• Accueil > 
  • Sports > 
  • Tennis 
  • > La presse italienne suggère un monument pour Pennetta et Vinci 

La presse italienne suggère un monument pour Pennetta et Vinci

Roberta Vinci et Flavia Pennetta... (PHOTO CARLO ALLEGRI, REUTERS)

Agrandir

Roberta Vinci et Flavia Pennetta

PHOTO CARLO ALLEGRI, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andrew Dampf
Associated Press
ROME

L'Italie devrait ériger un mont Rushmore comme monument pour les finalistes aux Internationaux des États-Unis, Flavia Pennetta et Roberta Vinci.

C'est la suggestion émise dimanche par la Gazzetta dello Sport, le principal journal sportif italien.

Sous le titre en première page de «Nous sommes les champions» qui faisait aussi allusion aux exploits de Fabio Aru au Tour d'Espagne, l'éditorial de la Gazzetta mentionne:

«Ce que nous devrions ériger pour Flavia et Roberta, ces petites en taille mais grandes joueuses de tennis que le monde nous envie aujourd'hui, c'est un monument aux multiples visages mais, à la place des présidents américains, nous devrions honorer les Azzurri à partir de cette semaine.»

La victoire de Pennetta aux dépens de Vinci dans la toute première finale toute-italienne d'un tournoi du Grand Chelem, samedi, a continué de faire les manchettes en Italie.

Un membre du gouvernement régional des Pouilles, au sud du pays d'où les deux joueuses sont originaires, a suggéré que Pennetta et Vinci soient nommées ambassadrices du monde pour la région.

Le premier ministre italien Matteo Renzi a annulé ses rendez-vous et s'est envolé pour New York pour assister à la finale, ce qui a suscité la controverse en Italie.

L'opposition a jugé que le voyage à bord d'un avion du gouvernement est un gaspillage d'argent et a estimé que Renzi aurait dû plutôt se concentrer sur les problèmes du pays.

«S'il avait été question de football, personne n'en aurait fait mention, a répliqué Renzi dans un communiqué. Mais c'est le tennis - du tennis féminin - que beaucoup de gens considèrent comme un sport de moindre importance.

«L'Italie était là avec ses représentants, avec son comité olympique, pour les soutenir, leur dire «Bon travail', leur dire merci, pour montrer au monde qui nous observait que, comme toujours, l'Italie est capable de tout.»

En plus d'être l'un des points de convergence de la crise européenne des migrants, l'Italie est aussi confrontée à la crise financière et à des scandales de corruption.

Renzi, âgé de 40 ans, a été contraint de procéder à une série de réformes. Il est aussi un grand amateur de sport et un fervent partisan de la candidature de Rome pour les Jeux olympiques de 2024.

Renzi a assisté à la finale en compagnie du président du Comité olympique italien Giovanni Malago et il était assis à côté de la légende du tennis Billie Jean King à un moment donné. Le premier ministre a reçu une ovation debout de la foule quand il a été montré sur les écrans du stade Arthur Ashe, puis il a posé pour les photographes avec Pennetta et Vinci après le match.

«C'est une merveilleuse histoire italienne, de deux femmes qui n'ont jamais abandonné et montré que nous sommes capables de tout, a déclaré Renzi. Même de gagner quand personne ne croit en nous.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer