Les paradoxes de P.K. Subban

Entre ce que l'on voit sur la patinoire... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Entre ce que l'on voit sur la patinoire et ce que les statistiques avancent, il semble y avoir un constant décalage quand il est question de P.K. Subban.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est parfois difficile d'évaluer le travail de P.K. Subban. Il joue tellement, son talent saute tellement aux yeux qu'il est parfois tentant de ne plus voir que ses erreurs en possession de la rondelle.

Mais parfois, on a le nez collé sur l'arbre et ça empêche de voir la forêt.

On peut bien tiquer devant le fait qu'il a été blanchi à ses cinq derniers matchs, dire que l'équipe avait besoin de lui à un moment où elle traversait une séquence difficile en offensive...

Mais pendant ce temps-là, on oublie de voir qu'aucun joueur de la Ligue nationale n'a été sur la glace pour plus de buts de son équipe que Subban. Pas moins de 62 buts du CH ont été inscrits alors qu'il était sur la patinoire. Erik Karlsson est deuxième avec une présence sur 56 buts des Sénateurs d'Ottawa.

«Les gens regardent les statistiques et ils regardent les matchs, rappelle Subban. Si un truc comme celui-là passe inaperçu, c'est parce qu'ils choisissent de ne pas en parler, et non parce qu'ils ne sont pas au courant.»

De ce temps-ci, la discussion l'entourant concerne les chances de marquer. Michel Therrien veut qu'il se concentre sur cet aspect du jeu.

«On a discuté un peu dernièrement de façons pour l'aider, a confié l'entraîneur-chef. Ce n'est pas un manque d'effort, mais des fois, il veut trop en faire. Il veut s'assurer d'être bon pour ses coéquipiers.»

C'est pour le moins intrigant car, selon la firme SportLogiq, aucun défenseur dans la LNH ne génère autant de chances de marquer par 20 minutes de jeu (5,2). Subban est en outre celui qui commet le moins de revirements lorsqu'il est en possession de la rondelle en zone offensive (34,8%), ce qui surprend compte tenu de son étiquette de joueur à risque.

«Je sais que je peux en faire plus, convient Subban. S'il y a un aspect de mon jeu qui continue de se développer, c'est mon aptitude à trouver mes coéquipiers libres et de générer des chances de marquer supplémentaires. Parfois je regarde la feuille de match. Je n'aurai peut-être qu'un seul tir à ma fiche, mais j'aurai mis la table pour quatre chances de marquer.»

Les feuilles de match devraient pourtant le rassurer: Subban tire quand même au but plus souvent que l'an dernier et autant qu'il y a deux ans.

«Très satisfait de P.K.»

Michel Therrien se dit dans l'ensemble très satisfait de la saison de son défenseur étoile.

«Il est rendu dominant dans les deux sens de la patinoire, estime le coach. Autant il peut provoquer des chances de marquer par sa vision, par sa façon de transporter la rondelle et par des passes faites au bon moment, autant défensivement il va contenir les meilleurs joueurs de l'autre bord.

«Sa compréhension du jeu s'améliore d'année en année.»

Autre paradoxe ici: à forces égales, aucun joueur du Canadien n'est plus souvent sur la patinoire pour un but de l'adversaire que Subban (2,49 buts par 60 minutes). C'est en hausse par rapport à la saison dernière (2,10), sa première campagne au cours de laquelle il a vraiment été chargé de surveiller les meilleurs trios adverses.

Mais voilà: quand on a les affectations les plus difficiles, ces choses-là peuvent arriver.

«P.K. passe beaucoup de temps sur la patinoire et fait beaucoup de choses, rappelait Therrien hier. Il remplit à merveille son rôle de neutraliser les meilleurs joueurs adverses.»

Explosif en sortie de zone

Son coéquipier Tom Gilbert juge lui aussi que c'est défensivement que Subban s'est le plus amélioré.

«Depuis que je suis arrivé ici, son positionnement est meilleur et il trouve le moyen de se sortir des situations difficiles, dit Gilbert. Il a toujours été très bon à un contre un, donc lorsqu'il met la main sur la rondelle, c'est difficile de la lui enlever.»

«C'est impressionnant de voir comment il peut protéger la rondelle de façon à la sortir du territoire, le plus souvent avec un adversaire sur le dos, renchérit le gardien Mike Condon. Il a tellement confiance en ses mains, c'est un plaisir à regarder.»

Gilbert et Condon vantent cette qualité défensive de Subban et pourtant, selon les statistiques avancées, il quitte sa zone en possession du disque beaucoup moins qu'avant. Il a recours au dégagement trois fois plus souvent que par les années passées.

Bref, entre ce que tout un chacun voit et ce que les statistiques avancent, il semble y avoir un constant décalage quand il est question de Subban.

Mais quand on dit que la meilleure défense, c'est l'attaque, Subban en est un bon exemple. Même en affrontant les meilleurs éléments adverses, il stimule le jeu vers la zone offensive.

«Quand je suis sur la glace, j'ai l'impression qu'on est plus souvent qu'autrement en zone adverse et que l'action ne se passe pas dans notre territoire», dit-il.

En fin de compte, c'est peut-être ce qui importe le plus!

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer