• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Panthers: Gallant limogé pour des divergences sur le style de jeu 

Panthers: Gallant limogé pour des divergences sur le style de jeu

Gerard Gallant a dû quitter le PNC Arena de... (PHOTO Karl B DeBlaker, AP)

Agrandir

Gerard Gallant a dû quitter le PNC Arena de Raleigh en taxi plutôt qu'avec l'équipe après son congédiement, dimanche.

PHOTO Karl B DeBlaker, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Tim Reynolds
Associated Press
Sunrise

Gerard Gallant souhaitait que les Panthers de la Floride jouent d'une certaine façon; ses patrons préconisaient un autre style. C'est pourquoi ils ne sont plus ses patrons.

Le directeur général des Panthers de la Floride,... (Photo Alan Diaz, archives AP) - image 1.0

Agrandir

Le directeur général des Panthers de la Floride, Tom Rowe, assurera l'intérim derrière le banc de l'équipe.

Photo Alan Diaz, archives AP

Les Panthers ont cité des différends philosophiques comme principale raison pour expliquer le congédiement de Gallant, finaliste au trophée Jack-Adams l'an dernier, mais qui n'a dirigé que 22 rencontres cette saison. Tom Rowe mettra un peu de côté son rôle de directeur général pour assurer l'intérim à compter de mardi, à Chicago.

> Mathias Brunet: Quand «Moneyball» frappe la Floride...

Nous voulions bâtir une équipe rapide, qui déplace rapidement la rondelle et qui applique de la pression sur le porteur du disque dans les trois zones, a expliqué Rowe. Gerard et moi en avons discuté. Il souhaitait des joueurs un peu plus costauds et nous avons simplement décidé d'aller dans des directions différentes. Étions-nous sur la même longueur d'ondes tous les jours? Non. Nous avions des philosophies différentes.»

Avec leur fiche de 11-10-1, les Panthers se trouvaient à deux points d'une place en séries avant les matchs de lundi, même si l'équipe a été affligée par de sérieuses blessures cette saison. Mais les Panthers ont été médiocres dans certains aspects, notamment en avantage numérique, où ils occupent le 21e échelon, et en désavantage, où ils se classent au 19e rang.

La plus longue séquence de victoires des Panthers cette saison est de deux matchs, ce qu'ils ont réussi trois fois. La façon dont l'équipe a bousillé une avance de 2-0 qui s'est transformée en revers de 3-2, dimanche, en Caroline, aurait été la goutte faisant déborder le vase, même si la direction de l'équipe avait déjà parlé de la possibilité d'effectuer un changement.

«Nous n'étions pas satisfaits du manque de constance de l'équipe, a expliqué le président et chef de la direction des Panthers, Matthew Caldwell. Je pense qu'on peut beaucoup mieux jouer à ce stade-ci de la saison. Nous avons donc décidé qu'un changement était nécessaire.»

Les joueurs étaient en congé lundi, mais Rowe les a quand même rencontrés pour discuter à la fois du congédiement de Gallant et des différents schémas défensifs qu'il souhaite maintenant voir sur la glace.

Gallant a été un excellent ailier gauche, surtout pour les Red Wings de Detroit, récoltant 34 buts ou mieux lors de quatre saisons d'affilée de 1986 à 1990. Il a terminé sa carrière dans la LNH avec 211 buts en 615 matchs. Son travail comme entraîneur des Panthers ne lui attirait que des éloges, surtout après avoir mené l'équipe à la meilleure fiche de son histoire la saison passée.

Il était sous contrat jusqu'à la conclusion de la saison 2018-19 après signé une prolongation en janvier dernier.

Tout cela s'est terminé de façon plutôt cavalière dimanche, quand ses valises ont été sorties de l'autobus devant mener les Panthers vers l'aéroport de Raleigh. Un taxi est rapidement venu cueillir Gallant et l'équipe a poursuivi son séjour de six rencontres. Celle en Caroline était la première.

Les propriétaires des Panthers et plusieurs de ses dirigeants se fient énormément aux statistiques avancées, tandis que Gallant n'en était pas le plus ardent défenseur. Il avait ouvertement discuté de sa divergence d'opinion avec la direction de l'équipe en août 2015, lors d'un événement caritatif à l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard.

Il avait alors raconté comment un ex-joueur des Panthers, qu'il n'a pas identifié, paraissait bien aux yeux de la direction en raison de ses statistiques avancées, mais qu'il n'en voulait pas.

«Je ne pouvais pas le blairer sur la patinoire, avait-il alors dit. Je n'aimais rien de son jeu.»

Une partie du problème des Panthers est clairement liée aux blessures.

Jonathan Huberdeau n'a pas encore joué cette saison et ne devrait pas revenir au jeu avant plusieurs semaines. Nick Bjugstad et Jussi Jokinen ont été absents pendant de longues périodes et Alex Petrovic pourrait rater jusqu'à deux mois en raison d'une blessure à la cheville.

Il faut ajouter à cela Jaromir Jagr, qui n'a marqué que trois buts cette saison après avoir mené l'équipe l'an dernier. Bien que tous ses éléments aient été pris en considération, ils n'ont pas suffi pour que Gallant et son adjoint Mike Kelly bénéficient de plus de temps en Floride.

«C'est un business difficile, a déclaré Rowe, qui devient le 14e entraîneur des Panthers en 23 ans d'histoire. Mais quand les résultats n'y sont pas, des décisions doivent être prises.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer