• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Une autre saison se termine sans Coupe Stanley pour les Flyers 

Une autre saison se termine sans Coupe Stanley pour les Flyers

Les Flyers doivent augmenter leur gabarit, leur vitesse... (Photo Derik Hamilton, archives USA Today Sports)

Agrandir

Les Flyers doivent augmenter leur gabarit, leur vitesse et ils devront déterminer si Steve Mason ou leur révélation des séries éliminatoires, Michal Neuvirth, est la réponse à leur problème devant le filet.

Photo Derik Hamilton, archives USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dan Gelston
Associated Press
Philadelphie

Comme chaque saison depuis leur conquête de 1975, les Flyers de Philadelphie rentreront à la maison sans la Coupe Stanley.

Sous l'égide de l'entraîneur-chef recrue Dave Hakstol, les Flyers ne devaient même pas aspirer aux séries éliminatoires.

Mais la disparition quasi complète de leurs principaux marqueurs au cours de cette série qui s'est conclue en six matchs en faveur des Capitals de Washington a entraîné de nombreuses interrogations. On se demande notamment si les Flyers avaient pu poursuivre leur parcours en demi-finales de l'Est, à condition que leurs deux premiers trios aient produit à la hauteur de leur potentiel.

Ou, peut-être est-il simplement temps de tourner la page et de songer à échanger un ou deux joueurs du noyau formé de Claude Giroux, Wayne Simmonds, Jake Voracek, Brayden Schenn et Sean Couturier.

Giroux (67 points en saison régulière) a été limité à une mention d'aide en séries éliminatoires. Simmonds (60 points) à deux passes. Schenn (26 buts) n'a pas trouvé le fond du filet lui non plus, ce qui signifie que les trois meilleurs marqueurs des Flyers en saison régulière n'ont pas déjoué le gardien des Caps une seule fois, après avoir touché la cible à 80 reprises au total en raison régulière.

Les Flyers doivent augmenter leur gabarit, leur vitesse et ils devront déterminer si Steve Mason ou leur révélation des séries éliminatoires, Michal Neuvirth, est la réponse à leur problème devant le filet.

Mason était leur gardien no 1 cette saison. Jusqu'à ce qu'il perde son poste.

La porte tournante qui a été installée devant le filet des Flyers est de toute évidence la principale raison pour laquelle l'équipe de Pennsylvanie n'a pas gagné de championnat en 41 ans, et ce système d'alternance s'est poursuivi en séries éliminatoires lorsque les insuccès de Mason ont contraint Hakstol à le clouer au banc au profit de Neuvirth.

Mason ne s'est jamais remis du but qu'il a accordé d'une distance de 101 pieds lors du match no 2, dont la séquence a joué en boucle à Philadelphie. Neuvirth l'a remplacé et gagné deux matchs consécutifs, dont un par jeu blanc après une performance de 44 arrêts dans le match no 5. Il a stoppé 103 des 105 tirs dirigés vers lui en seulement trois rencontres.

«C'est lui qui nous a permis de nous battre. «Mase» l'a fait lui aussi, a commenté le défenseur recrue Shayne Gostisbehere. C'est difficile à accepter, parce que tu veux marquer des buts pour l'aider. Tu veux l'appuyer. Mais parfois, ça ne fonctionne pas.»

En comparaison, si la situation devant le filet des Flyers est loin d'être réglée, celle de Gostisbehere semble coulée dans le béton.

Il aurait pu devenir la recrue par excellence de la LNH s'il avait disputé une saison complète. Ses 17 buts et ses 46 points en seulement 64 matchs ont impressionné la haute direction des Flyers, ainsi que le reste de la ligue. Âgé de seulement 23 ans, Gostisbehere a été nommé le défenseur par excellence des Flyers et a établi un record d'équipe pour le nombre de buts marqués par un défenseur recrue. Les Flyers présentaient un dossier de 5-8-3 lorsqu'il a été rappelé, et en raison de ses performances ainsi que de son surnom de «Ghost», il est immédiatement devenu un favori de la foule.

«Il a beaucoup de talent, et il a cette capacité à attirer un joueur adverse vers lui afin d'ouvrir une ligne de passe. Son tir est très précis, et il le décoche assez rapidement, a noté l'entraîneur-chef des Capitals Barry Trotz. C'était lui qui effectuait la transition en attaque et qui contrôlait le jeu pour eux, donc nous avons passé un peu plus de temps à analyser son style, ça, c'est certain.»

Parmi les autres tâches qui attendent les Flyers cet été se trouve celle de faire le deuil de leur propriétaire et fondateur, Ed Snider, à l'aube du 50e anniversaire de la concession.

Snider était l'un des rares propriétaires d'une concession sportive professionnelle à y être associé autant, sinon plus, que certains de ses plus grands joueurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer