Jonathan Drouin, point d'interrogation

Jonathan Drouin a raté les trois derniers matchs en... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Jonathan Drouin a raté les trois derniers matchs en raison d'une blessure au bas du corps. Il semble que celle-ci soit guérie, mais l'attaquant québécois est maintenant affligé d'un virus.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ça fait maintenant plus d'un mois que Jonathan Drouin, Carey Price et Shea Weber n'ont pas joué un match ensemble.

Il faut remonter au 2 novembre face au Wild du Minnesota pour voir le trio en action. Ça fait maintenant 16 matchs que l'alignement des planètes ne s'est pas produit.

Claude Julien avait admis hier que Drouin visait un retour jeudi face aux Flames. Maintenant, rien n'est moins sûr.

«Notre but était un retour jeudi, a dit Julien. C'est maintenant un point d'interrogation en raison de son virus. Mais on doit voir comment ça va évoluer d'ici le match.»

Drouin a raté les trois derniers matchs en raison d'une blessure au bas du corps. Il semble que celle-ci soit guérie, mais l'attaquant québécois est maintenant affligé d'un virus. Il a été terrassé mardi matin tout juste avant sa séance d'entraînement. Le Canadien a préféré l'envoyer se reposer à la maison, et il n'était toujours pas sur la glace mercredi.

Shea Weber aussi a raté la séance quotidienne pour bénéficier d'une journée de traitements. Ce n'est pas une surprise pour un joueur qui vient de revenir d'une absence de six matchs pour une blessure au bas du corps.

De son côté, Artturi Lehkonen s'est entraîné bien avant ses coéquipiers. C'est la première fois qu'il touche la glace, semble-t-il, depuis sa blessure au bas du corps. Le Finlandais a raté les 11 derniers matchs du Canadien.

Price et Pacioretty

Durant les absences prolongées des meilleurs joueurs du Canadien au cours des dernières semaines, plusieurs ont dû prendre les bouchées doubles. 

C'est le cas de Carey Price, intraitable depuis son retour. Il présente une fiche sublime de 5-1-0, avec une efficacité de ,946 et une moyenne de 1,67. Bref, le Price des beaux jours. Tout le monde le voit, sauf bien sûr le principal intéressé.

«Je l'ai déjà dit. Je n'accorde pas vraiment d'importance aux statistiques. Je garde une mentalité d'un match à la fois.»

Il attribue d'ailleurs ses récents succès au brio de ses coéquipiers et aux «bonds favorables».

Pour Claude Julien, c'est encore plus simple comme réflexion: «Je ne suis pas entraîneur des gardiens. Comme tout entraîneur-chef, si le gardien arrête les rondelles, je suis satisfait.» C'est donc sans surprise qu'il a confirmé que Price sera en action face aux Flames.

En revanche, c'est beaucoup plus difficile pour Max Pacioretty, qui a inscrit un seul but à ses 11 derniers matchs. 

L'entraîneur s'est rapidement porté à la défense de son capitaine. Il a cité pour preuves le nombre de tirs, les chances de marquer et le travail en désavantage numérique. Il juge toutefois que son trio avec Andrew Shaw et Phillip Danault doit faire mieux.

«Il y a du travail à faire du côté de la dynamique du trio. On travaille avec eux, on croit en leur potentiel comme trio. Ceci dit, Max fait beaucoup de bonnes choses autres que de marquer des buts. Il ne doit pas limiter son jeu à une facette. On aimerait le voir marquer, il voudrait marquer, et quand il commence à marquer, les buts viennent rapidement.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer