• Accueil > 
  • Sports > 
  • Golf 
  • > Omnium britannique: Spieth ou un amateur pourrait passer à l'histoire 

Omnium britannique: Spieth ou un amateur pourrait passer à l'histoire

Jordan Spieth... (PHOTO RUSSELL CHEYNE, REUTERS)

Agrandir

Jordan Spieth

PHOTO RUSSELL CHEYNE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
ST. ANDREWS, Royaume-Uni

L'Américain Jordan Spieth se trouve à un coup de la tête, et à une ronde d'ajouter la troisième manche du Grand Chelem du golf professionnel aux deux premières, déjà acquises. Et alors qu'aucun amateur depuis Bobby Jones n'a remporté l'Omnium britannique, en 1930, Paul Dunne a négocié une ronde sans le moindre boguey dimanche à St. Andrews, qui lui permet de partager le premier rang après 54 trous.

>>> Le classement

Après l'attaque en règle dont a été la cible le vénérable parcours écossais dimanche, 11 joueurs accusaient trois coups de retard ou moins sur un trio de meneurs. Du nombre, six comptent déjà un titre majeur à leur palmarès.

Dunne, un Irlandais de 22 ans, le Sud-Africain Louis Oosthuizen, dernier vainqueur à St. Andrews il y a cinq ans, et l'Australien Jason Day, toujours en quête d'un premier triomphe à l'un des quatre grands tournois du golf professionnel, trônent au sommet du classement avec des scores de 204, 12 de moins que la normale. Après deux rondes de 69, Dunne a été le meilleur du trio dimanche avec une carte de 66, un coup de mieux que Oosthuizen et Day.

«C'est surréaliste, je mène à l'Omnium britannique, mais je n'ai pas de difficulté à croire que j'ai réalisé ces scores, a déclaré Dunne. Si je participais à un tournoi amateur, je ne serais pas tellement étonné de mes scores. Ce n'est qu'un hasard qu'ils aient été inscrits au plus important tournoi au monde. J'espère pouvoir répéter demain. Mais que j'y arrive ou non, je survivrai.»

Outre Spieth, quatrième après une solide ronde de 66, la meute de poursuivants inclut le vétéran Padraig Harrington (65), seul au cinquième rang à un coup du prodigieux texan. Elle réunit aussi Sergio Garcia (68), Justin Rose (68), Retief Goosen (69), Adam Scott (70) et Zach Johnson (70), tous postés à trois coups de la tête parmi un groupe de neuf joueurs.

Alors que Garcia espère encore ajouter son nom, un jour, à la prestigieuse liste de gagnants de tournois majeurs, les quatre autres ont tous réussi le tour de force au moins une fois en carrière.

Des 80 golfeurs ayant pris le départ dimanche, seulement 11 ont joué au-dessus de la normale, dont Dustin Johnson, le meneur après le deuxième parcours, et l'Écossais Paul Lawrie.

Johnson a connu, en fait, l'une des pires rondes de la journée, se contentant d'un score de 75 qui lui confère un total de 209, cinq coups derrière les trois meneurs. Alors que ses rivaux additionnaient les oiselets, Johnson n'en a obtenu qu'un seul, au 15e trou, et il a terminé son parcours avec trois bogueys consécutifs.

«Je vais devoir connaître une ronde hors de l'ordinaire pour espérer gagner, a admis Johnson. En ayant un bon départ, qui sait ce qui peut arriver. Tout est possible.

«Je n'ai pas le sentiment d'avoir si mal joué, a-t-il plus tard mentionné. Je ne suis tout simplement pas parvenu à caler mes roulés. J'avais l'impression d'effectuer de bons roulés, mais ils ne tombaient pas dans la coupe. Il n'y a pas grand-chose à faire face à cela.»

Quant à Lawrie, il a été victime d'un coûteux double boguey au 17e trou, et il accuse un retard de six coups sur le sommet.

Seul Canadien toujours en lice, Graham DeLaet a réussi cinq oiselets, en route vers une troisième ronde de 68, et un total de 212.

Pas depuis 62 ans

Dans la longue histoire du golf, seulement six joueurs sont parvenus à remporter les deux premières étapes du Grand Chelem, mais un seul a ajouté l'Omnium britannique, soit Ben Hogan en 1953. Jordan Spieth aura donc l'occasion de passer à l'histoire lundi, sur la scène la plus prestigieuse du golf professionnel. Et il le sait très bien.

«Une seule personne a réussi l'exploit auparavant. C'est le genre d'opportunités qui ne se présentent pas souvent, a noté Spieth. Et j'aimerais avoir la chance de réaliser quelque chose qui n'a jamais été accompli dans le passé. Seules quelques personnes peuvent avoir l'occasion de se présenter au dernier tournoi majeur et de pouvoir réaliser un exploit sans précédent dans notre sport. Je voudrais être l'une de ces personnes.»

Plus jeune professionnel sur le terrain, Spieth a paru calme malgré le moment historique qui l'attend au détour.

Son objectif, au début de la compétition, était de traiter l'Omnium britannique comme n'importe quel autre tournoi qu'il tente de gagner. Même pendant le long délai, samedi, il dit que ses pensées ne sont pas allées vers la possibilité de boucler le Grand Chelem. Mais il ne pourra y échapper, maintenant, et Spieth ne considère pas qu'il s'agisse d'un problème.

«Si j'ai une chance dans le dernier droit, si elle se présente, je vais l'accueillir de façon positive. Pour moi, ce n'est pas une situation négative. En fait, c'est presque un avantage. Pourquoi est-ce que ça entraînerait plus de pression négative?»

Padraig Harrington a remporté le tournoi en 2007 et 2008.... (PHOTO ALASTAIR GRANT, AP) - image 2.0

Agrandir

Padraig Harrington a remporté le tournoi en 2007 et 2008.

PHOTO ALASTAIR GRANT, AP

Harrington à 2 coups de la tête

Alors que Padraig Harrington se préparait pour son coup de départ au 18e, dimanche, il a eu chaud et a brièvement pensé enlever un chandail.

Il l'a toutefois gardé, ne voulant pas perturber, pas même un tant soit peu, le rythme de sa meilleure ronde en carrière à l'Omnium britannique.

Son 65 pour le troisième parcours le situe à deux coups de la tête, en plus de le ramener à ses années dorées de 2007 et 2008, quand il a remporté trois tournois majeurs, dont deux fois l'Omnium britannique.

«Je vais assurément me dire que je sais ce que je fais et que je suis déjà passé par là, a confié l'Irlandais de 43 ans sur son état d'esprit en vue de lundi, alors que sera disputée la dernière ronde. Je n'ai pas de problème avec l'idée de prendre des risques.»

Ses grandes victoires ont paru bien loin en novembre dernier, quand il a glissé au 371e rang mondial après avoir été victime de la coupure à la Classique OHL, au Mexique.

Harrington savait à quel point il peut être redoutable quand il s'approche de la tête, mais cela n'arrivait pas assez souvent.

Il a toutefois repris confiance en remportant la Classique Honda en Floride, en mars. C'était son premier triomphe en plus de six ans.

Dimanche à St. Andrews, Harrington a cheminé jusqu'à tout près du sommet avec quatre oiselets sur le premier neuf. Il a ensuite retranché d'autres coups aux 10e et 12e trous. Au 16e, il s'est retrouvé dans une impasse en tête en calant un roulé de 40 pieds, pour un oiselet.

Harrington a aussi à son palmarès le Championnat de la PGA, en 2008. Mais pour ce qui est de l'Omnium britannique, il n'y a jamais fait mieux que 39e depuis sa deuxième victoire à ce tournoi il y a sept ans, au Royal Birkdale. Sa meilleure ronde précédente était un 66 au Royal Lytham, en 2001.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer