Brandon Prust s'en va, Zack Kassian s'amène

Brandon Prust et Zack Kassian... (Photos La Presse et USA Today)

Agrandir

Brandon Prust et Zack Kassian

Photos La Presse et USA Today

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Intrigant échange que celui auquel le Canadien a procédé mercredi, en marge de l'ouverture du marché des joueurs autonomes.

Spontanément, on peut dire que l'acquisition de l'ailier droit Zack Kassian, des Canucks de Vancouver, en retour du vétéran Brandon Prust permet au Tricolore de se rajeunir, de se grossir, d'ajouter du potentiel offensif et d'économiser 750 000 $ en salaire.

> Mathias Brunet: Zack Kassian, attaquant de puissance ou joueur de 4e trio?

Avec à la clé un choix de sixième tour en 2016 que les Canucks ont cédé au CH pour finaliser la transaction.

Par contre, au-delà de ce premier calcul, certains propos entendus mercredi soulèvent des interrogations.

«Dans le cas de Zack, c'était une question de constance d'un match à l'autre, a expliqué le directeur général des Canucks Jim Benning. Nous voulions quelqu'un qui allait travailler plus fort et qui se montrerait compétitif à chaque présence.»

Ouch!

Le bruit court que les Canucks auraient cherché à échanger Kassian à la date limite des transactions.

«Je pense que ça fait un an qu'ils essaient de faire quelque chose, qu'ils lui donnent des chances, a indiqué à La Presse l'attaquant des Canucks Alexandre Burrows. Mais il ne voulait peut-être pas jouer le rôle qu'on voulait lui demander.

«L'organisation et les entraîneurs le voyaient comme un joueur physique dans le moule d'un ailier de puissance alors que lui aimait jouer davantage un jeu de finesse. Il a vraiment de bonnes mains pour un gars de son gabarit et il a un bon flair offensif. Mais des fois, il fait trop de dentelle.

«Je pense que les entraîneurs voulaient qu'il soit un joueur nord-sud alors que lui préfère être en périphérie et faire des jeux.»

C'est à se demander quelle sera la patience de l'entraîneur-chef Michel Therrien pour un joueur qui n'utilise pas toujours son gabarit à bon escient et qui admet lui-même avoir éprouvé des problèmes de constance...

Beaucoup de potentiel

Le colosse de 6'3 et 214 lb est un ancien choix de premier tour des Sabres de Buffalo (13e en 2009) qui avait été échangé aux Canucks dans la transaction de Cody Hodgson.

Après avoir connu sa meilleure saison en 2013-2014 avec 14 buts et 29 points en 73 rencontres, l'ailier de 24 ans a été limité à 42 matchs la saison dernière en raison de maux de dos qui n'ont pas nécessité d'opération, mais qui ont hypothéqué sa mobilité.

Il faudra voir si cette situation se prolongera.

«C'est un gros gars qui possède de bonnes mains, a commenté Dale Weise, un ancien compagnon de trio de Kassian à Vancouver, à qui l'on a appris la nouvelle. Ce sera un joueur intéressant pour nous.

«Il y avait beaucoup de pression sur lui à Vancouver parce que c'était un ancien choix de première ronde. Mais il a quand même beaucoup de potentiel.»

La transaction permettra au Tricolore d'économiser 750 000 $ sur sa masse salariale puisqu'il empochera 1,75 million la saison prochaine alors que Prust, qui en aurait été à la dernière année de son entente avec le CH, doit empocher 2,5 millions.

À noter que le Canadien pallie quelque peu un manque de profondeur à l'aile droite avec l'acquisition de Kassian, puisque Prust évoluait surtout sur le flanc gauche.

Prust espérait finir à Montréal

Dans tout cela, le Tricolore perd un joueur, un leader qui était apprécié de tout le monde dans le vestiaire. Il restait encore une saison au contrat de Prust avec le Tricolore et il ne fait aucun doute que ses coéquipiers seront déçus de le voir s'en aller.

L'attaquant de 31 ans, qui est présentement en voyage en Italie, n'a pas encore commenté la transaction, mais il s'est assuré de remercier le Canadien autant que ses amateurs.

Sur Twitter, Prust a dit: «Je tiens à remercier l'organisation du Canadien, la ville de Montréal et tous les fans pour les trois dernières saisons. J'ai fait des amis et créé des souvenirs qui me suivront toute ma vie. Merci pour tout.»

«Brandon était déçu sur le coup, mais au moins il s'est senti désiré parce que les Canucks ont donné beaucoup pour aller le chercher», a confié l'ex-joueur et agent Claude Lemieux, qui s'est entretenu avec Prust après la transaction.

«Il était heureux à Montréal. Il pensait finir son contrat et même sa carrière à Montréal. Il était d'autant plus surpris parce qu'il n'avait pas été approché pour être averti en avance.»

Du côté des Canucks, notons que l'échange du défenseur Kevin Bieksa, la veille, avait affaibli l'équipe sur le plan de la robustesse et que l'acquisition de Prust permettra de combler un vide.

- Avec Guillaume Lefrançois

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer