Arsenal et Chelsea récoltent des matchs nuls

Le gardien Asmir Begovic et son défenseur Gary Cahill... (PHOTO PAUL CHILDS, REUTERS)

Agrandir

Le gardien Asmir Begovic et son défenseur Gary Cahill ont freiné les efforts d'Harry Kane.

PHOTO PAUL CHILDS, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LONDRES

Arsenal a manqué à Norwich une occasion de rejoindre Manchester City et Leicester en tête de la Premier League tandis que Chelsea, même sans Diego Costa ni réel avant-centre, a avantageusement résisté contre Tottenham, dimanche lors de la 14e journée.

Les Gunners, naïvement rejoints par les Canaries (1-1), restent donc quatrième avec 27 points, laissant Manchester City et Leicester seuls tout en haut à deux longueurs. Manchester United, qui n'avait pu faire qu'un nul face au Leicester de Jamie Vardy, buteur lors d'un 11e match consécutif, complète le podium.

Tottenham (5e) suit son grand rival du nord de Londres à deux unités. Sa différence de buts étant légèrement meilleure (+13 contre +12), il a de quoi regretter encore plus le 0-0 très rythmé obtenu plus tôt contre une équipe de Chelsea désormais audacieuse mais toujours placée en bas de tableau (14e).

Enfin, en venant à bout de Swansea (15e) dans la difficulté grâce à un penalty obtenu à l'heure de jeu par Jordon Ibe et converti par James Milner (1-0), Liverpool retrouve des couleurs à Anfield et fait un bon de trois places (6e). Les Reds offrent ainsi à leur entraineur Jürgen Klopp sa première victoire à Anfield.

Arsenal, malgré son nul à l'extérieur, est donc le grand perdant du jour avec un troisième match de rang sans victoire en championnat et deux nouveaux blessés (Laurent Koscielny et Akexis Sanchez).

Malgré le deuxième but de Mesut Özil cette saison, l'équipe d'Arsène Wenger a surtout attendu la faute adverse puis semblé incapable de digérer l'égalisation d'une équipe de Norwich peut-être un peu trop respectueuse jusque-là.

Si Arsenal ne trouve pas de ressort, sa fin d'année risque d'être interminable. Avec un peu plus d'application, son adversaire aurait même pu décrocher sa quatrième victoire alors qu'il avait perdu cinq des six matchs précédents.

Dans le derby de Londres, Jose Mourinho avait lui décider d'innover pour décrocher enfin une deuxième victoire consécutive en championnat après celle, justement, contre Norwich.

En laissant Diego Costa sur le banc après les mots échangés mardi à Tel-Aviv, le «Mou» a misé sur Eden Hazard, Pedro ou Oscar en faux-N.9.

L'audacieux dispositif n'est pas passé loin d'être payant même si Tottenham, qui restait sur 12 matchs sans défaite dont 7 nuls, a pris le jeu à son compte et poussé pour faire la différence. Les Spurs ont également souvent joué dur pour déstabiliser leur adversaire.

Ils ont aussi laissé des espaces dans leur dos, pour le plus grand plaisir des flèches bleues qui ont juste eu du mal à tenir le défi physique.

Tottenham et Harry Kane, qui aurait dû recevoir un deuxième avertissement pour un coup de coude sur Cesc Fabregas, se sont eux montrés trop imprécis face au but. En fin de match, c'est néanmoins le champion en titre qui semblait le plus proche du jackpot mais Hugo Lloris veillait au grain.

La suspension du jeune milieu Dele Alli (19 ans) a finalement pénalisé Tottenham, et la série de Kane s'arrête à neuf buts en six matchs.

Même si c'est un bon cinquième point en déplacement alors qu'il avait encaissé un cinglant 5-3 ici même le 1er janvier dernier, le bilan de Chelsea à l'extérieur reste problématique.

Même frustré, Tottenham reste lui en course pour égaler samedi prochain contre West Bromwich Albion son record d'invincibilité de 14 matchs en championnat qui date de mars 1985.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer