont parcouru les rives de la rivières l'Assomption. 

PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Fiche descriptive

Fiche descriptive

Niveau de difficulté: facile

Distance: 5 km

Dénivelé: 100 m

Durée: 2h

Chien admis: oui

Lieu de départ: porte Saint-Jean-de-Matha, 440, rue Sainte-Louise Est

Droits d'entrée: 7,50$ par personne,

4$ pour les 6 à 12 ans. Chiens: 3$

Stationnement:

inclus dans les droits d'entrée 

Services: toilettes, eau potable, aire de pique-nique, aire de jeux pour enfants (porte Sainte-Mélanie)

Site internet: parcdeschutes.com

La ferme Régis permet de nourrir les animaux,... (PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

La ferme Régis permet de nourrir les animaux, dont ce sympathique âne. 

PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

L'auberge La P'tite verte. ... (PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 3.1

Agrandir

L'auberge La P'tite verte. 

PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Nos bonnes adresses

Quelques adresses de la région où les enfants sont bienvenus.

Pour se ravitailler

Ferme Régis

Arrêt obligé dans ce marché saisonnier de Notre-Dame-des-Prairies pour faire le plein de fruits et de légumes (dont plusieurs ont été livrés le jour même par des producteurs de la région), mais aussi de fromages québécois, de charcuteries ou de pain préparé sur place. Plusieurs bières de microbrasseries québécoises sont aussi vendues ici. Un plus pour les petits: la fermette où ils peuvent voir et nourrir des poules de toutes les couleurs, un paon, des lapins. Des tracteurs miniatures sont aussi mis à la disposition des enfants.

40, rang 2e Chaloupe, Notre-Dame-des-Prairies

fermeregis.com

Pour une pause sucrée

Maison du pain d'épices

La Fondation de la Guilde du pain d'épices a pour mission de venir en aide aux enfants défavorisés de la région en organisant plusieurs activités et ateliers éducatifs. Sa principale source de financement: les biscuits (au pain d'épices, bien sûr!), qu'on peut se procurer dans la boutique. Le café Bis-Cuit propose aussi un menu léger, parfait pour le déjeuner ou le lunch. À essayer: le grilled-cheese au fromage Victor et Berthold servi sur le pain de la boulangerie La Grigne, de Joliette. Une salle destinée aux enfants jouxte le café, avec poufs, livres en quantité, jeux et maisons de pain d'épices décorées. Du jeudi au dimanche, des animations sont offertes: spectacles de conte, visite du centre d'interprétation, cherche et trouve grandeur nature.

2181, route Louis-Cyr, Saint-Jean-de-Matha

paindepice.org

Pour faire le plein de protéines

Fumoir Saint-Damien

Bébé ou pas, il y a des traditions de randonnée qu'on ne veut pas mettre de côté. Et le jerky au boeuf dégusté en plein sentier est de ceux-là. Justement, dans le village de Saint-Damien, un fumoir propose sa version maison du jerky de boeuf et de poulet, délicieusement relevé. Aussi sur place: viandes et poissons fumés à chaud au bois d'érable, et quelque 60 saucisses maison préparées par le propriétaire Sylvain Canuel.

6740, chemin Montauban, Saint-Damien

450 835-0004

Pour dormir, manger, fêter

Auberge La P'tite verte

Les cafés-bistros sympathiques ne sont pas légion dans la région, et celui-ci est vieux de quelques mois à peine. Il faut toutefois pousser l'exploration jusqu'au village de Sainte-Émélie-de-l'Énergie, à 20 km de l'entrée de Saint-Jean-de-Matha, pour dénicher La P'tite verte. On s'y pose pour boire un verre sur la terrasse ou pour un spectacle en soirée, dans le café transformé en salle de spectacle. Pour casser la croûte, le menu bistro, inspiré des producteurs du coin, propose paninis, hot-dogs européens ou pizzas à croûte mince. À l'étage, l'auberge compte cinq chambres, avec salle de bains privée, foyer et baignoire à remous. À partir de 85$ la nuitée. À savoir: La P'tite verte s'est jointe récemment au réseau d'auberges de jeunesse Hostelling International.

331, rue Principale, Sainte-Émélie-de-l'Énergie

laptiteverte.com




la boite:1600176:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer