Analyse

Carey Price: celui qui fait la différence

Contrairement au premier match de la série, Carey... (Photo Kim Klement, USA TODAY Sports)

Agrandir

Contrairement au premier match de la série, Carey Price était en pleine maîtrise de ses moyens, hier. Quand c'est ce Price-là qui est devant le filet, le CH est soudainement une autre équipe. Il réalise ici un arrêt spectaculaire contre Cédric Paquette, en fin de deuxième période.

Photo Kim Klement, USA TODAY Sports

(TAMPA) Des fois, on entend dire que le hockey est un sport d'équipe. On entend dire qu'un seul joueur ne peut faire la différence, parce que ça prend tout le monde. Mais il y a aussi des fois, comme hier soir par exemple, où l'on réalise qu'un seul joueur peut très bien faire la différence et tout changer à lui seul.

Mesdames et messieurs, voici Carey Price.

Le Carey Price du premier match ressemblait trop au Carey Price des saisons passées (tout croche, trop vite sur les genoux), et cela a bien failli coûter le match à sa bande. Mais hier soir, c'est la nouvelle version que l'on a vue, celle qui est passée entre les mains de Stéphane Waite, l'entraîneur des gardiens qui a tout changé.

Quand c'est ce Price-là qui est devant le filet, le Canadien est soudainement une autre équipe.

Ce qu'on a vu, c'est un gardien en pleine maîtrise de ses moyens, solide, qui est en parfaite position et qui donne bien peu d'espace aux tireurs ennemis. On a vu les joueurs du Lightning tenter des tirs d'un peu partout, mais rien à faire, ça ne passait pas.

Quand on dit qu'un seul joueur peut faire une différence, c'est ça. C'est en plein ça.

Ajoutons qu'un gardien en état de grâce peut souvent inspirer le reste de l'équipe. Comme par magie, plusieurs autres coéquipiers se sont mis à jouer après les arrêts importants de l'homme masqué.

Prenez Rene Bourque. On ne l'avait pas vu mercredi soir, lui (les méchantes langues diront qu'on ne le voit pas souvent, mais bon). Eh bien, hier soir, le bon Rene a choisi de se présenter, et quand il décide de faire acte de présence, le Canadien est une autre équipe, parce que ça donne un autre trio qui peut menacer. On lui lance souvent des tomates, à ce pauvre Rene, mais s'il jouait plus souvent de cette façon, ce type serait une machine, rien de moins.

On pourrait en nommer d'autres, mais résumons ça d'un trait: pour le Canadien, la performance d'hier soir ressemblait à quelque chose comme la perfection.

Pendant que Price faisait des miracles, Anders Lindback n'en faisait pas. Ce n'est pas que le deuxième gardien du Lightning ait été particulièrement mauvais, ça ne veut pas dire non plus que ce 3-0 est de sa faute, mais hier soir, Lindback n'a pas pu sauver le match quand il le fallait. Son troisième but, accordé à Brendan Gallagher, lui a fait mal, comme au reste de l'équipe, d'ailleurs. Au fait, vous croyez que les gens du Lightning prient pour un miracle concernant Ben Bishop?

En attendant, le Canadien est en voiture. Surtout si le Carey Price d'hier soir décide de se présenter tous les soirs.




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer