L'équilibre de Jérémy Grégoire

Jérémy Grégoire est en voie d'atteindre son objectif:... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Jérémy Grégoire est en voie d'atteindre son objectif: jouer dans les rangs professionnels à 20 ans.

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comme tout bon gamin, Jérémy Grégoire aimait jouer avec des petites voitures quand il était petit.

«Mais au lieu de faire des accidents, il classait ses autos par couleur et il les rangeait bien droit! Ça illustrait son côté rationnel», raconte à La Presse sa mère, Julie Maltais.

Dans un milieu où les études, le savoir et le bon français ne sont pas aussi valorisés qu'ailleurs, Grégoire sort du lot. Le choix de sixième tour du Canadien en 2013 vient de terminer son diplôme d'études collégiales en sciences humaines avec une cote R de 31. Il tweete dans sa langue maternelle (oui, oui, un joueur québécois qui tweete en français, ça existe!), et ce, dans un français impeccable. Et il a fait ça tout en connaissant une carrière prolifique dans les rangs juniors.

«À 16 ans, j'étais réticent à venir jouer dans la LHJMQ, explique-t-il, lui qui appréhendait une conciliation difficile entre le hockey et les études. Mon but était d'avoir une belle carrière junior, finir mon cégep et passer chez les pros à 20 ans. Je suis en voie de réussir et j'en suis fier. Je suis vraiment content de mon choix.»

Grégoire devrait passer chez les professionnels la saison prochaine, après avoir amassé 41 points en 32 matchs pour le Drakkar de Baie-Comeau (et 21 points en 12 rencontres éliminatoires). Et il aura quitté la LHJMQ de façon mémorable, remportant pour la deuxième année de suite le trophée Marcel-Robert, remis au joueur étudiant de l'année. Le prix vient avec une bourse d'études, et Grégoire l'a remise au finaliste, Dominic Talbot-Tassi.

«Je me disais que ça lui revenait naturellement, car il rentre à McGill l'an prochain et de mon côté, j'ai fini mes études pour le moment, explique Grégoire. Et il la méritait, il est aussi bon ou même meilleur que moi!»

Des sacrifices

La pomme ne tombe jamais loin de l'arbre, dit-on. La maxime s'applique bien à la famille Grégoire.

Le volet hockey, il le tire assurément de son père, Jean-François, entraîneur adjoint avec le Titan d'Acadie-Bathurst. Et sa mère, Julie, enseigne le français et les arts en première secondaire au collège du Mont-Sainte-Anne, là où Grégoire a d'ailleurs étudié un an.

«Au primaire, Jérémy a fréquenté une école alternative qui avait un volet musical, raconte-t-elle. C'était important que les jeunes soient autonomes. Le hockey était important, mais c'était bon d'avoir un autre volet, de le faire décrocher du hockey. Il y a appris le violon, le piano. Et il a toujours aimé étudier. Je n'ai jamais eu à lui imposer quoi que ce soit.»

Cette discipline qu'il s'imposait lui a bien servi quand est venu le temps de concilier LHJMQ et cégep.

«Un des aspects positifs quand tu joues pour Baie-Comeau, c'est que les voyages en autobus sont longs ! souligne l'attaquant. On partait souvent le jeudi et l'autobus, c'était ma bulle. Je ne regardais pas des films pendant huit heures. J'allais aussi jouer aux cartes avec les gars, mais je me gardais une heure pour faire mes devoirs, une heure productive.»

Grégoire admet lui-même, un peu à la blague, qu'il pouvait passer pour le «nerd» de l'équipe. A-t-il senti que cet aspect de sa personnalité l'éloignait de ses coéquipiers?

«Non, parce que j'avais un équilibre. Je ne passais pas tout le voyage dans les livres. Mais tant qu'à texter ou à regarder mon ordinateur tout seul, je faisais mes choses. Quand les gars se regroupaient, j'allais jaser avec eux. Je ne me suis jamais senti exclu. Mais c'est sûr que des gars au début me regardaient et disaient: "Lui, il est différent." Ça ne m'a jamais dérangé, car j'ai toujours été comme ça.»

Transposable au hockey?

On devine que l'état-major du Canadien est bien fier de la réussite de Grégoire. Mais on devine également que ce même état-major souhaite produire un joueur de hockey du niveau de la LNH avec ce 176e choix au total. Et Grégoire lui aussi, d'ailleurs. «Le hockey professionnel a toujours été mon plan A», plaide-t-il.

Ses succès scolaires, sa capacité à apprendre des concepts, à analyser des situations, pourraient-ils l'aider comme joueur? À cet égard, il a pu vivre une expérience inattendue au début de la saison dernière quand le Drakkar lui a permis de passer quelques matchs derrière le banc, avec les entraîneurs, pendant qu'il se remettait d'une blessure à un poignet.

«Le coach disait avoir rarement vu quelqu'un qui analysait le jeu comme je le faisais, raconte Grégoire. J'ai un esprit analytique, je pouvais voir ce qui se passait, ce qui s'en venait. Ç'a été utile.»

Si son esprit analytique l'aide également en tant que joueur, Grégoire pourrait réaliser le tour de force d'atteindre la LNH après avoir été un choix tardif au repêchage. Et il pourrait aussi aider à faire changer les perceptions. C'est du moins le souhait de sa mère.

«Je me souviens d'un humoriste qui imitait un joueur de hockey, il disait: "Youppi, j'ai passé mon cours de gouache!" Je trouve ça gratifiant qu'il puisse démontrer que c'est possible de réussir au hockey et à l'école.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer