Leafs: Marner et Nylander brillent dans l'ombre de Matthews

William Nylander et Mitch Marner... (PHOTO CHRIS YOUNG, ARCHIVES PC)

Agrandir

William Nylander et Mitch Marner

PHOTO CHRIS YOUNG, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En tant que tout premier choix au repêchage et futur joueur de concession des très populaires Maple Leafs de Toronto, Auston Matthews avait les projecteurs braqués sur lui dès le camp d'entraînement.

Auston Matthews et William Nylander... (PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES PC) - image 1.0

Agrandir

Auston Matthews et William Nylander

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES PC

Avec une performance de quatre buts dès son premier match, il s'est assuré que la planète hockey continue à parler de lui.

Cela dit, dans l'ombre de Matthews, deux autres jeunes attaquants bourrés de talent font leur bonhomme de chemin. Le Canadien aura l'occasion de faire avec connaissance avec Mitch Marner et William Nylander samedi soir, lors de la visite des Maple Leafs de Toronto au Centre Bell.

Si Matthews trône au sommet des compteurs des Maple Leafs avec 10 points, Nylander et Marner ne sont pas en reste. Le premier a amassé sept points à ses cinq dernières sorties, tandis que le second a amassé trois aides jeudi soir, contre les Panthers. Résultat : les trois meilleurs compteurs des Leafs sont âgés de 19, 20 et 19 ans.

« On n'est pas surpris de les voir au sommet de notre équipe, a répondu un Mike Babcock peu en verve, après l'entraînement de ce matin. On savait ce qu'ils pouvaient faire. Mais tu ne sais pas combien de temps un jeune prendra à s'ajuster. On leur donne évidemment des occasions de qualité dans notre équipe. On a plusieurs bons jeunes, je crois qu'on a huit recrues. C'est parfois positif et à d'autres moments, on dirait qu'on ne sait pas où on s'en va. »

Sans la présence de Matthews, les deux jeunes hommes auraient eu toute l'attention sur eux dans la Ville Reine. Après tout, Marner a été repêché au 4e rang par les Leafs l'an dernier, tandis que Nylander a été sélectionné au 8e échelon en 2014.

« L'attention est un peu divisée entre nous trois. C'est bien, ça nous soulage un peu », a admis Marner.

Parcours différents

Matthews, Nylander et Marner ont en commun d'avoir été de hauts choix de repêchage. Mais du reste, leurs parcours sont bien différents.

Matthews avait surpris les observateurs la saison dernière en s'exilant en Suisse pour y disputer la saison qui allait précéder son repêchage, au sein de la Ligue nationale A, où il affrontait des hommes soir après soir. Il y a récolté 46 points en 36 matchs.

Nylander, lui, est le seul des trois à être passé par la Ligue américaine. En deux moitiés de saison dans l'antichambre de la LNH, le Suédois a totalisé 77 points en 75 matchs. Il avait aussi eu droit à 22 matchs dans le circuit Bettman la saison dernière, mais cette fois, il semble en voie de passer la campagne complète dans la grande ligue.

Marner est quant à lui retourné dans les rangs juniors à London la saison dernière, même si en 2014-2015, il avait terrorisé la Ligue junior de l'Ontario avec une production de 126 points. L'an dernier, il en a engrangé 116.

Cette année, il semble entièrement à sa place dans la LNH, même s'il est un peu frêle à 6 pi et seulement 170 lb.

« Ça m'a beaucoup aidé. J'en ai appris sur moi-même, j'ai appris comment jouer dans ce type d'atmosphère [à London], comment être un meneur, devenir plus un adulte. J'ai appris beaucoup en retournant dans le junior et ça m'a aidé à devenir le joueur que je suis aujourd'hui. »

Buts à prévoir

Le résultat de tout ça, c'est qu'il se marque beaucoup de buts dans les matchs des Leafs. Ils en marquent en moyenne 3,43 par match, et en accordent 3,86.

À l'inverse, le Canadien en marque tout autant (3,62), mais en accorde seulement 1,50 par rencontre. Et c'est précisément dans un duel à bas pointage que les Montréalais souhaitent attirer les jeunes Leafs.

« Ils sont talentueux, et on ne veut pas se lancer dans un festival offensif contre eux, a assuré le capitaine du CH, Max Pacioretty. On veut jouer avec vitesse et tenter des jeux, mais seulement quand ces jeux sont là. Il faut surtout les étouffer, les forcer à tenter des jeux et ensuite, en prendre avantage. Ça ne vient pas toujours en première période. C'est souvent en troisième période, quand on les épuise avec notre patin. C'est de cette façon que l'on connaît du succès. »

Les Leafs devront en effet se méfier en troisième période. Seize des 29 buts du Canadien ont été inscrits au cours de cet engagement.

Trios des Maple Leafs à l'entraînement

Van Riemsdyk-Bozak-Marner

Komarov-Kadri-Brown

Hyman-Matthews-Nylander

Martin-Smith-Griffith

Défenseurs 

Rielly-Carrick

Marincin-Zaitsev

Gardiner-Polak

Gardien

Andersen

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer