Recherche Voyage

Vieques: le côté sauvage de Porto Rico

Les chevaux sont partout à Vieques, même sur... (Photo Sylvain Larocque, La Presse)

Agrandir

Les chevaux sont partout à Vieques, même sur les plages.

Photo Sylvain Larocque, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Vieques) La petite île de Vieques n'est qu'à 16 km de Porto Rico, mais c'est un monde à part. Ici, les routes sont étroites, il n'y a pas de feu de circulation et les chevaux sont en liberté.

À l'heure du lunch, les estivants se pressent... (Photo Sylvain Larocque, La Presse) - image 1.0

Agrandir

À l'heure du lunch, les estivants se pressent autour des camions de restauration garés en bordure de la route des plages. 

Photo Sylvain Larocque, La Presse

La plage Caracas est l'une des plus accessibles... (Photo Sylvain Larocque, La Presse) - image 1.1

Agrandir

La plage Caracas est l'une des plus accessibles de Vieques. 

Photo Sylvain Larocque, La Presse

Ce territoire sauvage a longtemps attiré les âmes perdues et les marginaux américains. L'occupation d'une bonne partie de l'île par la U.S. Navy, de 1941 à 2003, en a fait un arrêt obligé pour plusieurs militants pacifistes. Mais depuis que les détonations ont cessé (pas moins de 23 000 bombes ont explosé dans l'île en 1998 seulement), les touristes ont remplacé les militaires.

Vieques est vite apparu sur les radars des hipsters, surtout les plus nantis d'entre eux. Pour leur plaire, des hôtels design ont ouvert leurs portes. Malgré tout, on a l'impression que l'île et ses quelque 9000 habitants n'ont pas trop perdu de leur authenticité. La «capitale» de Vieques, Isabel Segunda, a gardé sa charmante rusticité, tandis que dans les deux stations-service de l'île, le désordre n'est jamais bien loin.

Depuis que la marine américaine a levé l'ancre, les plages militaires sont devenues des plages publiques immaculées et pour la plupart, désertes. Les autorités tentent de les faire connaître sous leurs noms d'origine, mais la plupart des touristes, y compris les Porto-Ricains, continuent d'utiliser les anciennes appellations militaires (Red Beach pour la plage Caracas et Green Beach pour Punta Arenas, par exemple). La plongée avec tuba (snorkeling) y est excellente.

La meilleure façon d'explorer Vieques est de louer une jeep, si l'on veut se rendre jusqu'aux plages les plus reculées, accessibles par de modestes routes de terre, ou un scooter, si l'on veut prendre l'air. Il faut toutefois y mettre le prix: les tarifs débutent à 55$ US par jour pour un scooter et à 85$ US pour une jeep.

Pour une expérience hors du commun, il faut prévoir une soirée pour aller à Mosquito Bay, que plusieurs décrivent comme la meilleure baie bioluminescente du monde. Remuez une pagaie dans l'eau et celle-ci deviendra soudainement lumineuse, comme par magie. En fait, c'est le plancton qui s'illumine pour se faire voir des poissons, qui savent ainsi où ouvrir la bouche pour s'alimenter. C'est spectaculaire, surtout quand la lune n'est pas trop éblouissante. Mais sachez qu'à certains moments, la luminescence diminue de façon importante sans qu'on sache trop pourquoi.

Dans la partie ouest de l'île, on peut se promener librement au milieu d'anciens bunkers militaires qui servaient d'entrepôts de munitions. Par contre, l'ancien champ d'essai d'explosifs, qui occupe la moitié est de l'île, demeure hors d'atteinte pendant que les coûteux travaux de déminage et décontamination se poursuivent. Vieques n'a donc pas fini de livrer ses secrets.

Se rendre à Vieques

Quelques compagnies aériennes relient Vieques à San Juan, la capitale de Porto Rico, dont Vieques Air Link et Cape Air. Les tarifs aller-retour oscillent entre 150$US et 400$US. Les vols, d'une durée d'environ 25 minutes, sont assurés par de petits avions à hélices Cessna pouvant transporter 10 personnes. Il est aussi possible de prendre un traversier à partir de Fajardo, dans la pointe est de Porto Rico. Il y a quatre ou cinq allers-retours par jour. Le prix est imbattable: 2$ US par direction. La traversée prend toutefois près de deux heures, sans compter la route à partir de San Juan (1h30 environ).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer