Gabriel Dumont testera le marché

Gabriel Dumont tentera d'obtenir ce qu'il n'a toujours pas... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Gabriel Dumont tentera d'obtenir ce qu'il n'a toujours pas eu à Montréal: une vraie chance de se faire valoir dans la Ligue nationale.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après six saisons dans l'organisation du Canadien, Gabriel Dumont veut se donner toutes les options possibles. L'attaquant a confirmé à La Presse qu'il n'entend pas signer son prochain contrat avant le 1er juillet, date où il deviendra joueur autonome sans compensation.

«Pour ma carrière, ça serait fou de ne pas en profiter, de ne pas aller sonder le marché», a-t-il indiqué en entrevue à La Presse, tout en précisant qu'il garde aussi la porte ouverte pour le Canadien. Seulement, Montréal sera une des 30 possibilités.

Dumont tentera donc d'obtenir ce qu'il n'a toujours pas eu à Montréal: une vraie chance de se faire valoir dans la Ligue nationale. Choix de 5e tour en 2009, l'athlète de Dégelis avait eu droit à sa plus longue audition en 2013, quand il avait participé à 10 matchs en saison et à trois autres en séries. Mais la saison suivante, il a seulement disputé deux matchs avec le CH, et trois en 2014-2015.

La saison dernière, malgré le rappel de neuf attaquants des IceCaps de St. John's - dont le fier-à-bras John Scott - Dumont n'a jamais été rappelé. Son titre de capitaine laissait d'ailleurs croire que le Tricolore le voyait surtout comme un joueur de Ligue américaine.

Cela dit, l'athlète de 25 ans est bien conscient que les portes de la LNH ne s'ouvriront pas à lui comme par magie.

«Le 1er juillet, c'est difficile pour les équipes de promettre quoi que ce soit. Il peut y avoir des transactions, des joueurs embauchés par après. Je ne veux pas y aller avec des promesses. Ma priorité sera d'aller avec une organisation où j'ai une belle valeur à ses yeux. Je n'irai pas nécessairement avec une équipe qui va me promettre une chance, car c'est trop facile d'en promettre une.»

Dans le même ordre d'idées, Dumont entend aussi tenir compte du club-école des différentes équipes pour choisir sa prochaine destination. «Si je dois passer 2-3 mois en bas, ce sera important que ma famille et moi soyons confortables dans cette ville.»

Les options

Dumont sera donc libre de se laisser courtiser par les 30 équipes de la LNH. Un cas qui sera intéressant à surveiller sera celui des Sénateurs d'Ottawa, une équipe maintenant dirigée par son ancien entraîneur à Drummondville et à Hamilton, Guy Boucher, qui vient incidemment de son coin de pays.

Cela dit, l'association entre Boucher et Dumont date de six ans, et les décisions reviennent au directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion.

«Depuis que Guy est parti en Suisse, je n'ai pas vraiment eu de contact avec lui, admet Dumont. Deuxièmement, Guy arrive dans un contexte où l'équipe a raté les séries, avec un nouveau DG qui veut faire ses preuves. Ils ont des recruteurs qui me voient jouer depuis six ans. S'ils m'aiment et qu'ils demandent l'avis à Guy, peut-être qu'ils vont s'intéresser à moi. Mais sinon, en arrivant, un nouveau coach est plus concentré à faire sa place qu'à pousser pour des joueurs. Si ça ne fonctionne pas, il paraît mal!»

En cas d'insuccès, l'Europe pourrait aussi être une option. La KHL, la Suède et la Suisse sont généralement les options privilégiées afin d'espérer un retour en LNH un jour. La Suisse, pour des raisons linguistiques et de qualité de vie, vient souvent en tête de liste pour les Québécois, mais les ratios de joueurs étrangers font en sorte que les ouvertures sont rares.

«L'option numéro 1, c'est l'Amérique du Nord, c'est la LNH. À 25 ans, arriver au camp et faire écarquiller les yeux pour se tailler une place, c'est difficile. Mais faire écarquiller les yeux pour être dans les premiers rappelés plus tard dans la saison, c'est faisable. Par contre, si on arrive le 15 juillet et que je n'ai pas de contrat, il va falloir regarder les autres options. Mais l'Europe est vraiment un plan B.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Kevin Gilmore quitte le Canadien

    Hockey

    Kevin Gilmore quitte le Canadien

    Le vice-président exécutif et chef de l'exploitation du Canadien, Kevin Gilmore, quitte ses fonctions. Le Tricolore en a fait l'annonce en début de... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer