Les Alouettes souhaitent organiser la Coupe Grey 2018

La dernière présentation du match de la Coupe... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

La dernière présentation du match de la Coupe Grey à Montréal remonte à 2008.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Les Alouettes de Montréal sont sur les rangs pour organiser la Coupe Grey 2018, malgré l'incertitude entourant la tenue d'événements au Stade olympique.

Le président de l'équipe, Mark Weightman, a confirmé à La Presse Canadienne vendredi que l'organisation a déposé une demande officielle auprès des autorités de la Ligue canadienne de football.

Afin de l'aider à «obtenir le soutien financier gouvernemental disponible», l'équipe a même retenu les services d'une lobbyiste, Suzie Pellerin, d'Octane Stratégies.

«Les lobbyistes sont là pour nous aider à monter un dossier gagnant, a fait valoir Weightman de Las Vegas, où il assiste à des réunions du circuit Orridge. C'est un projet qui touche à plusieurs facettes, notamment au niveau du tourisme. on voulait s'assurer de ne rien oublier.»

Les négociations ont aussi été entamées avec la Régie des installations olympiques (RIO), qui doit appliquer un protocole strict sur l'utilisation de l'aire de jeu, mis en place par la Régie du bâtiment: aucun événement ne peut avoir lieu si des précipitations de plus de 3 cm sont prévues à moins de 24 heures de la tenue d'un événement. La RIO a toutefois refusé de discuter du dossier de la Coupe Grey avec La Presse Canadienne.

La garantie que le match de la Coupe Grey ne soit pas déplacé est primordiale pour la LCF. C'est d'ailleurs l'une des premières questions qui ont été posées à Weightman par les dirigeants de la LCF quand il a présenté son projet pour la première fois.

«La RIO, c'est le gouvernement, il faut donc trouver une façon de travailler de concert avec eux, a noté Weightman. Elle travaille ferme sur le dossier du toit et elle a fait beaucoup de travail pour améliorer la résistance de celui-ci, afin que des événements comme celui que l'on souhaite organiser puissent avoir lieu sans crainte d'être reportés.»

En mars 2014, l'Impact de Montréal avait d'ailleurs dû reporter un match prévu au Stade olympique de 24 heures. Par contre, malgré des averses de neige la veille de la première rencontre entre les Blue Jays de Toronto et les Mets de New York une semaine plus tard, le match avait eu lieu. Le système de chauffage de la toile avait permis à toute cette neige de fondre à temps pour le match soit disputé sans danger.

En plus d'offir une perspective économique intéressante pour les Alouettes, Weightman a rappelé que les retombées pour la ville de Montréal seraient plus qu'avantageuses.

«C'est clair que ça peut avoir un impact très important pour un club, mais je peux aussi dire que les retombées économiques pour une ville sont très importantes. À Toronto (2012) et Vancouver (en 2011 et 2014), elles étaient de l'ordre de 120 à 130 millions. (...) Des retombées économiques de cet ordre, à la fin novembre, qui n'est pas une période très achalandée au niveau du tourisme et des événements, ça se prend très bien pour une ville.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer