Mauro Biello: «On s'est battus»

Hassoun Camara (à l'arrière au centre) s'est illustré... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

Hassoun Camara (à l'arrière au centre) s'est illustré contre D.C. United en marquant le but égalisateur à la 77e minute.

Photo Olivier PontBriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec Hassoun Camara, tout est une question de qualité plutôt que de quantité. Au fil des ans, le défenseur français a marqué une poignée de buts importants et spectaculaires, que ce soit en MLS ou en Championnat canadien. Hier soir, celui qui a récemment atteint le plateau des 100 titularisations s'est de nouveau illustré en arrachant l'égalisation, dans le dernier quart d'heure, face à D.C. United (1-1).

Ne nous méprenons pas, le résultat n'est pas à la hauteur de la réaction attendue après la claque subie contre le Fire de Chicago (3-0) samedi. Il ne fournit pas non plus le portrait juste d'un match que l'Impact a dominé, notamment dans la dernière demi-heure. Mais, faute de mieux, ce petit but pèse lourd au coeur d'un mois d'août qui voit s'intensifier la lutte pour une place en séries. Avec une troisième défaite consécutive, un scénario que l'entraîneur Mauro Biello n'a jamais vécu, l'Impact aurait pu s'enfoncer dans de profonds doutes. Il aurait aussi pu voir D.C. United, et même Orlando - qui a été battu sur le fil par le Toronto FC, hier -, se rapprocher tout près au classement. Surtout que le BMO Field, lieu du prochain match montréalais, n'est pas le plus hospitalier, ces temps-ci...

> Le sommaire du match D.C. United-Impact

«Mon équipe a commencé avec ce désir de gagner. Malheureusement, il y a un grand gardien qui a fait la différence avec ses arrêts», a philosophé Biello. 

«On s'est battus, on a poussé, on a essayé d'aller chercher les trois points et c'est quelque chose de très positif. Il faut continuer de cette manière, parce que si on joue des matchs comme ça avec autant d'occasions, ça va devenir des buts.»

Plus de peur que de mal pour Didier... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Plus de peur que de mal pour Didier Drogba; l'attaquant a pu terminer la rencontre malgré la douleur.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Devant 19 740 spectateurs, l'Impact oscille donc entre le soulagement de ce point obtenu, après avoir été longtemps mené au score, et la déception de ne pas avoir retrouvé le chemin de la victoire. Si le portrait est loin d'être parfait, il y a aussi une certaine consolation avec cette prestation plus rassurante que celle offerte face au Fire. Le onze montréalais a démontré plus d'envie, de détermination, de sérénité défensive et de fluidité en attaque. Avec une possession de 62%, 19 tirs - mais seulement 4 cadrés -, l'Impact a collectionné les occasions de buts en deuxième période. Nacho Piatti, Johan Venegas, Didier Drogba et Matteo Mancosu ont, entre autres, tous perdu leur duel face à Bill Hamid ou fait preuve de maladresse. «Je suis satisfait de ce qu'on a montré par rapport au match de Chicago, a corroboré Ambroise Oyongo. On a montré qu'on a changé d'attitude et qu'on peut aller jusqu'au bout et chercher la victoire. C'est bon pour les prochains matchs.»

«C'est décevant de ne pas terminer avec les trois points, mais l'effort était là et l'équipe est prête à se battre. C'est ce qui est important», a ajouté Biello.

Ce 25match de la saison a aussi été utile en enseignements. Outre le retour à un 4-2-3-1, avec Nacho Piatti en soutien de Didier Drogba, ce duel a été l'occasion de revoir Dominic Oduro. Entré en deuxième mi-temps, celui qui n'a joué que 90 minutes depuis la mi-juillet a énormément apporté par sa vitesse et sa percussion. «C'est la responsabilité des gars sur le banc de faire la différence quand ils entrent en jeu. Dom amène cette vitesse et, avec ça, on a été en mesure de les déséquilibrer, a indiqué Biello. Après le match, c'est toujours facile de dire qu'il aurait dû débuter. Mais c'était l'une de ses meilleures entrées depuis longtemps. J'espère que ça va lui donner de la confiance.»

Le penalty de la discorde

La thématique de l'arbitre a encore animé le vestiaire montréalais après la rencontre. En cause, un penalty assez généreux sifflé pour une faute de Donny Toia sur Patrick Nyarko. Les Montréalais ont également regretté certaines décisions qui ne sont pas allées dans leur sens. «On n'a pas mis assez de buts pour pouvoir se plaindre. On doit continuer à travailler comme ça, marquer des buts. Qu'on laisse l'arbitrage de côté et qu'on se concentre sur le match», a tranché Oyongo.

Les classements de la MLS

___________________________________________

Ils ont dit

«En deuxième mi-temps, on a pris plus d'initiatives. Mais cela ne doit pas seulement venir quand on est menés au score. On doit le montrer tout le temps. On doit continuer à travailler là-dessus.» - Mauro Biello, entraîneur de l'Impact

«La meilleure équipe n'a pas gagné. Je lève mon chapeau à D.C. United dont le gardien a fait de gros arrêts. Cette deuxième mi-temps est quelque chose sur lequel on peut bâtir lors du prochain match à Toronto.» - Michael Salazar, milieu droit de l'Impact

«Hassoun a un grand coeur, il se bat et, évidemment, il est très bon dans le jeu aérien. Il a été excellent [hier] et il a marqué un gros but pour nous. On verra s'il restera en défense centrale ou s'il retournera sur le flanc droit.» - Evan Bush, gardien de l'Impact

«Bill Hamid devait faire du Bill Hamid [pour que nous obtenions un bon résultat]. Notre défense n'avait pas souvent joué ensemble et c'était évident qu'à certains moments, elle n'allait pas être sur la même longueur d'onde.» - Ben Olsen, entraîneur de D.C. United

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer