Recherche Voyage

Québécois et Canadiens courtisés aux États-Unis

Au coeur de la saison estivale, et à quelques jours du début des vacances de la... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

Au coeur de la saison estivale, et à quelques jours du début des vacances de la construction, de nombreux établissements américains continuent de geler leurs prix et d'offrir diverses promotions aux Québécois et Canadiens pour les convaincre de séjourner au sud de la frontière.

Entamée en 2014, la glissade du huard - qui cotait mardi à 76,7 cents US - a incité de plus en plus de vacanciers à considérer d'autres endroits que les États-Unis pour aller recharger leurs batteries.

L'an dernier, un peu plus de 1,29 million de personnes ont franchi une frontière québécoise à destination des États-Unis pour un séjour d'au moins une nuit entre les mois de juin et août, ce qui représente une baisse de 13,6 pour cent comparativement à la même période en 2014, indiquent des données de Statistique Canada.

À l'inverse, plus de 686 000 touristes américains ont séjourné plus d'une nuit dans la province en 2015 entre juin et août, en hausse de 11,8 pour cent.

Pour Suzanne Beaulieu, propriétaire du Kebec 3 Motel à Old Orchard Beach, dans l'État du Maine, dont 90 pour cent de la clientèle est québécoise, l'impact de la force du dollar américain sur le taux d'occupation de son établissement est particulièrement visible cette année.

«La semaine passée, pendant trois jours, c'était clairement indiqué qu'il y avait de la place chez nous et personne n'est arrêté, a-t-elle déploré, au cours d'un entretien téléphonique. Cela fait des années que cela n'est pas arrivé.»

Si l'établissement de 35 chambres affiche complet jusqu'au 26 août, il s'agit une mince consolation, étant donné qu'au cours des années précédentes, l'achalandage était vigoureux jusqu'à la fin septembre.

De plus, auparavant, Mme Beaulieu louait uniquement les chambres de son motel à la semaine, une pratique qui a changé depuis cette année.

«Nous avons eu beaucoup de (gens) qui, l'an dernier, avaient réservé pour une semaine et qui viennent maintenant pour un séjour de trois à quatre jours, explique-t-elle. Cela fait aussi quatre ans que nous n'avons pas augmenté le prix de nos chambres.»

À d'autres endroits, comme la ville de Kissimmee, à proximité des parcs de Disney, à Orlando, en Floride, certains établissements offrent aux Canadiens - qui doivent fournir une preuve de résidence à leur arrivée - des rabais, dépendamment des dates, pouvant atteindre 30 pour cent par nuit.

Sur le site internet de l'office de tourisme local, certaines annonces indiquent clairement que ces promotions visent à dissiper l'hésitation provoquée par la faiblesse du dollar canadien.

Scottsdale, en Arizona, a décidé d'aller un peu plus loin en déployant, l'automne dernier, la campagne «Loonie Love» (Pour l'amour du huard, traduction libre) spécialement destinée aux touristes canadiens avec des rabais pour des hôtels, des événements (concerts et matchs sportifs) et activités (restaurants, golf, visites).

«Nous avions vu qu'il y avait un besoin pour des rabais ainsi que des promotions, a expliqué par courriel Stephanie Pressler, gestionnaire du Scottsdale Convention & Visitors Bureau. Le Canada est notre plus important marché international en ce qui a trait au tourisme.»

Selon l'Office du tourisme d'Arizona, qui ne fournit pas de statistiques selon les villes, plus de 928 000 Canadiens ont visité cet État l'an dernier, ce qui représente une augmentation de trois pour cent par rapport à 2014.

Du côté du Vermont, une autre destination prisée par de nombreux Québécois pour de courts séjours, le recul du huard n'a pas eu d'incidence dramatique sur l'achalandage des touristes, selon la commissaire du département du Tourisme de l'État, Megan Smith.

«Les secteurs de la restauration ainsi que du détail sont demeurés vigoureux, affirme-t-elle. On ne nous rapporte pas de baisse marquée du nombre de clients en raison de la baisse du dollar canadien.»

Néanmoins, certains sites, comme Jay Peak, acceptent l'argent canadien à parité avec le billet vert, notamment en ce qui a trait aux chambres d'hôtel, des laissez-passer pour des activités, des rondes de golf ainsi que des bars et restaurants.

Mme Smith a toutefois ajouté qu'il s'agissait de promotions qui varient d'un endroit à l'autre, précisant au passage qu'il ne s'agissait pas d'une mesure généralisée.

Quelques statistiques

> Vacances de la construction au Québec: du 24 juillet au 6 août inclusivement.

> La Commission de la construction du Québec estime qu'environ 150 000 travailleurs et 25 000 employeurs prendront une pause au cours de cette période.

> L'organisme a transmis plus de 147 000 chèques de vacances aux travailleurs, ce qui représente une somme d'environ 364 millions $, en baisse de trois pour cent par rapport à 2014.

Quelques exemples de promotions offertes aux touristes canadiens

À Kissimmee (Floride):

- Jusqu'au 31 décembre: rabais de 50 $ pour les séjours de trois ou quatre nuits, 75 $ pour cinq nuits et 100 $ pour les séjours de plus de sept nuits.

À Scottsdale (Arizona):

- Un hôtel offre une remise de 15 pour cent sur la facture d'un séjour.

- Rabais de 15 pour cent aux Canadiens qui réservent une visite du Grand Canyon.

- Rabais de 10 pour cent aux touristes canadiens dans certains magasins du détaillant Macy's.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer