• Accueil > 
  • Sports > 
  • Tennis 
  • > Wimbledon: Federer et Williams à la chasse aux records 

Wimbledon: Federer et Williams à la chasse aux records

Serena Williams et Roger Federer... (PHOTOMONTAGE LA PRESSE)

Agrandir

Serena Williams et Roger Federer

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ludovic LUPPINO
Agence France-Presse
LONDRES

Les fringants trentenaires Roger Federer et Serena Williams ont toujours soif de records et se présentent au tournoi de Wimbledon, qui débute lundi, avec la ferme intention de marquer davantage l'histoire.

À bientôt 34 ans - le 8 août pour Federer, le 26 septembre pour Williams - les deux vedettes du tennis continuent de défier le temps.

Le N.2 mondial, finaliste l'an passé à Londres, n'a pas renoncé à mettre la main sur un 18e trophée majeur pour améliorer le record absolu chez les messieurs.

Chez les dames, la N.1 Williams en compte 20 et n'est plus qu'à deux longueurs du record établi dans l'ère moderne par l'Allemande Steffi Graf.

Depuis l'été dernier, l'Américaine est intraitable en Grand Chelem. Même grippée, elle a fait la démonstration de ses impressionnantes ressources mentales en remportant Roland-Garros, le 6 juin, son troisième tournoi majeur d'affilée en plus de l'US Open et de l'Open d'Australie.

Après son doublé Melbourne-Paris, la cadette des soeurs Williams est toujours en course pour effectuer le Grand Chelem sur une année calendaire, un immense exploit que Graf est la dernière a avoir réalisé en 1988.

Chez les messieurs, où la concurrence est plus rude, Federer n'a plus remporté de tournoi majeur depuis son dernier sacre - le septième - sur le gazon anglais en 2012. Il avait alors égalé le record de victoires de l'Américain Pete Sampras à Londres.

Dans le théâtre du All England Club, le maestro helvète est un peu comme chez lui. Il n'avait cédé qu'après cinq manches mémorables lors de la finale 2014 contre le Serbe Novak Djokovic. Et il a confirmé ses bonnes dispositions en remportant pour la huitième fois le tournoi de Halle, en Allemagne.

Djokovic veut rebondir après Paris

«C'est probablement ma meilleure préparation pour Wimbledon grâce à la semaine supplémentaire sur herbe que l'on a eue [entre Roland-Garros et le tournoi londonien]», a expliqué Federer, opposé au Bosnien Damir Dzumhur, 87e mondial, au premier tour.

Le Bâlois dit se sentir «bien mieux» au niveau de son jeu que l'an passé à Londres où il avait été un peu surpris d'arriver jusqu'en finale.

«Pour être honnête, je ne m'y attendais pas, j'étais encore un peu en train de revenir», souligne le N.2 mondial qui pourrait croiser le Tchèque Tomas Berdych (N.6) en quart, puis l'Écossais Andy Murray (N.3) en demies.

Le chouchou du public britannique, sacré en 2013 mais éliminé en quarts l'année suivante, est lui aussi dans de bien meilleures dispositions. Il a remporté pour la quatrième fois le tournoi du Queen's après avoir réalisé sa meilleure campagne sur terre battue en y décrochant ses deux premiers titres (Munich, Madrid) et en ne cédant qu'après cinq manches en demi-finale de Roland-Garros face à Djokovic.

À Paris, le N.1 mondial serbe semblait mieux armé que jamais pour s'emparer enfin du dernier trophée majeur manquant à sa collection. C'était avant de chuter en finale contre un Stan Wawrinka époustouflant.

Après cette nouvelle désillusion parisienne, «Nole» a eu besoin de prendre du repos pour recharger les batteries «plus au niveau mental que physique». Il n'a pas disputé de tournoi sur herbe avant Wimbledon où il aura un premier tour pas forcément évident à négocier contre l'Allemand Philipp Kohlschreiber.

Mais il avait déjà procédé ainsi l'an passé, après une autre défaite en finale à Roland-Garros (contre Rafael Nadal), et cela ne l'avait pas empêché de gagner.

Kvitova dans le flou

S'il devait recroiser Wawrinka en Angleterre, ce serait en demi-finale. Mais le Suisse, quatrième mondial, n'a encore jamais atteint ce niveau à Wimbledon où il avait joué son premier quart de finale l'an passé contre Federer.

Rafael Nadal n'a plus accédé à ce stade depuis 2011 (finale) et espère y retrouver des sensations après une première moitié de saison décevante.

Le Majorquin, deux fois sacré à Londres (2008, 2010), a vu son horizon dégagé par le forfait de son compatriote David Ferrer (coude) qu'il aurait pu affronter en huitièmes.

À ce stade, Serena Williams pourrait y retrouver sa soeur aînée Venus. Maria Sharapova, l'une des mieux placées pour lui poser des problèmes sur herbe, l'attend potentiellement en demi-finale.

La tenante du titre Petra Kvitova, seule joueuse à avoir vaincu Serena cette saison (en demies à Madrid), débutera dans l'autre moitié de tableau avec peu de certitudes. La Tchèque, victime de maux de gorge, n'a plus joué depuis son élimination en huitièmes à Roland-Garros.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer