• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Dickie Moore décrit comme un homme humble et fidèle à ses funérailles 

Dickie Moore décrit comme un homme humble et fidèle à ses funérailles

Dickie Moore est décédé à Montréal le 19 décembre... (PHOTO CHRISTINNE MUSCHI, REUTERS)

Agrandir

Dickie Moore est décédé à Montréal le 19 décembre à l'âge de 84 ans.

PHOTO CHRISTINNE MUSCHI, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Des membres de la famille, des amis et anciens coéquipiers ont assisté aux funérailles de l'ex-joueur du Canadien de Montréal, Dickie Moore.

Moore a été décrit comme un homme humble et fidèle à sa famille qui était généreux de son temps et de son argent.

Plusieurs anciens joueurs de la LNH, dont les ex-vedettes du Canadien Guy Lafleur, Serge Savard et Yvan Cournoyer, figuraient parmi l'assistance afin de rendre hommage à celui qui a aidé le Canadien à remporter six coupes Stanley, dont cinq d'affilée dans les années 1950.

Moore, qui a grandi à Montréal au sein d'une famille de 12 enfants et qui était le plus jeune de neuf garçons, est décédé à Montréal le 19 décembre à l'âge de 84 ans. Son fils John a dit de son père qu'il avait toujours du temps pour les autres.

«Il respectait ses partisans, a-t-il dit en regardant le cercueil de son père, drapé des couleurs du Canadien. Il s'assurait de répondre à toutes les lettres avec une signature que les gens pouvaient lire.»

Après sa carrière de hockeyeur, Moore a fait carrière dans le monde des affaires. Sa compagnie de location d'équipements de construction s'est transformée en véritable succès.

Réjean Houle, le président des Anciens Canadiens, a dit de Moore qu'il était toujours là pour venir en aide aux anciens joueurs et qu'avant l'existence d'un fonds d'urgence, Moore répondait toujours aux appels à l'aide.

Admis au Temple de la renommée en 1974, Moore a disputé ses 12 premières saisons avec le Canadien. Il était une menace à l'attaque sur le flanc gauche d'un trio complété par les frères Maurice et Henri Richard. Son no 12 a été retiré par le Tricolore afin de l'honorer, en compagnie de Cournoyer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer