Stan Wawrinka triomphe à Roland-Garros

Après sa victoire en Australie, Stan Wawrinka ajoute un... (PHOTO FRANÇOIS MORI, AP)

Agrandir

Après sa victoire en Australie, Stan Wawrinka ajoute un deuxième titre du Grand Chelem à son palmarès.

PHOTO FRANÇOIS MORI, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Associated Press
PARIS

Le Serbe Novak Djokovic devra attendre encore avant d'inscrire son nom dans le grand livre de l'histoire du tennis masculin.

Stan Wawrinka pose avec son trophée.... (PHOTO VINCENT KESSLER, REUTERS) - image 1.0

Agrandir

Stan Wawrinka pose avec son trophée.

PHOTO VINCENT KESSLER, REUTERS

Au terme d'un spectaculaire duel de 3 h 12 min, le Suisse Stanislas Wawrinka a causé la surprise des Internationaux de tennis de France, l'emportant en quatre manches de 4-6, 6-4, 6-3, 6-4 en finale du simple masculin, dimanche après-midi.

Huitième tête de série de la compétition, Wawrinka a effacé un recul de 0-3 en quatrième manche pour récolter un deuxième titre du Grand Chelem en carrière, après son inattendue victoire aux Internationaux d'Australie de 2014, celle-là face à Rafael Nadal.

Wawrinka a mis fin à l'affrontement à sa deuxième balle de match à l'aide de son coup de prédilection, un revers en parallèle, à la droite de Djokovic, qui n'y pouvait rien.

Après le point décisif, Wawrinka a lancé sa raquette dans les airs et s'est tourné vers la tribune derrière lui. Les deux joueurs ont marché lentement vers le filet, se sont donné une chaleureuse étreinte de plusieurs secondes et ont échangé quelques mots.

Malgré la déception qui devait l'envahir, on a pu voir Djokovic sourire à son tombeur. Le Serbe est toutefois devenu très ému lorsqu'il a reçu une chaleureuse ovation de plusieurs minutes après avoir accepté le trophée remis au finaliste.

«C'est difficile pour moi de parler aujourd'hui, a reconnu Djokovic en s'adressant à la foule en français. Mais il y a des choses plus importantes dans la vie que la victoire - la personnalité et le respect. Et j'ai beaucoup de respect pour toi, Stan. Tu es un grand champion, avec un grand coeur. Tu mérites ce titre», a ensuite déclaré Djokovic à Wawrinka.

Prenant le micro à son tour, Wawrinka a cherché à réconforter son adversaire, qu'il avait qualifié de machine après s'être qualifié pour la finale.

«Un jour, tu vas gagner Roland-Garros, a prédit le Suisse, en français. Tu le mérites.»

Face au numéro un mondial, dimanche, Wawrinka a montré que sa splendide victoire aux dépens de son compatriote Roger Federer, en quarts de finale, ne relevait pas du hasard ni d'un moment de grâce. Le Suisse de 30 ans a totalisé 60 coups gagnants, incluant sur le jeu décisif, comparativement à 30 pour son adversaire. Wawrinka a également réussi neuf as.

La victoire de Wawrinka n'était que sa quatrième en 21 rendez-vous contre Djokovic. Elle a aussi mis fin à la séquence victorieuse de 28 matchs du Serbe.

Pour Djokovic, la défaite doit faire d'autant plus mal qu'il était finalement venu à bout de Nadal en quarts de finale, et de façon convaincante de surcroît, faisant oublier ses échecs aux mains de l'Espagnol lors des finales de 2012 et de 2014. En demi-finale, il s'était défait du Britannique Andy Murray, troisième joueur mondial. Mais la Coupe des Mousquetaires lui a de nouveau échappé.

«C'est sûr que ce n'était pas facile d'être debout là-bas à titre de finaliste, a plus tard déclaré Djokovic. Mais j'ai perdu face à un meilleur joueur qui a offert du tennis courageux.

«Peut-être que lors de certains moments importants, je n'avais pas l'explosion nécessaire au niveau des jambes. Mais au bout du compte, Wawrinka a été le meilleur joueur.»

Djokovic tentait de devenir seulement le huitième joueur dans l'histoire du tennis masculin à remporter au moins une fois chacun des quatre tournois du Grand Chelem, et le troisième en six ans, après Federer à Paris, en 2009, et Nadal à Flushing Meadows, l'année suivante.

Il tentait aussi d'ajouter le titre ultime à Roland-Garros à ses cinq conquêtes des Internationaux d'Australie (2008, 2011, 2012, 2013, 2015), à ses deux triomphes à Wimbledon (2011 et 2014) et à sa victoire aux Internationaux des États-Unis (2011).

Djokovic, pour qui il s'agissait d'une troisième défaite seulement en 2015, espérait aussi devenir le premier joueur depuis l'Américain Jim Courier, en 1992, à remporter les grands honneurs des deux premiers tournois de la saison du Grand Chelem.

Dans son discours au public, Djokovic a clairement manifesté ses intentions.

«Je peux vous dire que je vais continuer d'essayer de gagner ce trophée.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer