Impact: une envie de gâcher la fête à Toronto

Michael Bradley et ses coéquipiers pourraient rater les... (PHOTO JEAN-YVES AHERN, ARCHIVES USA TODAY)

Agrandir

Michael Bradley et ses coéquipiers pourraient rater les séries même si Toronto a la plus grande masse salariale de la MLS.

PHOTO JEAN-YVES AHERN, ARCHIVES USA TODAY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si le coup d'envoi ne sera donné qu'à 14 h au BMO Field, quelques joueurs de l'Impact et du Toronto FC ont déjà commencé le match durant la semaine. Lors du rassemblement de la sélection nationale, la rivalité a quelque peu meublé le temps, entre deux discussions sur le rendez-vous amical perdu de justesse face à la Colombie (0-1), mardi.

«Je leur ai dit que nous voulions les taper et les sortir des séries comme ils ont essayé de nous faire l'an dernier, a raconté Karl W. Ouimette, vendredi, après l'entraînement. Ce sont des bons amis, donc, ils l'ont bien pris. Il n'y a pas eu de paris entre nous, mais cela nous ferait du bien de remporter une petite victoire sur la route, contre Toronto.»

À l'image de ces amabilités, échangées sur un ton amical, l'antagonisme entre les deux clubs est bien documenté depuis la saison 2007. La nouveauté, depuis l'entrée de l'Impact dans la MLS, est cependant de distinguer les hommes en rouge au-dessus de ceux en bleu-blanc-noir, au classement. Mais avec les investissements effectués au cours de la dernière année - le TFC possède la masse salariale la plus élevée de la MLS -, une non-participation en séries serait un échec considérable. Ce scénario pourrait survenir si les Ontariens ne gagnaient pas, samedi après-midi, ou si le Crew de Columbus récoltait un point, demain à New York.

«À chaque fois que l'on joue contre eux, ils veulent nous presser et nous empêcher de développer notre jeu depuis l'arrière, a analysé Patrice Bernier. On s'attend encore à ça, mais il faudra juste attendre que la tempête passe et continuer à jouer pendant 90 minutes.»

Defoe sur le carreau

L'Impact savait déjà que le milieu de terrain Michael Bradley et le défenseur Nick Hagglund allaient rater ce duel canadien en raison de sa suspension. Voilà qu'une blessure à l'aine empêchera aussi Jermain Defoe d'y participer. Entre les soucis physiques, les suspensions et un esprit peut-être déjà tourné vers un retour en Angleterre, le joueur désigné n'a plus marqué depuis le 16 juillet. Peu importe le casting, Frank Klopas s'attend à un match rempli d'émotions. «Je pense qu'ils vont débuter fort et nous devons nous tenir prêts. Ce sera un match excitant avec de l'enjeu pour les deux équipes. Eux ont encore un mince espoir de participer aux séries, et pour nous, en plus de la rivalité, il s'agit de notre dernière occasion de gagner un match à l'extérieur, cette saison. C'est important de continuer à bien jouer et de finir en force.»

Marco Di Vaio, qui s'est rendu à Bologne, jeudi, sera disponible pour le match. Klopas a cependant écarté la possibilité de le voir sur le terrain dès le coup d'envoi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer