Galchenyuk prend ses aises

Alex Galchenyuk est en voie de connaître la... (PHOTO: BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Alex Galchenyuk est en voie de connaître la meilleure saison de sa jeune carrière. Et à voir la façon dont il joue depuis qu'il a été muté au centre du premier trio, on voit mal comment Michel Therrien pourrait l'en déloger.

PHOTO: BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alex Galchenyuk est-il au centre du premier trio pour y rester? Tout porte à croire que oui.

C'est que le jeune attaquant prend de plus en plus ses aises depuis cette promotion, survenue le 9 décembre lors d'un match contre les Canucks de Vancouver au Centre Bell.

Depuis cette soirée-là, Galchenyuk a disputé cinq matchs dans son nouveau rôle, et les chiffres laissent croire qu'il ne s'en tire pas trop mal: quatre buts, deux passes, pour un total de six points.

On ne peut évidemment pas tirer de grandes conclusions après cinq rencontres, mais pour le moment du moins, l'expérience Galchenyuk au poste de premier centre du Canadien ne ressemble pas à une décision prise sur une base temporaire.

«J'espère pouvoir continuer ainsi avec les gars de mon trio, a expliqué le joueur de 20 ans au terme de la victoire de 4-1 sur les Sénateurs d'Ottawa, samedi soir. Il y aura des obstacles sur notre route, mais pour le moment, ça va bien.»

Rencontre

Michel Therrien n'est jamais du genre à faire de grandes promesses à ses joueurs, mais on voit mal comment il pourrait défaire son premier trio, complété par Brendan Gallagher et Max Pacioretty. L'entraîneur montréalais a d'ailleurs bien pris soin de rencontrer Galchenyuk au moment de lui offrir le poste de premier centre.

«Nous avons eu une bonne discussion, et il m'a rappelé de demeurer le même joueur, a ajouté le numéro 27. Il ne voulait pas que je change mon style de jeu.»

À sa troisième saison dans la LNH, Alex Galchenyuk est en voie de connaître la meilleure récolte de sa jeune carrière, lui qui avait obtenu 31 points en 65 rencontres la saison dernière. En 34 rencontres cette saison, il a déjà 24 points au compteur.

Mais qui est surpris dans le vestiaire montréalais? Personne, faut-il croire.

«Je ne suis pas du tout surpris par son jeu depuis qu'il est le premier centre, a répondu Gallagher samedi soir. Ça semble si facile pour lui quand il peut contrôler le jeu et la rondelle. Il est capable de nous repérer sur la glace. Il peut encore s'améliorer, mais non, je ne suis pas surpris. Il peut encore devenir un meilleur joueur.»

Tout comme Michel Therrien, Max Pacioretty a lui aussi eu une petite discussion avec Galchenyuk au moment de la grande promotion.

«Je lui ai seulement dit qu'à partir de maintenant, il allait avoir à affronter les meilleurs joueurs de l'autre équipe, a expliqué l'ailier. Je lui ai rappelé qu'il allait devoir être fin prêt tous les soirs. Quand on est un centre de premier trio dans cette ligue, on ne peut pas se permettre de prendre congé, même pas pour un soir. C'est seulement quelques matchs jusqu'ici, mais oui, il m'impressionne. Sauf que ce ne sera que plus difficile à compter de maintenant. C'est toujours plus facile quand personne ne sait vraiment qui tu es...»

Et Desharnais?

Reste maintenant à voir ce qu'il va advenir de David Desharnais, qui affichait malgré tout un énorme sourire samedi soir. Celui qui est passé de premier centre à ailier sur le troisième trio acceptera-t-il son sort sans rien dire, surtout si ce scénario doit durer?

On verra bien. En attendant, le Canadien se prépare pour les Islanders de New York, qu'il affrontera demain soir à Uniondale. Et Galchenyuk, lui, se prépare à devenir un joueur qui, on le présume, sera de plus en plus surveillé de près.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer