48 heures à Dawson City

  • Marie-Claude Dufresne, guide-interprète de Parc Canada. (Photo Marie-Julie Gagnon, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Marie-Claude Dufresne, guide-interprète de Parc Canada.

    Photo Marie-Julie Gagnon, collaboration spéciale

  • 1 / 5
  • Dawson City vue du Midnight Dome. (Photo fournie par Tourisme Yukon)

    Plein écran

    Dawson City vue du Midnight Dome.

    Photo fournie par Tourisme Yukon

  • 2 / 5
  • Le centre-ville a gardé des airs d'époque. (Photo Marie-Julie Gagnon, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Le centre-ville a gardé des airs d'époque.

    Photo Marie-Julie Gagnon, collaboration spéciale

  • 3 / 5
  • Au plus fort de la ruée vers l'or, Dawson City comptait plus de 30 000 habitants. Ils sont aujourd'hui à peine 4000. (Photo Marie-Julie Gagnon, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Au plus fort de la ruée vers l'or, Dawson City comptait plus de 30 000 habitants. Ils sont aujourd'hui à peine 4000.

    Photo Marie-Julie Gagnon, collaboration spéciale

  • 4 / 5
  • On peut encore jouer les chercheurs d'or dans les environs de Dawson City. (Photo Marie-Julie Gagnon, collaboration spéciale)

    Plein écran

    On peut encore jouer les chercheurs d'or dans les environs de Dawson City.

    Photo Marie-Julie Gagnon, collaboration spéciale

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Julie Gagnon

Collaboration spéciale

La Presse

Dawson City n'est pas une «city»: c'est un village surgi d'une autre époque. On peut bien sûr y voir des traces de l'opulent «Paris du Nord», qui a vu se bousculer nombre de prospecteurs pendant la ruée vers l'or. Aujourd'hui, on s'y arrête sur la route de l'Alaska ou on en fait le point culminant d'un séjour au Yukon. Peu importe la raison qui nous y amène, on ne range pas son appareil photo trop loin. Au cas où un fantôme surgirait au détour d'une des rues non asphaltées ou d'un des lieux figés dans un autre siècle...

Jour 1

10h

Jadis, le Klondike

Se faire raconter des histoires est sans contredit la meilleure manière de commencer l'exploration de Dawson City. En haute saison (de la fête de la Reine à la fête du Travail), il faut absolument prendre part à une visite guidée des lieux historiques du Klondike. Autrement, quiconque à Dawson se fera un plaisir de vous rapporter les légendes les plus célèbres... à sa manière. «Dawson City a été un temps la plus grande ville à l'ouest de Winnipeg et au nord de San Francisco», rappelle Marie-Claude Dufresne, guide-interprète de Parcs Canada.

pc.gc.ca/Dawson

15h

La maison de Jack London

Qui n'a pas eu vent de L'appel de la forêt ou de Croc-blanc? Originaire de Californie, l'auteur Jack London est devenu célèbre grâce à ses romans relatant la vie dans le Nord. Comme son oeuvre est indissociable du Klondike, un petit musée rassemble quelques traces de son passage dans la région. Le plus saugrenu reste toutefois la réplique de sa cabane. Puisque les Américains voulaient que la cabane soit rapatriée en Californie, on a coupé la poire en deux et construit deux copies avec le bois de l'originale. On peut donc voir une cabane à Dawson City, et une autre à Oakland. Il est possible de visiter le musée seulement de mai à septembre.

dawsoncity.ca/klondikeattractions/jacklondonmuseum

17h

Boire un verre au Pit

Les mineurs sont encore nombreux à Dawson City, et même les plus riches - parfois très, très riches - arborent la barbe et des vêtements défraîchis. Un endroit où l'on peut croiser des personnages hauts en couleur? Le bar du Westminster Hotel, surnommé le Pit. L'auteure Mylène Gilbert-Dumas, qui a écrit plusieurs romans inspirés du Yukon (dont le succès Yukonnaise), y puise son inspiration. «On ne peut pas venir à Dawson sans aller au Pit», tranche-t-elle. Aux murs, les oeuvres de l'artiste Halin de Repentigny cadrent tout à fait avec la déco mi-camp de chasse, mi-kitsch.

thewestminsterhotel-1898.comhalin.ca/gallery/the-north/

Jour 2

9h

Prospecteur d'un jour

Si son père a fait fortune en trouvant de l'or - «Mais il a tout dépensé», confie Justin en riant -, les Millar tirent aujourd'hui une partie de leurs revenus en expliquant l'A B C de la prospection aux touristes curieux qui défilent presque quotidiennement entre juin et septembre. Au cours de la visite, nous apprendrons comment obtenir l'autorisation de prospecter - «N'importe qui, âgé de plus de 18 ans et prêt à payer 10$, peut se présenter au Bureau d'enregistrement des mineurs», résume Justin -, avec quel équipement et comment s'en servir. La visite se termine les deux pieds dans le ruisseau, batée à la main, puis on tamise et évalue les gains potentiels. Les visites guidées sont offertes au grand public du début du mois de juin à la fin du mois de septembre. Avec le transport, le prix est de 55$ (adulte) ou 27,50$ (jeunes).

goldbottom.com

19h

Le Dôme

Le 21 juin, on y va pour redécouvrir le paysage à la lueur du soleil de minuit. Quand il joue ainsi les noctambules, l'horizon apparaît magnifié par sa hardiesse. Les rayons affaiblis caressent doucement la cime des arbres. Au loin, la forêt se fond à l'infini éthéré. La vue à 360 degrés à partir du dôme mérite toutefois le détour, à tout moment de l'année. En plus des montagnes, on y voit les vallées du Klondike et du Yukon. On s'y rend en quelques minutes en voiture.

21h

Un orteil dans le cocktail

On surnomme «sourdough» les habitants de Dawson City qui ont passé au moins un hiver au Klondike, où les températures frisent les -50 °C. «Et si on créait un sourtoe pour les touristes?», s'est-on dit au Downtown Hotel. Ainsi est née l'idée d'un cocktail dont l'ingrédient-vedette est un orteil humain momifié, après qu'un certain Captain Dick eut découvert un doigt de pied dans une bouteille d'alcool au cours des années 70. La blague de l'orteil déposée dans un verre de whisky a rapidement fait boule de neige. Selon la «tradition», il ne doit pas être avalé, mais toucher les lèvres du buveur. Aujourd'hui, le club dont on devient membre après avoir tenté l'expérience compte plus de 50 000 braves.

sourtoecocktailclub.com

Si vous poursuivez la tournée des bars...

Si votre objectif est de rencontrer le plus de «personnages» possible, le casino est aussi à mettre sur votre liste. L'été, les danseuses de cancan de Diamond Tooth Gerties - un classique - proposent un sympathique voyage dans le temps.

À garder en tête: il ne faut JAMAIS sonner la cloche qui se trouve près du bar, sous peine de devoir payer une tournée générale. Ou de devoir quitter l'endroit en douce...

Les frais de ce voyage ont été payés par la Commission canadienne du tourisme et Tourisme Yukon.

dawsoncity.ca




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer