FIFA: Chung Mong-joon sera candidat à la présidence

Ancien vice-président de la FIFA, Chung Mong-joon a été un... (Photo Ahn Young-joon, archives AP)

Agrandir

Ancien vice-président de la FIFA, Chung Mong-joon a été un personnage principal pour aider la Corée du Sud à obtenir le droit de coorganiser la Coupe du monde 2002 avec le Japon.

Photo Ahn Young-joon, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Séoul, Corée du Sud

Le Sud-Coréen Chung Mong-joon, ancien vice-président de la FIFA et personne incontournable du football asiatique, sera candidat à la présidence de l'instance mondiale, a-t-il indiqué à l'AFP jeudi, égratignant le président démissionnaire Joseph Blatter et le candidat déclaré Michel Platini.

«Au cours de ces quatre années, j'espère que je pourrai réaliser mon programme, faire de la Fifa une véritable ONG sportive - ouverte, transparente, morale, éthique, et vraiment mondiale -», a expliqué le milliardaire âgé de 54 ans, lors d'un entretien à Séoul.

«Si je suis élu, j'essaierai de mettre en place plus de transparence et de développement. Je tenterai d'éliminer la corruption», a-t-il précisé. Il doit présenter officiellement sa candidature la semaine prochaine.

Chung a assuré qu'il ne ferait qu'un seul mandat à la tête de l'instance mondiale du football, engluée depuis deux mois dans le plus grand scandale de corruption de son histoire.

Son président Joseph Blatter a été contraint le 2 juin à la démission, suite à ce scandale et seulement quatre jours après sa réélection.

«Le président Blatter est comme un cannibale, qui mange ses parents et se plaint ensuite d'être orphelin. Il tente de rendre tout le monde responsable, excepté lui», a-t-il regretté.

En 2002, le Sud-Coréen, membre de la famille propriétaire du constructeur automobile Hyundai avait été l'un des plus fervents opposants à Blatter, soutenant le Camerounais Issa Hayatou et accusant le président de la FIFA d'une mauvaise utilisation des fonds.

Chung Mong-joon n'épargne pas non plus le président de l'UEFA, Michel Platini, qui s'est officiellement déclaré candidat mercredi pour succéder à Joseph Blatter.

«Platini est bon pour le football, mais peut-il être aussi un bon président de la Fifa? Je ne le pense pas. Il est un produit de l'actuel système FIFA», a-t-il taclé l'ancien N.10 de l'équipe de France.

«Il y a plusieurs questions que nous pouvons nous poser pour savoir si Platini peut symboliser une nouvelle ère pour la FIFA, ou s'il est simplement un protégé de Blatter», a-t-il ajouté, notamment sur ses relations avec le président démissionnaire.

L'élection à la présidence de la FIFA se déroulera lors d'un Congrès électif le 26 février prochain à Zurich, et les candidats doivent présenter leur candidature quatre mois avant.

Plusieurs autres personnalités du monde du football, ont déclaré leur intention de se présenter à la présidentielle: l'ancien international brésilien Zico, le prince jordanien Ali bin Al Hussein, seul candidat contre Blatter fin mai et battu, ainsi que le président de la Fédération libérienne de football, Musa Bility,

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer