FIFA: pour Maradona, Blatter doit rendre des comptes

Diego Maradona et Joseph Blatter à Rome en... (Archives Reuters)

Agrandir

Diego Maradona et Joseph Blatter à Rome en 2000.

Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Buenos Aires

L'ancien footballeur argentin Diego Maradona, opposant de longue date au président de la FIFA Joseph Blatter, a estimé mercredi que le Suisse devait s'expliquer devant la justice américaine.

«Les Américains ont accompli un travail exemplaire. Je me réjouis, car j'en parlais depuis longtemps. On m'a traité de fou. Aujourd'hui, le FBI a dit la vérité. J'espère fermement que Blatter devra aller s'expliquer aux États-Unis! Cela fait dix ans qu'ils le poursuivent», a déclaré Maradona à une radio argentine.

La FIFA a été ébranlée ce mercredi par un tsunami judiciaire, alors que Joseph Blatter est le favori pour un cinquième mandat à la tête de la FIFA, lors d'un vote prévu vendredi. Sept dirigeants de la FIFA, soupçonnés de corruption, ont été interpellés à Zurich, à la demande des autorités judiciaires américaines.

Pour Maradona, Blatter ne peut pas être réélu à la tête de l'organisation.

«La FIFA dispose d'1,5 milliard d'euros de réserves. On a fait tomber ces menteurs par surprise. Aujourd'hui, il n'y a plus de football. Il n'y a pas de transparence».

Il y a quelques jours, le vainqueur de la Coupe du monde avec l'Argentine en 1986 qualifiait Joseph Blatter, président de la FIFA depuis 1998, de «dictateur à vie».

Maradona, considéré comme le meilleur footballeur du monde pendant les années 1980, a déclaré que «ceux qui étaient impliqués (dans la corruption), Blatter les faisait démissionner. Pour que l'enquête n'aille pas plus loin», citant le cas de Jack Warner, membre de la CONCACAF.

Désormais, a ironisé Maradona, les dirigeants de la FIFA mis en cause «sont des petits vieux. On leur a retiré le permis de conduire. Reste à savoir si Blatter remporte l'élection après tout cela».

L'Argentin promet que s'il parvient à prendre le pouvoir à la FIFA, «les bons resteront. Les mauvais, je vais me charger personnellement de leur flanquer un coup de pied où vous savez.»

«Il se prend pour qui (Blatter)? Pour lui, la seule justice valable est celle de la FIFA. Ils passent au-dessus des présidents, de la démocratie», a encore dénoncé Diego Maradona.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer