La renaissance de David Perron avec les Blues

David Perron... (PHOTO Jeff McIntosh, PC)

Agrandir

David Perron

PHOTO Jeff McIntosh, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(St. Louis) Le Québécois David Perron n'a que 28 ans, mais il en est déjà à sa 10e saison dans la Ligue nationale et il a passablement roulé sa bosse dans le circuit.

Il s'agit pour lui d'un deuxième arrêt avec les Blues de St-Louis, l'organisation qui l'avait repêché en première ronde en 2007.

Après des passages infructueux à Edmonton et à Pittsburgh, puis une relance intéressante chez les Ducks d'Anaheim la saison dernière, l'ailier originaire de Sherbrooke est rentré au bercail et connaît un excellent début de campagne.

«J'ai vu trois David Perron : celui qui a joué pour nous, celui qui a joué à Edmonton et à Pittsburgh, et celui qui a joué avec Anaheim, a raconté le toujours volubile Ken Hitchcock. Quand je l'ai vu jouer l'an passé avec Ryan Getzlaf et Corey Perry, je l'ai beaucoup aimé. Il avait un style tout en puissance, il contrôlait la rondelle et il se montrait patient en zone offensive. Nous n'avons pas de Getzlaf ou de Perry dans notre équipe, mais nous avons des joueurs semblables avec lesquels je pensais qu'il pouvait bien s'entendre.»

En fait, ce que Perron a découvert la saison dernière, c'est qu'il était davantage taillé pour l'Association Ouest. Il est à son meilleur au sein d'équipes plus lourdes, axées sur la circulation de rondelle en zone offensive et où il pourra participer à des batailles à un-contre-un dans les coins de patinoire et où il aura la possibilité de créer.

À Pittsburgh, les rondelles lobées dans le fond de la zone et les poursuites de disque axées sur la vitesse n'étaient pas propices à épanouir son jeu.

Il est donc heureux de voir son jeu gagner en constance et en maturité au sein d'une formation avec qui il est familier - et la seule formation, du reste, qui lui a offert un contrat de deux ans cet été.

«Ken a vraiment poussé pour me ravoir, a confié Perron. Dès la première journée où les équipes ont pu discuter avec les agents des joueurs autonomes, les Blues ont été les premiers à appeler. Au début, je n'étais pas sûr si ça allait marcher, mais c'est ce qui s'est passé.»

Perron, qui évolue présentement aux côtés de Robbie Fabbri et de Paul Stastny, a connu une excellente séquence offensive dernièrement en récoltant trois buts et 11 points en huit matchs. Ça a correspondu avec un redressement de la situation chez les Blues, qui avaient commencé la campagne lentement, mais qui ont récolté des victoires dans sept de leurs neuf derniers matchs (7-1-1).

Selon Hitchcock, Perron joue désormais comme un vétéran parce qu'il a su gagner la confiance de ses entraîneurs. Au lieu d'être préoccupé par ses statistiques, il s'est appliqué à devenir un joueur plus complet, de sorte que Perron écoule désormais les punitions, en plus de jouer à 4-contre-4, en avantage numérique et d'affronter les meilleurs trios adverses.

«Ça arrive souvent que je sois sur la glace durant la dernière minute de jeu, peu importe qui mène, précise-t-il. C'est le fun d'avoir toutes ces responsabilités-là.»

Le Canadien avait approché Perron cet été et lui avait soumis une offre d'une saison. A posteriori, quand on voit les gains que Perron a faits dans son jeu dans l'Ouest, on se demande si d'évoluer à Montréal aurait été aussi payant pour lui.

Mais il admet lui-même que la flamme scintille toujours quand on évoque l'idée qu'il puisse un jour jouer pour le CH.

«J'ai tourné la page après que ce soit arrivé, a-t-il dit. J'espère encore que ça arrive un jour, mais on verra.»

Tarasenko : deuxième étoile

Vladimir Tarasenko, des Blues de St-Louis, a été choisi la deuxième étoile de la semaine dans la Ligue nationale. L'ailier droit russe a marqué quatre buts et ajouté une mention d'aide en trois rencontres. Il s'est entre autres distingué avec deux buts gagnants.

Tarasenko est devenu le joueur-clé des Blues en attaque et connaît un autre début de saison éclatant, ayant récolté jusqu'ici 13 buts et 27 points en 25 rencontres.

À l'entraînement des Blues, lundi midi, Tarasenko pratiquait à la droite de Jaden Schwartz et d'Alex Steen au sein du premier trio.

Les trios des Blues à l'entraînement : 

Schwartz - Steen - Tarasenko

Fabbri - Stastny - Perron

Lehtera - Berglund - Yakupov

Upshall - Brodziak - Reaves

En défense :

Bouwmeester - Pietrangelo

Gunnarsson - Shattenkirk

Edmundson - Parayko

Du côté du Canadien, on le rappelle, c'était congé d'entraînement à la veille du dernier match de ce voyage de cinq rencontres.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer