Recherche Voyage

Les lodges, ces grands hôtels de nature

Un des lodges de Yellowstone.... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Un des lodges de Yellowstone.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les touristes qui veulent profiter de la nature et des grands espaces aiment bien se retrouver, le soir, dans un établissement confortable. L'industrie l'a compris depuis longtemps. À preuve: les grands lodges font partie de l'histoire du développement touristique depuis plus d'un siècle sur le continent.

Le principe de modeler l'architecture des établissements touristiques avec la nature est né au tournant du XXe siècle avec le développement des parcs nationaux américains, quand les architectes, les paysagistes et les ingénieurs ont commencé à y créer des hôtels, parfois grandioses, en utilisant davantage les matériaux naturellement disponibles: la pierre, le bois sous toutes ses formes, le cuir, alouette.

L'un des premiers grands lodges américains du genre fut ainsi construit en 1903 dans le parc Yosemite. L'architecte John White imagina un immense foyer en granit et de hauts plafonds aux poutres de bois apparentes, un esthétisme clairement inspiré des camps des bois des Adirondacks du XIXe siècle, du style des chalets suisses ou alpins d'Europe. À la fois rustique et imposant.

La même année commencèrent les travaux du Old Faithful Inn, dans le parc Yellowstone, un vaste complexe de six étages doté d'une imposante structure de bois rond apparente, un large porche et de pignons. Puis ce fut au tour du parc national Glacier d'être doté de deux imposants hôtels (l'un pouvant accueillir quelque 400 clients!), dont certaines poutres de bois, apparentes à l'intérieur comme à l'extérieur, font plus de 1 mètre de diamètre! «On suivait l'idée qu'il fallait faire partie de la nature plutôt que de l'écraser, note Steven Englehart, président de la Société d'histoire et d'architecture des Adirondacks. C'était cela dit assez paradoxal, car on détruisait d'un côté l'environnement avec de grands projets, comme la construction des chemins de fer, mais on affirmait de l'autre vouloir la préserver.»

La crise qui a suivi le krach de 1929 a mis un terme à ces grands projets, au Canada comme aux États-Unis, note Steven Englehart. Mais on remarque toutefois un regain d'intérêt pour ce style depuis une vingtaine d'années, dont le Whiteface Lodge et le Stowe Mountain Lodge en sont d'ailleurs un bel exemple. Le Château Montebello, au Québec, témoigne pour sa part des derniers projets lancés avant la Grande Dépression.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer