Real-Barça: la grande classique remportée par Madrid

Quand on connaît la puissance de feu de... (Photo AP)

Agrandir

Quand on connaît la puissance de feu de Barcelone, qui a été invaincu pendant 39 matches toutes compétitions confondues jusqu'à samedi soir, ce succès a des airs de victoire fondatrice pour l'entraîneur Zidane.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean DECOTTE
Agence France-Presse
BARCELONE

Cristiano Ronaldo a illuminé le premier clasico de Zinédine Zidane comme entraîneur: buteur providentiel, le Portugais a offert in extremis la victoire au Real Madrid sur la pelouse du FC Barcelone (2-1), terrassé pour la première fois depuis six mois, samedi en Championnat d'Espagne.

En cette soirée d'hommage au mythe Johan Cruyff, décédé la semaine dernière, le Barça aurait aimé une autre issue dans le choc de la 31e journée au Camp Nou. Mais le Real, réduit à dix contre onze dans les dernières minutes, ne pouvait rêver de meilleur scénario pour laver l'affront subi au match aller (0-4).

Dans un final haletant, la frappe de Ronaldo à angle fermé (85e) a donné un avantage peut-être flatteur au Real, qui avait auparavant égalisé sur un ciseau de Karim Benzema (62e) après une tête de Gerard Piqué sur corner (56e).

Les Madrilènes ont néanmoins marqué alors qu'ils étaient en infériorité numérique après l'exclusion de Sergio Ramos (84e) et alors qu'un but venait d'être injustement refusé à Gareth Bale (80e), symbole des erreurs d'arbitrage qui ont émaillé la rencontre. Quant au Barça, il peut s'en vouloir de n'avoir pas plié le match plus tôt.

Quand on connaît la puissance de feu de Barcelone, qui a été invaincu pendant 39 matches toutes compétitions confondues jusqu'à samedi soir, ce succès a des airs de victoire fondatrice pour Zidane: voilà le Français conforté en vue de la conquête de la Ligue des champions au printemps, voire en vue d'une poursuite de son bail la saison prochaine.

Coup d'arrêt pour Barcelone

C'est en revanche un coup d'arrêt pour Barcelone (1er, 76 pts), qui voit revenir à six longueurs l'Atletico (2e, 70 pts), vainqueur un peu plus tôt du Betis Séville (5-1) grâce notamment à un doublé d'Antoine Griezmann. Et le Real Madrid (3e, 69 pts) n'est plus si loin derrière, à sept journées de la fin.

Au Camp Nou, l'équipe de Zidane a pourtant eu beaucoup de mal à contenir les déferlantes des Catalans, qui auraient pu faire mal grâce à la vitesse du trio offensif «MSN» (Messi-Suarez-Neymar). Et offensivement, le jeu madrilène a été souvent limité, se réduisant à alerter les flèches du trio offensif «BBC» (Bale-Benzema-Cristiano Ronaldo).

Certes, cela lui a procuré des occasions: la frappe de Ronaldo a contraint le gardien Claudio Bravo à boxer le ballon (25e), juste avant que Bale n'envoie au-dessus une frappe à bout portant. Mais Benzema, en excellente position au point de penalty, a dévissé sa meilleure opportunité de la première période (43e).

Baptême du feu réussi pour Zidane

De son côté, précis et bien rodé, le Barça a semblé n'avoir aucun mal à s'approcher de la cage madrilène. Mais il s'est montré brouillon dans le dernier geste (10e, 19e, 22e, 42e). Et le gardien merengue Keylor Navas a sauvé le Real d'une claquette devant Ivan Rakitic (19e).

Bref, le Real a beaucoup subi: sur un trois contre trois, Ramos a fauché Messi à l'entrée de la surface. Apparemment la faute était commise juste en dehors, donc ne justifiait pas un penalty, mais c'était bel et bien une faute qui aurait pu valoir un second carton jaune à Ramos (24e). Il l'obtiendrait plus tard, et de manière méritée (84e).

Dans ce match fermé, Piqué a cru faire la différence avec une tête sur corner (56e) qui a mis le Camp Nou en transe.

Mais cette euphorie n'a pas duré puisque six minutes plus tard, Benzema catapultait le ballon au fond, d'un ciseau à bout portant pour égaliser (62e).

Et dans un final débridé, Ronaldo a profité des espaces offerts pour marquer à angle fermé, entre les jambes de Bravo, le but de la délivrance (85e).

Zidane avait souvent brillé en tant que joueur au Camp Nou ? Dix ans après sa dernière sortie ici-même, le jeune entraîneur français y a réussi son baptême du feu. Peut-être au-delà de ses espérances.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer