Une surprise nommée Gonchar

Sergei Gonchar n'est peut-être plus le joueur qu'il... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Sergei Gonchar n'est peut-être plus le joueur qu'il était, non, mais en revanche, il peut encore aider un club.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour un joueur que l'on disait en fin de carrière, Sergei Gonchar s'en tire plutôt bien depuis qu'il porte un chandail bleu-blanc-rouge.

Quand le défenseur russe s'est amené ici il y a deux semaines, et les attentes n'étaient pas très élevées. «Il n'est plus le joueur qu'il était», avait même reconnu le directeur général Marc Bergevin dans la salle de presse du Centre Bell, le soir de son acquisition.

Au moment où le Canadien se prépare à affronter les Sabres, ce soir à Buffalo, il faut reconnaître que Gonchar surprend un peu tout le monde. Incluant, fort probablement, Bergevin.

Gonchar n'est peut-être plus le joueur qu'il était, non, mais en revanche, il peut encore aider un club. Surtout celui-ci. En 7 parties avec le Canadien, le vétéran de 40 ans a été utilisé au moins 20 minutes à 3 reprises.

«C'est ce que j'espérais en arrivant ici, a-t-il reconnu hier à Brossard, avant le départ de l'équipe. Je réalise que je cadre bien dans ce système. Quand on arrive avec une nouvelle équipe, il faut bien s'intégrer au système et aux nouveaux joueurs, et je pense que j'ai réussi à le faire tout de suite en arrivant. Je connaissais Andrei (Markov) et Alexei (Emelin). Je connaissais le gardien de but (Carey Price). J'ai déjà eu à l'affronter par le passé, et il est l'un des meilleurs au monde. Je connaissais aussi Michel (Therrien). Ça aide.»

Effet stabilisateur

Gonchar ne va pas se mettre à briser des records (il a récolté deux points depuis qu'il porte le maillot montréalais), mais sa seule présence aura permis de stabiliser une unité défensive qui en avait bien besoin.

Il y a aussi le fait qu'il avait le goût de jouer ici, dans ce marché fou du hockey que d'autres préfèrent éviter.

«Les Stars (de Dallas) ont dû me demander la permission au moment de conclure cet échange avec le Canadien, alors ce ne fut pas un choc que d'apprendre que je devais déménager, parce qu'il se tramait évidemment quelque chose. Ils m'ont demandé la permission de conclure l'échange, et quelques heures plus tard, c'était fait. Je ne savais pas beaucoup de choses du Canadien. J'ai vu l'équipe jouer en séries éliminatoires la saison dernière. Je me souviens que le gardien de but avait subi une blessure et que le résultat aurait pu être différent si ça n'avait pas été le cas.»

___________________________________________________

Price vendredi soir, mais qui samedi?

Michel Therrien a bien voulu confirmer que ce sera Carey Price devant le filet du Canadien, vendredi soir à Buffalo contre les Sabres. Par contre, l'entraîneur-chef n'a pas voulu révéler l'identité de son gardien en vue du match suivant, samedi soir au Centre Bell contre ces mêmes Sabres.

S'il faut se fier à la tendance, c'est d'ordinaire le réserviste Dustin Tokarski qui se charge de l'un des deux matchs lorsqu'il y a deux matchs en deux soirs pour le Canadien. Rappelons que Tokarski a pris part à six parties cette saison. Son dernier départ est survenu dimanche soir à New York, une défaite de 5-0 contre les Rangers.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer