• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > Christine Sinclair: une meneuse sur le terrain et dans le vestiaire 

Christine Sinclair: une meneuse sur le terrain et dans le vestiaire

Christine Sinclair et les Canadiennes vont amorcer la Coupe... (Photo Geoff Robins, archives AFP)

Agrandir

Christine Sinclair et les Canadiennes vont amorcer la Coupe du monde féminine de soccer ce samedi à Edmonton.

Photo Geoff Robins, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Neil Davidson
La Presse Canadienne

John Herdman n'a pas l'habitude de parler à ses joueuses dans le vestiaire après le match. L'entraîneur de l'équipe canadienne de soccer préfère les rencontrer plus tard, à tête reposée.

Mais après le cruel revers de 4-3 en temps ajouté face aux Américaines, aux Jeux olympiques de 2012, il savait qu'il devait dire quelque chose sans trop tarder.

Juste avant, Herdman a établi certaines bases avec Ceri Evans, le psychiatre de l'équipe.

«Il m'a dit, "tu as raison, soyons sûrs d'envoyer le bon message, parce que tu n'auras pas une deuxième chance de le faire"», s'est rappelé l'entraîneur.

Alors qu'ils s'approchaient du vestiaire, la préposée à l'équipement Maeve Glass en est sortie en pleurant.

«Elle m'a dit que je n'aurais pas besoin d'y aller, que Christine (la capitaine, Christine Sinclair) venait de parler aux filles comme jamais auparavant, et que tout le monde avait les larmes aux yeux.»

«Je deviens émotive à chaque fois que je pense à son discours, raconte la gardienne Erin McLeod. On aurait pu entendre une épingle tomber.»

Sinclair avait rassemblé l'équipe après avoir signé un triplé dans le match.

«Tout le monde avait le coeur brisé incluant moi, et comment faire autrement, a dit Sinclair. Mais après quelques minutes, il m'est venu en tête que trois jours plus tard, on allait disputer le match de la médaille de bronze. J'ai juste eu le sentiment que je devais dire quelque chose.

«J'ai dit aux filles que je n'avais jamais été aussi fière d'être leur coéquipière, a t-elle poursuivi. Qu'on n'avait pas eu le résultat voulu (contre les États-Unis), mais que je n'ai jamais été aussi fière de porter ce chandail-là. Et que si avant les Jeux on nous aurait dit que nous aurions une chance pour le bronze, nous aurions été emballées. Et je leur ai dit que je n'allais pas quitter Londres sans médaille. Ça devait être dit, et c'est juste tant mieux si ç'a eu un impact.»

Sinclair est de nature modeste et essaie d'éviter les projecteurs, préférant mener par l'exemple. Il reste que son discours a allumé les siennes, les guidant vers un gain de 1-0 contre la France pour cette médaille de bronze, 13 mois après une dernière place au Mondial de 2011.

La Britanno-Colombienne, qui aura 32 ans le 12 juin, a réussi 153 buts en 223 matchs avec l'équipe nationale senior, dont elle fait partie depuis 2000.

Sinclair et les Canadiennes, classées huitièmes, vont amorcer la Coupe du monde ce samedi à Edmonton face à la Chine, 16e nation au classement de la FIFA.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer