Coupe Rogers: Shapovalov battu par Zverev en demi-finale

Denis Shapovalov... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Denis Shapovalov

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) La Coupe Rogers a pris fin samedi soir pour Denis Shapovalov, mais le rêve ne fait que commencer pour le Canadien. Battu 4-6, 5-7 en demi-finale par l'Allemand Alexander Zverev, le joueur de 18 ans de nouveau offert une performance très courageuse, ne cessant jamais de combattre devant une foule enthousiaste qui l'a soutenu jusqu'au bout.

Shapovalov faisait peut-être face samedi à un adversaire encore plus redoutable que Rafael Nadal, Zverev étant le plus brillant représentant de la « nouvelle génération ». Et contrairement à l'Espagnol, il était parfaitement rodé à la surface rapide du stade Uniprix, après avoir remporté le tournoi de Washington la semaine dernière.

Déjà vainqueur de quatre tournois cette saison, le joueur de 20 ans compte des victoires contre Nadal, Roger Federer ou Novak Djokovic depuis le début de sa jeune carrière, et il n'entendait visiblement pas laisser Shapovalov prendre l'ascendant sur lui.

Le match a toutefois été très disputé et il s'est joué sur quelques erreurs, deux grosses doubles fautes de Shapovalov, notamment, qui ont offert à Zverev les deux bris de service qui ont ultimement fait pencher la balance au pointage.

L'Allemand a salué le brio de son adversaire après le match. « Cette semaine n'est que le début d'une belle histoire pour lui, a-t-il déclaré en conférence de presse. Toute la ville était derrière lui et ce serait bien si tous les joueurs avaient un tel soutien dans leur pays.

« Il m'a surpris par sa vitesse. Je savais qu'il avait un bon coup droit, de bons services, mais je ne croyais pas qu'il se déplaçait aussi bien. Il ne gagnera pas les Internationaux des États-Unis cette année, ne vous emballez pas trop vite, mais je suis certain que ce match n'est que le premier de ce qui sera une belle rivalité entre nous, peut-être en Grand Chelem ou dans de grands tournois. »

Shapovalov a effectivement montré qu'il pouvait rivaliser sans complexe avec son adversaire et il a soutenu l'intensité du match jusqu'au neuvième jeu de la première manche, quand il a cédé son service sur une double faute. Zverev a pris l'avantage 6-4 et on a un moment cru qu'il allait filer vers une victoire rapide après un autre bris dès le premier jeu de la deuxième manche.

Mais comme il l'avait fait depuis le début du tournoi, Shapovalov a rebondi en prenant à son tour le service de son adversaire. Zverev n'avait subi que trois bris de service depuis le début du tournoi. Le Canadien s'est toutefois encore retrouvé en difficulté à 5-5 et n'a pu éviter le bris, cette fois, après avoir commis une sixième double faute.

Même s'il a eu des chances de revenir dans le jeu suivant, qu'il aurait même remporté s'il n'avait pas déjà utilisé tous ses appels de décision, Shapovalov a finalement cédé sur la troisième balle de match de Zverev.

Une progression incroyable

Sa qualification en demi-finale va permettre à Shapovalov de toucher une bourse de 220 760 $. Il va aussi accéder au 67e rang du classement mondial, une progression phénoménale quand on considère qu'il était au 250e rang au début de l'année.

« C'est un bond incroyable pour moi cette semaine, du 143e au 67e rang, avec une victoire contre une de mes idoles de jeunesse, a avoué le Canadien. Et je ne m'attendais certainement pas à entendre mon nom toutes les deux minutes à la télévision ! C'est vraiment un rêve qui se réalise ! »

Visiblement épuisé, tant physiquement que mentalement, Shapovalov a expliqué qu'il n'avait pas encore décidé s'il serait au tournoi de Vancouver à compter de lundi : « Je dois en discuter avec Marty [Laurendeau] et toute mon équipe. Mon classement va me permettre de jouer davantage de tournois ATP, mais je vais encore disputer des challengers.

« Je sens que je progresse chaque semaine depuis le début de l'année en travaillant avec Marty. Je sais que j'ai encore beaucoup de choses à améliorer, mais cette semaine m'a montré que j'avais déjà le niveau pour rivaliser avec ces joueurs. J'aimerais faire ma place dans le top 50, être en mesure d'être performant sur une base régulière sur le circuit ATP. »

En attendant, c'est Zverev qui affrontera Roger Federer aujourd'hui en finale. « J'ai joué dans cinq finales cette année, j'en ai gagné quatre, la défaite étant contre lui », a rappelé l'Allemand. « Il connaît une saison exceptionnelle, avec des victoires dans tous les tournois importants qu'il a disputés. Ce sera lui le favori. Mais si je réussis à mieux servir que je ne l'ai fait [samedi], j'espère pouvoir lui offrir une bonne opposition. »




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer