Recherche Voyage

Sortie sportive dans les Laurentides

Les gros rouleurs des Pays-d'en-Haut connaissent par coeur ce circuit auquel... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les gros rouleurs des Pays-d'en-Haut connaissent par coeur ce circuit auquel ils se frottent plusieurs fois par année. Pris dans un sens ou dans l'autre, le tracé offre moult défis physiques et techniques. Montées abruptes. Descentes à la vitesse grand V sur une route en lacets. Pas surprenant qu'on y ait croisé des participants du dernier Ironman de Mont-Tremblant venus s'y entraîner. Présentation d'un circuit exigeant... dans sa version la moins corsée.

La chapelle. C'est ainsi que les cyclistes sportifs de Morin-Heights et des environs appellent ce tracé, qu'ils fréquentent avec assiduité.

Les esprits mal tournés pourraient conclure que ce nom vient des chapelets d'injures égrenés par les cyclistes dans les sections les plus exigeantes, comme ces montées à 20 % d'inclinaison... Non, la chapelle en question n'est pas celle, métaphorique, construite par des hordes de cyclistes vidés par l'effort. C'est plutôt la chapelle - bien réelle - de Montfort qui a valu au parcours ce joli surnom.

Qu'ils fassent le parcours en sens horaire ou antihoraire, les cyclistes sont assurés de passer à l'ombre du clocher de ce petit bâtiment blanc. Ceux qui empruntent le tracé dans sa version la plus corsée, en attaquant ses montées de front, la croiseront en début de journée, alors que les jambes sont toujours (presque) fraîches. De Morin-Heights, point de départ et d'arrivée de la virée, ils auront tout juste eu 10 km de montée constante pour se mettre en jambes... À savoir toutefois: le chemin de Montfort est présentement en réfection. La montée Sainte-Marie s'avère pour l'instant une meilleure option. 

Circuit exigeant

Pour les autres (comme nous), plutôt venus mettre à l'épreuve leur technique de descente au milieu des sapins laurentiens, la chapelle annonce une arrivée imminente, après près de 60 km d'effort.

Peu importe dans quel sens on le prend, ce circuit reste exigeant. Dans le massif des Laurentides, le terrain plat se fait plutôt rare. De Morin-Heights à Wentworth-Nord, après un long détour par Weir et Lost River, la route ondule sans cesse, au gré d'un relief très accidenté. Ici, on roule dans les hauteurs, dans les effluves énergisants des épinettes. Plus loin, on pédale au fond d'une vallée, sur la rive d'un des très nombreux lacs de la région. Plus loin encore, on croise quelques moutons aux fesses d'acier qui broutent à flanc de montagne.

La route (au bitume parfois cabossé, surtout sur la route 364, à Saint-Adolphe-d'Howard) est partagée avec des automobiles - pas si nombreux, mais parfois pressés - et quelques spécimens fauniques aux tendances suicidaires. Ici, les cyclistes ne sont jamais à l'abri d'une marmotte, d'un rat musqué ou d'un tamia rayé qui surgit entre deux sapins.

Décor sauvage

Normal. Dès qu'on quitte Morin-Heights, les constructions se raréfient et on se retrouve rapidement à pédaler dans un décor forestier touffu. Les lacs? Ils sont si nombreux qu'on perd vite le compte. Les plus grands sont bordés de chalets ; les plus petits, couverts de nénuphars. On imagine aisément quelques orignaux qui viendraient s'y désaltérer à la brunante.

Malgré ce décor souvent très sauvage, les cyclistes trouvent aisément des dépanneurs où se ravitailler et des bancs pour se poser. Petit kiosque couvert près de la marina de Lac-des-Seize-Îles, table à pique-nique derrière la bibliothèque de Weir, toilettes publiques dans ce qui semble être un champ de tir pour carabine à plomb (!) à Lost River. La proximité du très fréquenté Corridor aérobique (une piste cyclable en poussière de pierre aménagée sur une ancienne voie ferrée) a sans conteste favorisé l'aménagement de ces espaces rudimentaires, mais ô combien appréciés!

Seul bémol : pour un lunch digne de ce nom, il faut attendre d'être rentré à Morin-Heights. À moins de vouloir se sustenter avec une poutine ou un pogo, le choix est très, très limité.

FICHE TECHNIQUE

Point de départ et d'arrivée : stationnement du Corridor aérobique, à l'intersection du chemin du Lac-Écho et de la rue Rockcliff

Distance : 78 km

Niveau de difficulté : difficile

Dénivelé positif : 705 m

Type de parcours : routes asphaltées partagées avec les automobilistes

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer