Alouettes: l'art de se tirer dans le pied

Winston Venable, des Alouettes, s'est retrouvé en bien... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Winston Venable, des Alouettes, s'est retrouvé en bien mauvaise position en tentant de freiner le quart des Argonauts Trevor Harris.

Photo Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est à croire que quelqu'un, quelque part, prend un malin plaisir à jeter un mauvais sort sur les Alouettes depuis le début de la saison.

Pour une énième fois en 2015, les Moineaux ont trouvé le moyen de bousiller leurs chances au moment où la victoire semblait à leur portée en s'inclinant devant les Argonauts de Toronto par la marque de 25-17, au stade Percival-Molson lundi.

> Le sommaire du match

Avec la défaite crève-coeur des Lions de la Colombie-Britannique samedi soir, les Als avaient une occasion en or de consolider leur emprise sur la dernière place donnant accès aux séries éliminatoires. Mais comme ce fut trop souvent le cas cette saison, ils ont encore creusé leur propre tombe.

«C'est un match que nous devions gagner. Nous avons encore une fois failli à la tâche. En ce qui a trait à l'attaque, je commence à manquer d'idées et de choses à dire. C'est toujours la même histoire. On ne fait pas le travail en attaque», a soupiré le bloqueur Josh Bourke, l'air abattu.

Et comme un malheur ne vient jamais seul, les Alouettes ont perdu les services de Rakeem Cato (9 en 12, 72 verges). Le jeune quart a subi une commotion cérébrale en fin de première demie en étant victime d'un violent sac de Thomas Miles. Il devra maintenant se soumettre au protocole de la LCF et ne reviendra pas au jeu tant que les médecins ne lui auront pas donné le feu vert.

«En ce moment, ma tête m'élance, a confié Cato. Je vais prendre des médicaments pour ça. J'ai mal à la tête, mais je vais essayer de me remettre au travail dès demain. On verra comment ça va aller.»

Sortie difficile pour Boone...

Anthony Boone (6 en 12, 51 verges, 1 interception) a eu le mandat de remplacer Cato par la suite. Dans les circonstances, il ne fallait pas s'attendre à des miracles de sa part. Mais malgré cela, le numéro 5 n'a rien fait du tout pour convaincre qu'il sera en mesure de sauver la saison des Moineaux, surtout si l'absence de Cato devait se prolonger.

Avec un peu moins de cinq minutes à jouer au troisième quart, Boone a lancé une horrible passe qui a atterri directement dans les mains du demi de coin Akwasi Owusu-Ansah. Les Argos ont cependant dû se contenter au final d'un placement de 36 verges de Justin Palardy.

Cette interception s'est toutefois avérée des plus douloureuses pour les Als puisqu'ils se trouvaient alors eux-mêmes en bonne position pour inscrire à tout le moins un placement. Et au moment où la marque était de 9-7 pour Toronto, ces trois points - si ce n'est davantage - auraient facilement pu faire la différence.

Il est d'ailleurs quelque peu étonnant que l'entraîneur-chef Jim Popp et le coordonnateur offensif Anthony Calvillo n'aient pas eu recours à leur jeu au sol plus souvent, question d'enlever un peu de pression des épaules de Boone. Tyrell Sutton (28 verges en 9 courses) et Brandon Rutley (20 verges en 3 courses), sans être spectaculaires, ont tout de même connu un bon match. Sutton a d'ailleurs inscrit le premier touché des Als dans cette rencontre.

...et pour Marsh aussi

Tanner Marsh s'est à son tour amené en relève à Boone au quatrième quart, mais le Texan n'a guère fait mieux. Bien au contraire. 

Il a échappé le ballon dès son premier jeu, permettant aux Argos d'ajouter un point. Quelques minutes plus tard, il a vu l'une de ses passes être interceptée par Travis Hawkins, ce qui a permis à l'ex-Alouette Brandon Whitaker de marquer le majeur qui allait clore le débat.

Les Als ont bien tenté une poussée du désespoir dans les derniers instants de l'affrontement. Mais le mal était fait.

S'il y a au moins une bonne nouvelle pour les Alouettes, c'est que Henoc Muamba est toujours aussi en forme. À son premier match avec sa nouvelle équipe, le secondeur s'est signalé de belle manière en réussissant une interception et un sac.

«Ce sont des battants dans ce vestiaire, a martelé Jim Popp. Nous avons autant de chances que n'importe qui d'être en séries. Il faut seulement remporter quelques matchs. Mais il n'y a aucun doute que nous ne nous facilitons pas la tâche.»

Le problème, c'est que minuit est sur le point de sonner pour les Alouettes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer