Le Portugal élimine la Croatie et affrontera la Pologne en quarts

Avec l'élimination de la Croatie, l'Euro-2016 perd des... (Photo Reuters)

Agrandir

Avec l'élimination de la Croatie, l'Euro-2016 perd des artistes comme Ivan Rakitic et Luka Modric (à droite) qui a terminé en larmes.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yassine KHIRI
Agence France-Presse
LENS

C'était le moment ou jamais de briller et Quaresma n'a pas manqué l'occasion: l'ailier portugais, auteur du but libérateur du Portugal contre la Croatie (1-0), au bout de la prolongation d'un match longtemps cadenassé, a qualifié sa sélection pour les quarts de finale de l'Euro-2016, samedi à Lens.

Peu avant la fin des prolongations, un tir... (Photo Reuters) - image 1.0

Agrandir

Peu avant la fin des prolongations, un tir de Ronaldo repoussé par le gardien croate a été saisi de la tête par Quaresma, propulsant du même coup les Portugais en quarts de finale.

Photo Reuters

Le Portugal ne se résume pas à Cristiano Ronaldo, et les malheureux Croates l'ont appris à leurs dépens. Grâce au but de Quaresma la Selecçao affrontera en quart de finale la Pologne de Robert Lewandowski, jeudi au stade Vélodrome de Marseille.

CR7, triple Ballon d'Or, a provoqué le but de son ami, formé au Sporting comme lui, grâce à son tir repoussé par Subasic (117e). Quaresma, trop souvent dans l'ombre de la star du Real Madrid, a longtemps caché un talent incapable d'exprimer ses qualités et qui n'a cessé de décevoir sous le maillot portugais.

Mais pour le héros de la soirée (53 sel., 8 buts), ce temps est peut-être révolu avec ce deuxième but seulement en compétition internationale, qui pourrait être un déclic.

Présents dans la partie de tableau la plus favorable du tournoi avec le pays de Galles voire la Belgique en ligne de mire, quand les épouvantails du tournoi (Espagne, Allemagne, France, Italie, Angleterre) vont devoir s'affronter entre eux, les Portugais peuvent toujours croire à la finale et à leur rêve de conquête du premier titre international de leur histoire.

Pour la talentueuse Croatie, ce ne sera pas pour tout de suite. La bande à Luka Modric ne fera pas mieux que la génération 1998, 3e du Mondial en France, mais avec la qualité démontrée dans le tournoi, elle peut espérer intégrer le concert des grandes sélections pour les échéances à venir.

Dans ce match où l'enjeu a pris le pas sur le jeu, les 90 premières minutes, où aucune des deux équipes n'a cadré le moindre tir, une première depuis le début de la compétition, ont bien résumé la physionomie du match: une possession de balle stérile des Croates face au pressing prudent des Portugais.

Perisic a failli être le sauveur

Pour empêcher la Croatie de mettre en place son jeu et se rassurer défensivement, le sélectionneur portugais  a choisi de densifier son milieu de terrain, laissant Joao Moutinho sur le banc, avec la paire Adrien Silva-William Carvalho.

Une option tactique plutôt payante puisque les Croates ont été incapables de s'approcher de la charnière Pepe-Fonte, hormis sur les montées de Strinic côté gauche. Et malgré un «CR7» bien cadenassé, les Portugais auraient même pu ouvrir le score sur leur première occasion si Pepe avait cadré sa tête sur un coup-franc de Guerreiro (25e).

L'ailier croate Ivan Perisic, qui va sûrement recevoir le titre officieux de la coupe de cheveux la plus patriotique de la compétition avec sa teinture à damiers bicolores sur le crâne, a fait passer un frisson en profitant de la perte de balle stupide de Nani mais son tir dans la surface n'a touché que le petit filet extérieur (30e).

Plus dynamique en seconde période avec l'entrée en jeu de la pépite Renato Sanches, auteur d'un joli une-deux avec Joao Mario finalement sans succès (57e), puis celle de Quaresma (88e), la Selecçao s'est néanmoins montrée stérile, à l'image de Ronaldo qui n'a rien eu à se mettre sous la dent.

La Croatie, dangereuse seulement sur coups de pied arrêtés, à coup sûr coup failli débloquer la partie : d'abord sur un corner joué rapidement par Rakitic, Brozovic a manqué le cadre dans une position idéale (51e), puis sur un coup-franc de Srna, Vida a vu sa tête passer tout près des buts de Rui Patricio (62e).

La prolongation n'a pas résolu non plus les problèmes d'efficacité pour Kalinic (96e) et Brozovic (100e), auteur de frappes complètement manquées, tandis que Perisic a failli endosser le costume du sauveur (116e). Mais Quaresma a surgi de nulle part.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer