• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Triangle des Bermudes dans le demi-cercle de l'Avalanche 

Triangle des Bermudes dans le demi-cercle de l'Avalanche

Calvin Pickard a eu son baptême de feu... (PHOTO MARC DESROSIERS, USA TODAY)

Agrandir

Calvin Pickard a eu son baptême de feu jeudi soir contre les Sénateurs d'Ottawa. À son premier match dans la LNH, il a cédé 4 buts sur 27 tirs.

PHOTO MARC DESROSIERS, USA TODAY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a de bonnes journées et il y en a de moins bonnes. Pour la situation des gardiens de l'Avalanche du Colorado, celle de jeudi se classe dans la deuxième catégorie.

Et après ce jeudi de misère à Ottawa, où les gardiens 1 et 2 de l'équipe sont tombés au combat, Patrick Roy ne savait toujours pas, vendredi, qui sera son gardien pour le duel de ce soir contre le Canadien. Mais à la blague, il s'est exclu du débat.

«Je ne pense pas que ça serait une très bonne idée. Mais ça serait bon pour perdre du poids. Je serais serré dans mon masque!», a lancé l'entraîneur-chef de l'Avalanche du Colorado, après un entraînement tenu dans les installations du Canadien à Brossard.

Sur un ton plus sérieux, Roy a également exclu l'embauche de Martin Brodeur, toujours joueur autonome. «Non, ce n'est pas une option. Pas au moment où on se parle», a-t-il dit.

Un point d'interrogation

Récapitulons. Jeudi, après l'entraînement du matin, Semyon Varlamov se plaint de douleurs à l'aine et est placé sur la liste des blessés. L'Avalanche rappelle d'urgence Calvin Pickard pour qu'il agisse comme auxiliaire de Reto Berra.

À 2 min 46 s en première période, c'est au tour de Berra de se blesser, à la suite d'une collision. Arrivé à Ottawa environ trois heures avant le match, Pickard obtient donc son baptême de feu de la LNH, au cours duquel il accordera 4 buts sur 27 tirs dans un revers de 5-3.

Après la rencontre, l'Avalanche procède à un autre rappel en catastrophe, celui de Sami Aittokallio, pour qu'il seconde Pickard si Berra n'est pas prêt à jouer. Aittokallio, un Finlandais de 22 ans, a appris son rappel en fin de soirée et était debout à 3 heures du matin pour son vol Chicago-Montréal.

Berra ne s'est pas entraîné vendredi et devait être réévalué en après-midi. Sa présence contre le Canadien n'est toujours pas exclue. Mais s'il doit s'absenter, l'Avalanche se retrouvera donc avec 2 gardiens de 22 ans qui étaient tous deux dans la Ligue américaine 48 heures plus tôt.

Un peu comme si le Canadien disputait la rencontre avec Joey MacDonald et Mike Condon comme gardiens, à la différence que MacDonald a du vécu dans la LNH. Pickard n'a toujours pas amorcé de rencontre dans la LNH, et son auxiliaire en a amorcé une, qu'il n'a pas terminée.

«Idéalement, on aurait aimé avoir un troisième gardien comme Joey MacDonald, un gars d'expérience», a reconnu Roy.

Une autre tuile

Bref, avec un tel capharnaüm devant le filet, un réveil de l'attaque de l'Avalanche serait le bienvenu. Blanchie à ses deux premiers matchs, l'attaque vient à l'avant-dernier rang de la LNH avec 1,4 but par match. Tout ça au sein d'une équipe dont l'identité est d'abord et avant tout offensive. La fiche après cinq matchs: 1-3-1.

«Offensivement, on pourrait produire un peu plus, a reconnu Roy. Notre avantage numérique ne performe pas aussi bien. C'est beau travailler à l'extérieur, mais on devra amener plus de rondelles au filet.»

Individuellement, ça donne des situations assez incongrues. Matt Duchene, Jarome Iginla, Nathan MacKinnon, Ryan O'Reilly et Gabriel Landeskog totalisent, mis ensemble, trois buts. Landeskog n'a toujours pas de passe, si bien qu'il cumule un maigre point en cinq matchs.

Roy a souvent dit qu'il sentait que son équipe avait besoin d'un influx d'expérience, à la lumière de l'élimination rapide de son équipe la saison dernière. Il y a remédié en obtenant les vétérans Iginla et Daniel Brière au cours de l'été. Et c'est justement un message de calme qu'a relayé Iginla.

«Lors du dernier match, on a eu de bonnes chances de marquer, explique Iginla. Nathan volait sur la patinoire, on a frappé quelques poteaux, Landy [Landeskog] a marqué son premier, les joueurs commencent à marquer leur premier. Je crois que ça va commencer à rouler. L'attaque ne devrait pas être un problème ici. Cinq matchs, c'est un trop petit échantillon pour s'inquiéter.

«Il n'y a pas de vent de panique ici.»

Dans le vestiaire

Trop de matchs préparatoires

Appelé à expliquer le difficile début de saison de l'Avalanche, Patrick Roy a admis que les huit matchs hors-concours de son équipe ont peut-être nui à la préparation. «J'ai un regret. On a joué trop de matchs préparatoires. Pour une équipe qui voyage beaucoup, possiblement le plus dans la Ligue nationale, on jouera dorénavant six matchs à la place de huit pour avoir plus d'entraînements.» La convention collective de la LNH stipule que les équipes doivent jouer de six à huit matchs préparatoires par année. Et pour ajouter au manque d'entraînement, l'équipe de Denver dispute cinq de ses six premières rencontres à l'étranger.

Pickard, un nom familier...

Le nom de famille du gardien de l'Avalanche Calvin Pickard est associé dans la tête des amateurs de hockey junior à celui de Dustin Tokarski. En fait, Tokarski a formé un duo avec le frère de Calvin, Chet, au Championnat du monde de hockey junior de 2009, à Ottawa. Dans une proportion certes moindre que Price-Halak, il existait tout de même d'incessants débats Pickard-Tokarski. Mais Chet Pickard connaît aussi l'autre gardien du Canadien, puisqu'il a été l'auxiliaire de Carey Price chez les Americans de Tri-City, dans la Ligue junior de l'Ouest, de 2005 à 2007. Par l'entremise de son frère, Calvin Pickard a donc rencontré Price à quelques reprises à l'époque et connaît bien Tokarski pour l'avoir fréquemment affronté dans les rangs juniors.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer