Recherche Voyage

Barnes, le musée iconoclaste de Philadelphie

Le nouveau musée de la Fondation Barnes a... (Photo fournie par la Fondation Barnes)

Agrandir

Le nouveau musée de la Fondation Barnes a ouvert ses portes en 2012 au centre de Philadelphie.

Photo fournie par la Fondation Barnes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(PHILADELPHIE) Peu de gens le savent, mais un musée de Philadelphie abrite la plus grande collection au monde de Renoir et de Cézanne. Mise sur pied par un riche iconoclaste, la Fondation Barnes expose ses oeuvres exactement comme les avait arrangées son fondateur, sans fil conducteur évident. Après une âpre bataille judiciaire, la Fondation a pu déménager de la banlieue au centre de Philadelphie il y a cinq ans. Histoire d'une visite inoubliable.

Une oeuvre exposée au musée  de la Fondation... (Photo fournie par la Fondation Barnes) - image 1.0

Agrandir

Une oeuvre exposée au musée  de la Fondation Barnes

Photo fournie par la Fondation Barnes

L'arboretum du musée original, à Merion, est toujours... (Photo fournie par la Fondation Barnes) - image 1.1

Agrandir

L'arboretum du musée original, à Merion, est toujours ouvert et entretenu.

Photo fournie par la Fondation Barnes

Né dans un milieu ouvrier, Albert Barnes a fait fortune au début du XXsiècle avec un médicament prévenant la cécité chez les bébés dont la mère avait la gonorrhée. Marié à une riche héritière new-yorkaise, il était parfois regardé de haut par la bourgeoisie de Philadelphie, selon Deirdre Maher, directrice des communications de la Fondation. « Il a gardé de ces expériences la conviction que n'importe qui pouvait apprécier l'art et qu'il fallait que ce soit une expérience esthétique et non intellectuelle. »

Albert Barnes a donc aménagé les salles de son immense collection, achetée à Paris par son ami d'enfance William Glackens, devenu peintre, selon son propre goût. Des impressionnistes côtoient ainsi des oeuvres du Moyen-Âge. Et dans une salle, Barnes avait installé deux dames plantureuses de Renoir de chaque côté d'un mur, au-dessus de larges chaises adaptées à leur ample popotin. 

Ailleurs, un bougeoir de bois torsadé de la campagne française répond au motif d'une robe sur un Cézanne. Autre conviction de Barnes : les tableaux ne devaient être identifiés que par leur auteur et leur nom, sans date ni fiche explicative.

Albert Barnes est mort dans un accident de voiture en 1951, à 79 ans. Dans son testament, il laissait 10 millions US à la Fondation Barnes, qui devait laisser les toiles exactement comme elles étaient placées dans les salles, ne jamais les prêter à d'autres musées et donner des cours d'art et d'horticulture abordables à la population.

Vers la fin des années 80, la villa de Merion, en banlieue de Philadelphie, devait être rénovée et seule une poignée de visiteurs pouvait admirer les chefs-d'oeuvre de Barnes chaque jour, faute de système de climatisation.

La Fondation a dû se battre en cour contre les riches habitants de Merion, qui voulaient conserver ce joyau artistique à portée de la main, avant de pouvoir déménager au centre de Philadelphie, à l'encontre des dernières volontés d'Albert Barnes. Le nouveau musée de la Fondation a ouvert ses portes en 2012 et fêtera en octobre son cinquième anniversaire avec des conférences, notamment, dont l'une portera sur le respect du passé, par les architectes qui ont signé le musée.

Voici les grandes lignes d'une visite de la collection.

MATISSE

Les salles du nouveau musée ont été organisées à peu près comme celles de Merion, y compris une grande salle centrale arborant dans sa voûte un triptyque commandé en 1930 par Albert Barnes à Henri Matisse, La danse. Une galerie au deuxième étage a été aménagée pour bien observer le triptyque de l'artiste français. 

On y trouve également un autre chef-d'oeuvre de Matisse, La joie de vivre. Peint en 1905-1906, ce tableau a au départ appartenu à l'écrivaine américaine Gertrude Stein avant d'être acheté pour 4000 $ par Barnes pendant la Première Guerre mondiale.

« LE RENOIR AMÉRICAIN »

« Le Renoir américain », c'est le surnom de William Glackens, l'ami d'enfance d'Albert Barnes qui l'a aiguillé vers des artistes français alors peu connus, dont Barnes a pu acquérir des oeuvres pour des bouchées de pain (il a été notamment le premier collectionneur de Chaïm Soutine). 

La Fondation Barnes possède aussi une quarantaine d'oeuvres de Glackens, dont quelques portraits de la famille Barnes. Glackens faisait partie d'une école réaliste américaine s'intéressant aux petites gens, l'Ash Can School, un nom alors synonyme de « poubelle ».

FER

Dans chacune des salles du musée, de nombreux objets en fer composent des frises autour des toiles. « Barnes aimait beaucoup l'art français de métal du Moyen-Âge », explique Deirdre Maher, directrice des communications de la Fondation. De nombreux outils de la ferme ainsi que des portions plus ou moins décoratives de portes sont au menu.

ARBORETUM

L'arboretum du musée original, à Merion, est toujours ouvert et entretenu. On y trouve des sentiers dans les bois, des jardins en étages et différentes espèces qu'on apprend à connaître par les visites guidées. « Barnes tenait à l'éducation populaire, alors on a toujours des cours d'horticulture, la passion de son épouse Laura, en plus des cours d'art dans notre nouveau bâtiment du centre-ville », dit Deirdre Maher. 

L'arboretum de Merion est sur une ligne de métro de Philadelphie. Certains cours ne durent que trois ou quatre semaines, à raison d'une fois par semaine, et il y a des cours plus intensifs d'une semaine l'été.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer