Source ID:5a8d5c65-bc78-4baa-8076-31ebd98a6543; App Source:alfamedia

Eugenie Bouchard est devenue résidante des Bahamas

Publicité

La joueuse de tennis Eugenie Bouchard est maintenant résidante des Bahamas, un pays considéré comme un paradis fiscal.

Eugenie Bouchard a déménagé plus tôt cette année sa résidence officielle de la Floride, aux États-Unis, aux Bahamas, un pays qui n'impose pas d'impôt sur le revenu. Plusieurs vedettes du tennis ont aussi élu domicile dans un paradis fiscal.

Le dossier fiscal d'Eugenie Bouchard - comme celui de tous les contribuables - est confidentiel. Mais les tournois de tennis du Grand Chelem dévoilent le pays de résidence des athlètes. Cette année, pour Wimbledon et les Internationaux des États-Unis (qui ont lieu actuellement), la fiche de Bouchard indique qu'elle est résidante des Bahamas, un pays considéré comme un paradis fiscal selon les experts en fiscalité.

Bouchard, qui est née et a grandi à Montréal, porte les couleurs du Canada depuis ses débuts chez les professionnels en 2012. La citoyenneté et la résidence fiscale sont deux concepts distincts.

Plusieurs des meilleurs joueurs de tennis du monde ont élu résidence dans un paradis fiscal comme Monaco ou les Bahamas. Chez les hommes, 5 des 10 meilleurs joueurs du monde résident à Monaco. Chez les femmes, 4 des 10 premières têtes de série aux Internationaux des États-Unis résident à Monaco.

À L'IMAGE D'AUTRES CANADIENS

Bouchard, 24 ans, a élu résidence dans un paradis fiscal populaire chez les joueurs de tennis canadiens. Denis Shapovalov, jeune sensation du tennis canadien et classé 28au monde à seulement 19 ans, réside aussi aux Bahamas, tout comme le Canadien Vasek Pospisil (88au monde). Milos Raonic, 24au monde, réside quant à lui à Monaco.

« Il y a un gros avantage à être résidant des Bahamas [pour un joueur de tennis professionnel]. C'est purement et essentiellement une raison fiscale, ce n'est pas pour rien que les joueurs de tennis et les autres sportifs deviennent résidants de paradis fiscaux », dit le fiscaliste André Lareau, professeur associé à la faculté de droit de l'Université Laval.

« Ce n'est pas surprenant. Comme on est imposé sur notre revenu mondial dans la juridiction où on réside, c'est certain que ça peut être une bonne idée [de s'installer dans une juridiction comme les Bahamas]. C'est un pays où des gens veulent [déménager] pour des raisons fiscales. »

- Éric Gélinas, professeur en droit fiscal et codirecteur du programme de maîtrise en fiscalité de l'Université de Sherbrooke

En raison de la confidentialité des dossiers fiscaux, il est impossible de savoir le taux d'imposition réel des meilleurs joueurs de tennis du monde qui résident dans les paradis fiscaux. Monaco et les Bahamas n'imposent pas leurs revenus, mais les athlètes sont parfois imposés comme non-résidants sur leurs bourses dans certains pays où ils disputent des tournois. 

À titre d'exemple, Tennis Canada prélève 24 % des bourses des joueurs de la Coupe Rogers à Montréal (15 % à Ottawa, 9 % au Québec) et 15 % des bourses de la Coupe Rogers à Toronto comme impôt à la source pour les non-résidants. Daniel Nestor, un joueur de tennis canadien qui réside aux Bahamas depuis plusieurs années, a expliqué à La Presse en 2015 que le taux d'imposition des bourses des joueurs ne payant pas d'impôts à la maison varie entre 20 et 30 %.

DE MONTRÉAL À LA FLORIDE AUX BAHAMAS

Bouchard a fait sensation en atteignant la finale en simple du tournoi du Grand Chelem de Wimbledon en 2014, à seulement 20 ans. Elle a fini l'année 2014 au 7e rang mondial. Par la suite, elle a éprouvé plusieurs difficultés sur le terrain. Elle est actuellement classée au 137e rang mondial. Après s'être qualifiée pour le tableau principal, elle a perdu au deuxième tour des Internationaux des États-Unis, jeudi dernier.

Depuis le début de sa carrière, Bouchard a gagné environ 6 millions de dollars en bourses sur le circuit professionnel, dont environ 250 000 $ en 2018.

À ses débuts professionnels, Eugenie Bouchard résidait à Montréal. À l'été 2015, elle a déménagé à Miami Beach, en Floride. Il n'y a pas d'impôt d'État en Floride, mais les résidants fiscaux de la Floride doivent payer des impôts fédéraux américains sur leurs revenus. Le taux d'imposition fédéral maximal est de 39,6 % aux États-Unis, comparativement à 49,97 % au Québec (taux d'imposition maximal combiné fédéral-provincial).

En janvier dernier, Bouchard était toujours résidante de la Floride, selon le site internet des Internationaux d'Australie. Mais à Wimbledon en juin dernier, la résidence de Bouchard était aux Bahamas.

« Les Bahamas n'ont pas de convention fiscale avec d'autres pays, leurs taux d'imposition sont très bas, ça fait partie des critères importants pour déterminer que c'est un paradis fiscal. »

- André Lareau, professeur associé à l'Université Laval 

« C'est certain à 100 % que c'est un paradis fiscal. [...] On ne se pose même pas la question », dit Éric Gélinas, professeur à l'Université de Sherbrooke.

De mars à mai dernier, l'Union européenne a inscrit les Bahamas sur sa liste noire des paradis fiscaux. Les Bahamas ont été retirés de cette liste en mai après avoir pris des engagements pour être moins opaques sur le plan financier. Cette liste noire compte actuellement sept territoires.

La Presse a contacté l'agent de Bouchard chez CAA ainsi que sa mère afin d'obtenir les commentaires de l'athlète sur son changement de résidence, sans obtenir de réponse.




À découvrir sur LaPresse.ca

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer