Recherche Voyage

Après le Madrid, le Big Foot 200?

Richard Arel, fondateur du restaurant Le Madrid.... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Richard Arel, fondateur du restaurant Le Madrid.

Photo: Stéphane Lessard

Partager

Sur le même thème

(Montréal) La «plus grande halte routière au Canada», rien de moins. Voilà ce que souhaite créer l'ancien propriétaire du célèbre Madrid, Richard Arel. Le promoteur a acquis de nouveaux terrains en bordure de l'autoroute 20, près de la sortie 200, et envisage de créer une nouvelle halte pour les automobilistes.

En 2011, Richard Arel a vendu les terrains du Madrid à la firme Immostar, qui a détruit le mythique bâtiment pour y installer le «Madrid 2.0», qui héberge notamment un McDonald's.

Il entend maintenant investir entre 12 et 14 millions de dollars pour implanter une halte routière sur son nouveau terrain situé à seulement deux kilomètres de l'ancien, de l'autre côté de l'autoroute. Situé à Notre-Dame-du-Bon-Conseil, ce projet se nommerait «Complexe Big Foot 200».

L'espace comprendrait un édifice pouvant accueillir trois restaurants, une salle de jeu et diverses attractions.

Si le projet de Richard Arel se concrétise, les nostalgiques du Madrid seront comblés. Les dix dinosaures prêtés au nouveau Madrid seraient rapatriés dans le complexe Big Foot, qui hébergerait au total 80 répliques de ces animaux préhistoriques. Comme à l'ancien Madrid, quatre camions Big Foot seraient installés sur le terrain.

«Ce qui était beau au Madrid, c'est que les gens n'avaient même pas besoin de descendre de leur auto. Ils prenaient de l'essence puis faisaient le tour des dinosaures en voiture», dit Richard Arel.

Pourquoi lancer une nouvelle halte routière alors qu'il vient à peine de vendre celle qu'il possédait? «Ma fille avait son voyage de s'en occuper et nous avions un peu négligé le Madrid, c'était le temps de changer», explique-t-il.

Quant à l'enseigne lumineuse qui annonçait que le restaurant vendait de la poutine et que les employés parlaient anglais, elle serait remplacée par une autre enseigne «de 16 pieds de haut et de 60 pieds de long» et elle «sera lisible à 2 km de distance», promet-on.

Richard Arel rêve également d'implanter un hôtel-capsule à la japonaise, qui permettrait de passer la nuit aux abords de l'autoroute 20 pour environ 40$. «Je suis un rêveur-travailleur, dit l'homme, qui croit que son projet pourrait se concrétiser d'ici deux ans. J'ai fait bien des choses dans ma vie, et elles ont toutes fonctionné!»

Partager

publicité

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer