• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Blues: Martin Brodeur à l'aise dans ces nouvelles fonctions 

Blues: Martin Brodeur à l'aise dans ces nouvelles fonctions

Martin Brodeur... (PHOTO SCOTT KANE, ARCHIVES USA TODAY)

Agrandir

Martin Brodeur

PHOTO SCOTT KANE, ARCHIVES USA TODAY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne
SUNRISE

Petite mallette noire à la main, Martin Brodeur a fait son entrée discrètement sur le plancher du BB&T Center en vue du repêchage de la LNH, vendredi soir.

Dire qu'il y a 25 ans, il était monté sur la tribune du Pacific Coliseum de Vancouver afin d'enfiler le chandail des Devils du New Jersey, à titre de la 20e sélection de la séance de 1990.

Il en a coulé de l'eau sous le pont pour l'ancien gardien vedette depuis ses 691 victoires acquises en saison régulière et ses trois conquêtes de la Coupe Stanley chez les Devils.

Ayant déjà pris quelques livres depuis qu'il a accroché ses jambières au début de l'année, Brodeur se dit heureux comme un poisson dans l'eau dans ses nouvelles tâches d'adjoint au directeur général des Blues de St. Louis, Doug Armstrong.

«La transition se fait très bien. J'apprends à tous les jours et je trouve ça très stimulant, affirme-t-il. Pour certains dirigeants expérimentés, prendre part à toutes ces réunions, ça peut parfois être endormant. Mais moi je garde toujours les yeux grands ouverts. J'écoute tout ce qu'on dit et je prends des notes. Je veux apprendre vite.»

Toujours aussi affable, Brodeur dit qu'on n'hésite pas à l'impliquer dans le processus décisionnel, en lui demandant souvent son opinion comme ancien joueur. Dans l'élaboration de la liste des espoirs des Blues, on a sollicité son expertise dans l'analyse du potentiel de quelques gardiens pouvant intéresser les Blues.

«C'est vraiment impressionnant comme préparation, je n'avais aucune idée de la tâche colossale que ça représente, admet-il. Rien n'est laissé au hasard, et tout le monde est mis à contribution. Chacun des recruteurs a un rôle précis à jouer. On établit lequel va avoir à trancher à un moment donné, et il y a même un système d'alternance en place. Tout est réglé au quart de tour. Vous réalisez combien la séance de repêchage c'est important pour eux.»

Les Blues détenaient six sélections cette année, mais aucune avant le 56e rang. Ils possédaient deux choix de quatrième tour et deux de cinquième, en plus d'un de sixième.

Ils avaient échangé leur choix de premier tour, l'an dernier, afin de faire l'acquisition du gardien Ryan Miller des Sabres de Buffalo. Vendredi, les Sabres ont cédé ce choix aux Sénateurs d'Ottawa afin d'acquérir le gardien Robin Lehner.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer